Passer au contenu principal

Les narcissiques sont parmi nous (2)


L’accès à La Presse + nécessitant une maudite tablette que je ne possède pas, j’ai développé, depuis quelque temps déjà, une longue et fastidieuse « tactique de recherche des pauvres » - nécessité et inventivité seront toujours de joyeux compères - qui consiste à parcourir les réseaux sociaux de ce monde, notamment de nombreux journalistes et personnalités publiques, en quête de quelques précieux articles, chroniques, opinions et informations.

Quelqu’un a-t-il dit accès à l’information ? …

Bref, ce long exercice de fouille acharnée impliquant plusieurs détours dans l’espace virtuel « des internets » m’expose à toutes sortes d’infos inutiles, futiles, voire TMI comme diraient les jeunes, too much information.

Cette pénible technique d’accès à l’information journalistique (ça sonne bizarre, vous ne trouvez pas?) m’a fait découvrir un monde dont j’imaginais l’existence mais n’avais jamais observé d’aussi près, n’étant pas active sur les réseaux sociaux, soit l’univers égocentrique de la vedette journalistique… Oh boy.

Pas tous, soyons clairs, mais dans nombreux cas, ça ressemble à beaucoup d’autopromotion accompagnée d’innombrables photos du moi en question : je suis là, j’existe, aimez-moi oui, likez-moi.

Et ça gazouille pas à peu près…

J’ai écrit ceci.
Untel a mentionné que j’ai effectivement écrit cela.

Je suis ici.
Machin-chose a remarqué que j’étais bien là.

Je passe à la télé.
Chose Binouche aime que je sois à la télé (avec une image de la personne à la télé).

Aïe, aïe, aïe… Vraiment? On est rendus là dans « l’évolution » humaine? Des journalistes vantant leur propre présence ici et là plutôt que de diffuser de l’information?

Le vedettariat, ce besoin irrépressible d’être ou de devenir une célébrité avec beaucoup de « like », de « j’aime » et de « suiveux » afin d'éventuellement porter une lettre de catégorie A, B, C, etc. - comme de la viande là, vous me dites ? - est un fléau qui pousse la société à sa dérive.

Même qu'aux dernières élections municipales à Montréal l'automne dernier, plusieurs journaux ont présenté le profil des deux candidats à la mairie en mentionnant leur nombre « d’amis » Facebook et de « suiveux » sur leur fil de gazouillement respectif, comme s’il s’agissait là d’une donnée pertinente.

Un autre journaliste, lui, des Francs-tireurs celui-là, a reproché à Mme Valérie Plante le faible nombre de « suiveux » sur son compte Twitter, concluant l'entrevue « c’est gênant ». Aussi « impopulaire » pouvait-elle paraître, madame Plante a néanmoins remporté la victoire. Qu’est-ce que le nombre de « suiveux » vient faire dans tout ça, ou encore l'appui de certains éditoriaux?

Les médias d'information sont de plus en plus déconnectés de la vraie réalité, celle des gens ordinaires - vous vous souvenez de ces gens, non? - qui aspirent à bien d'autres choses que de devenir une simple vedette pour qui la contemplation de soi-même est reine et maîtresse.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…