Passer au contenu principal

Ode à l’indignation (et autres mouvements)


Qu’est-ce que l’indignation sinon une colère en mouvement. Émotion primaire, elle incarne ce sublime élan interne de l’organisme toujours vivant. En ce sens, l’apathie et l’indifférence n’apparaissent-elles pas tel un étang hideux dénué de vie intérieure?

Si l’émancipation des individus et des peuples permet d’éradiquer de gênantes contraintes, encore faut-il les voir, les reconnaître, les nommer, en être pleinement consciente, au-delà de la propagande (machiste, marketing, politique, etc.) servant précisément à en brouiller les tenants.

On nous dira ce qui est bon pour nous, pendant que les décideurs eux-mêmes s’en priveront. On nous demandera d’être raisonnable, de se serrer la ceinture, de faire notre part, d’être courtoise, gentille, souriante, aimable, en somme, de se plier aux règles, de s'y soumettre, tandis qu’ils s’agiteront déraisonnablement dans l’opulence et la vile corruption à l’ombre d’un palmier royal dans un paradis fiscal.

La particularité de l’oppresseur est qu’il est tantôt un formidable manipulateur, tantôt un pauvre innocent. Homme ou système, il maîtrise admirablement les mécanismes de la prédation, de la domination, de l’endoctrinement, la peur et l’immobilisme étant ses plus précieux complices.

Le cynisme, quant à lui, est cet élan avorté, refoulé, contenu, colère intériorisée du soumis, du colonisé, les grands mouvements sociaux, voire révolutionnaires, puisant indubitablement leur force dans l’indignation collective.

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, ni de révolution sans déranger les règles en place et quelques médiocres personnages au passage.

Que brillent de tous ses feux la colère et l’indignation des opprimé-e-s. Vive la révolte et l’esprit dissident. : :

N’attendez plus de permission pour agir, parler et écrire comme vous l’entendez. - Louky Bersianik (1930-2011)

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…