Passer au contenu principal

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile


L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, dont tout le monde parlait pourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en trouver quelques-unes, des féministes radicales, des « moyennes » ou même juste celles qui le sont « à [leur] manière », afin de discuter des vrais enjeux qui touchent et préoccupent largement les femmes, comme les conditions socio-économiques des Québécoises sous l’interminable « règne » néolibéral, les élans natalistes de la CAQ, le sexisme de nombreux organismes recevant pourtant des fonds publics et leurs maudits Boys Clubs (kof, kof), l’instrumentalisation, la récupération, voire la commercialisation du mouvement des femmes, le système judiciaire déficient face aux besoins des victimes d'agressions sexuelles, ou même absent pour les femmes autochtones, les conditions de travail insensées, inhumaines et précaires du personnel (majoritairement féminin) dans les milieux de la santé, de l’éducation, de la culture, etc. - conditions qui ne seraient jamais tolérées ou même concevables dans les secteurs masculins (pensons seulement aux sports professionnels, aux créateurs de jeux vidéo ou au domaine des finances), bref, la liste est longue, les sujets d'intérêt public ne manquent pas, seules les opportunités d’en débattre véritablement sur la place publique.

Tout le monde en parle est sans conteste une émission phare au Québec, voire le reflet de notre société. Et cette dernière émission nous démontre à quel point au Québec, on parle, parle, jase, jase, mais les choses changent très peu dans le fin fond de l'inconscient collectif, et à la vitesse du paresseux par-dessus le marché, les femmes brillant constamment par leur absence (voir aussi Lab-école, trouvez l’erreur). Et cette violence sourde et insidieuse qui tapisse inexorablement les murs symboliques et psychiques de notre société s’appelle la misogynie, un vil et pernicieux mépris des femmes, trop souvent fardé par de belles campagnes de marketing et d'auto-promotion, si ce n'est carrément la réduction au silence.

En fait, cette émission ressemblait drôlement au dernier Bye bye - le gros ego de M. Simon-Olivier Fecteau en moins -, une autre belle occasion ratée. Et en plus on devait encore se taper M. Patrick Lagacé et six autres hommes alors qu'une seule femme prenait la parole. Mais où sont les femmes qui brassent, bon sang, à la télévision? (Deux hommes en or, deux femmes invisibles).

Et comble de ma frustration ce matin, M. Richard Therrien donne sa belle étoile à l’astronaute. Hey, chers hommes blancs des médias, ça ne vous tenterait pas de revenir sur la planète Terre? On jase là...  

Messages les plus consultés de ce blogue

Le sot dimanche

Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la pr…

Avez-vous dit l'hypocrisie des Grands Ballets ?

Hypocrisie des Grands Ballets ? Quoi ?! ... Eh oui, le vrai mot est enfin sorti du sac. Il émerge glorieusement de cette ombre lourde et oppressante qui n'a d'égal que le rayonnement de la prestigieuse institution québécoise internationale, les Grands Ballets canadiens de Montréal. Un poids tellement grand affligeant une communauté de danse et de chercheurs que plusieurs préfèrent se taire ou témoigner sous le couvert de l'anonymat, démontrant par là même la toute-puissance que s'est accordée une compagnie de ballet classique qui abuse de sa notoriété, de sa réputation, de cette image féerique aveuglant lamentablement le public, construite à coups de fabuleuses campagnes de propagande (leur "ode à la femme", mon œil en est un autre bel exemple), de beaux discours creux et arrivistes, tout ça pour doubler les opportunités de financement (arts et santé ensemble, c'est payant) et ainsi Faire bouger le monde. N'importe comment.Business as usual, quoi, enc…

Lean in ?

Lean in ?
Oui mais faites attention aux décolletés par exemple mesdames.

Lean in ? 
Oui je veux bien, mais as-tu vu le gros bureau entre les deux qui sépare la femme de l’homme ? Elle doit avoir l'air de sa secrétaire pour élever monsieur et son gros ego.

Lean in ?
On voudrait bien mais il y a un incorrigible Boys Club qui se tient dans la porte, fiers comme des paons, la queue brillant de ses belles couleurs flamboyantes, faisant tantôt la roue en se citant lui-même, courant tantôt dans tous les sens comme des poules pas de tête, lamentablement arrogants, condescendants et toujours sur la défensive quand vient le temps de parler aux femmes.

Lean in ? 
Euh… oui, mais surveillez les mains longues, le harcèlement et ces phallus qui sortent spontanément des pantalons apparemment. (Qui souffrent réellement de "l’envie du pénis" vous croyez ? Ça ressemble plutôt à « l’envie d'exhiber mon pénis à tout prix » alors que personne n’a rien demandé, messieurs.)

Lean in ? 
Oui, mais…