Passer au contenu principal

Honte et abus de pouvoir... nous aussi


Plusieurs ont pris conscience ces derniers mois, et c’est tant mieux, du sentiment de honte avec lequel doivent composer les victimes d’agression sexuelle et d’abus de pouvoir, femmes et hommes, et ce, pendant des années, voire des décennies, vivant plus souvent qu’autrement dans le silence et l’isolement, faute, entre autres, d’accompagnement adéquat. De là, une question légitime a été soulevée maintes fois : pourquoi ce lourd sentiment n’est-il pas porté par les agresseurs plutôt que par les victimes?

La honte étant par définition un « sentiment d’abaissement, d’humiliation » résultant « d’une atteinte à l’honneur, à la dignité », c’est donc la victime qui encaisse l’affront, en plus de la confusion, du moins jusqu’à une possible reprise de son pouvoir, après quoi, peut-être, les rôles s’inverseront enfin, comme on l’a vu récemment dans le procès de l’ex-médecin américain Larry Nassar, reconnu coupable d’agressions sexuelles sur des centaines de jeunes filles, devenues, ma foi, des femmes fort admirables, mais je m’éloigne.

Similairement, les personnes vivant sous le seuil de la pauvreté au Québec sont aux prises avec ce même sentiment de honte et d’impuissance, l’atteinte à la dignité humaine ayant touché les bas-fonds de la pyramide de Maslow. Au cours de la dernière décennie, le filet social a complètement été démantelé, réduit à un mince et fragile fil. Les services sociaux ont âprement été sabrés, l’humanité aussi.

Or dans ce cas-ci, c’est de violence économique dont il s’agit. Faudrait arrêter de parler d’austérité et regarder la réalité en face - encore faut-il la voir, pire, la subir.

Qu’il s’agisse de précarité d’emploi, de maladie, d'itinérance, d’incapacité bien involontaire au travail, ou toute autre situation exécrable comme un deuil ou un drame familial, provoquant chez les individus une crise existentielle - notons au passage que les crises économiques, elles, reçoivent systématiquement une aide financière, question de la stimuler -, nombreuses personnes peinent à joindre les deux bouts au Québec, à manger, eux aussi, trois fois par jour, survivant dans l’opprobre et l’exclusion sociale, sans compter les vils préjugés, les commentaires désobligeants, les soupirs méprisants, les claquements de langue cinglants, accompagnés d’un prestigieux roulement des yeux qui ferait l’envie des contorsionnistes les plus aguerris.

Pourtant, selon l’étude de Mouvement Desjardins parue en mars 2017, « le nombre de personnes à faible revenu était entre 693 000 et 1,1 million de personnes en 2014 au Québec ». Même à l’estimation très approximative de 800 000 personnes, cela représente un Québécois sur dix vivant présentement sous le seuil de la pauvreté, buvant chaque jour le calice de l’ignominie sans toutefois y voir la lie. Faudra-t-il se doter de « cotes d’écoute » de la pauvreté pour intéresser les médias à cette « vraie-réalité »? Car sa « popularité » bat déjà nombreuses creuses émissions, vous savez.

Manifestement, il est plus facile de tomber dans le gouffre de la pauvreté que d’en sortir. Parlez-en aux femmes. Elles y ont goûté à la brutale oppression néolibérale. Selon l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), l’écart entre les hommes et les femmes s’élève à 7 milliards de dollars. Les libéraux peuvent donc aller se rhabiller avec leur ignoble promesse de « sortir 100 000 personnes de la pauvreté » d’ici 2023… Cachez, M. Couillard, cette vilaine carotte électorale que je ne saurais voir.

À quand, donc, une vague de dénonciations et de compassion pour les prolétaires au Québec, femmes et hommes, outre durant le temps des fêtes s’entend? Car il y en a marre de manger de la misère néolibérale. Qu’arrivent les élections qu’on fasse tomber, nous aussi, les agresseurs! … Encore faudrait-il réformer le mode de scrutin* puisque, comme c’est là, on va péniblement changer quatre trente sous pour une piastre. Misère. : :

*Pour une réforme du mode de scrutin: Chaque voix compte de Mouvement démocratie nouvelle.

Messages les plus consultés de ce blogue

Faire bouger le monde. N'importe comment.

Casse-Noisette s'en vient et les nombreuses publicités qui ont envahi la ville de Montréal depuis quelques semaines provoquent chez moi de l'urticaire, en plus d'une forte bouffée de chaleur frôlant la syncope. Non, ce n'est pas la ménopause (je vous emmerde), mais toutes les insidieuses opérations de marketing qui rognent notre culture, notre langue et notre pouvoir décisionnel me font clairement voir rouge.

Je ne parle pas du spectacle lui-même - ni de « l'accommodement» du pauvre gérant de la boutique Adidas ou même de la scandaleuse entente de Mélanie Joly avec Netflix -, mais bien du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Oui, oui, la compagnie de ballet classique à l'image féerique.

Une autre belle illustration de la suprématie machiste, exemple parfait qui pourrait servir au cours universitaire « Marketing patriarcal et instrumentalisation des femmes», s'il en était un.

En gros, le concept est simple, quelques hommes se pointent dans un…

D’un simple mouvement à l’indépendance du Québec

La danse m’a toujours fascinée. Elle nous renvoie à un langage universel, et donc non-verbal, façonné par ce qui meut les individus, les peuples, sociétés et nations. Mouvoir, se mouvoir, s’émouvoir, danser, ce sont tous là, pour ainsi dire, des manifestations mouvementées.

Les émotions elles-mêmes, contrairement à la mauvaise réputation qu’on leur imputa tout au long de l’Histoire, trop souvent associées à l’irrationalité (féminine évidemment), sont en réalité des mouvements internes du corps, le terme émotion provenant du latin ex-movere, signifiant littéralement, mouvement se dirigeant vers l’extérieur*. Ces élans naturels, messagers internes du corps, servent à guider l’intelligence humaine sous toutes ses formes. Universelles, les émotions primaires ne connaissent pas les frontières que l’être humain lui-même s’imposa et sont à la source des sentiments et des pensées qui nous habitent, des gestes, paroles et actions que nous posons, somme toute, de l’expression humaine.

Spontané…

Une femme qui dérange est forcément dérangée

Toutes les femmes qui expriment haut et fort leur mécontentement le savent, toutes celles qui dénoncent les injustices, brandissent les drapeaux de la colère et de l’indignation vous le diront, les grandes gueules féminines sont automatiquement étiquetées « crisses de folles », hystériques et autres noms de délurées réservés aux femmes, et surtout, conçus spécialement pour elles.

Plus de deux millénaires de folie féminine… ça commence à faire 
On l’oublie ou l’ignore tout simplement, mais le concept hippocratique de la « femme dérangeante » a bel et bien existé en Grèce antique. L’idée de réprimer les femmes en les traitant de folles n’a donc absolument rien de nouveau et dure depuis au moins deux millénaires.

Considéré le père de la médecine, Hippocrate vécut quelques 400 ans avant notre ère. Et comme il jeta les bases de la science, notamment des théories de l’humeur, et qu’il percevait de surcroît le corps de la femme comme une « dangereuse matrice » (« dangerous insides »), les fe…