Passer au contenu principal

Histoires de folles et de génies


« Si une femme a du génie, on dit qu’elle est folle.  Si un homme est fou, on dit qu’il a du génie. » - Louky Bersianik (1930-2011)
***

C’est bien connu, les hommes qui possèdent un talent exceptionnel dans un domaine quelconque sont d’emblée perçus comme des génies, généralement identifiables à leur nom seul; Newton, Beethoven, Darwin, Einstein, Freud, nommez-en, la liste est plutôt longue.

On y ajoutera Steve Jobs (qui avait d’ailleurs exigé d’avoir le même biographe qu’Einstein, Walter Isaacson), Stephen Hawking, Elon Musk, et bien d’autres encore, célébrés partout pour leurs idées « révolutionnaires » - certaines complètement absurdes, comme investir des milliards de dollars pour aller sur Mars alors que la Terre périclite, mais bon, c'est lui le génie ça l'air.

Du côté des femmes toutefois, ça se gâte. Outre Marie Curie, il est difficile de nommer des femmes reconnues génies par ses pairs. L’Histoire (His story) les a souvent écartées, discréditées ou ignorées, lorsque leur nom a simplement été mentionné. Encore faut-il qu’elles aient eu le droit d’aller à l’université (voir Les femmes sont des êtres humains – 5 nov 1906).

Et dans la catégorie « Histoires de folles et de génies », le septième art en rajoute incessamment. Tout le monde se souviendra de Rain Man (1988), l’histoire d’un homme autiste possédant un don extraordinaire en mathématique, rôle pour lequel Dustin Hoffman (acteur récemment accusé d’inconduite sexuelle par plusieurs femmes) obtint l’Oscar du meilleur acteur en 1989.

Un autre classique, A Beautiful Mind (2001). Non seulement John Forbes Nash était fonctionnel et talentueux, alors qu’il souffrait de schizophrénie, mais il était « un homme d’exception » (traduction française), ayant reçu le prix Nobel d’économie en 1994. Le long métrage a d’ailleurs remporté l’Oscar du meilleur film, et si Russel Crow n’a pas reçu l’Oscar du meilleur acteur, alors qu’il était en nomination, c’est sans doute parce qu’il l’avait remporté l’année précédente pour Gladiator (2000).

Notons d'ailleurs qu’il semble particulièrement profitable pour les acteurs de jouer des savants fous, et les actrices des folles à lier. Soulignons l’Oscar de la meilleure actrice pour Natalie Portman dans le rôle d’une ballerine anorexique qui s’automutile tout en dérivant mentalement dans Black Swan (2010) (voir Les pieds écarlates). Ou encore le César de la meilleure actrice à Isabelle Adjani pour son interprétation de Camille Claudel (1988), la célèbre artiste-sculptrice, égérie de Rodin, qui termina sa vie, on le sait, à l’asile.

Plus récemment, on ajoutera à la liste le film The Accountant (2016) dans lequel l’acteur américain Ben Affleck y incarne le rôle peu crédible d’un comptable autiste, Christian Wolff, ceinture noire en chiffres et en Tae-quelque-chose. Fait particulièrement intéressant dans ce film arrangé avec le gars des vues, le personnage fictif masculin devient hautement fonctionnel tandis que la jeune fille autiste, elle, Justine, demeure pour sa part dysfonctionnelle sa vie durant. On la retrouve en effet à la fin du film dans le même état précaire - alors que son père, soit dit en passant, est un spécialiste des troubles envahissant du développement. Comme quoi il y a peu d’espoir pour les filles atteintes d’un trouble quelconque… surtout à côté d’Affleck.

Steve Jobs, pour sa part, allait présumément travailler pieds nus, sans se laver, exhibant un caractère explosif accompagné de comportements erratiques, et parfois même violents, envers ses collègues. Il fut néanmoins célébré à sa mort, en 2011, comme « un visionnaire, un créateur de génie ». Une femme innovatrice aurait-elle pu agir de la sorte et poursuivre une brillante carrière? Permettez-moi d'en douter.

Depuis des lustres, les comportements irrationnels, désorganisés ou même psychotiques chez l’homme sont tolérés, voire acceptables, dans la mesure où ils manifestent un trait « exceptionnel », une qualité « extraordinaire ». De toute évidence, l’irrationalité masculine évoque inlassablement la créativité, le génie, la capacité à penser « en dehors de la boîte ».

Chez la femme toutefois, eh bien juste une « maudite folle, attachez-la quelqu’un », histoire de la garder, elle, dans la boîte (à ce propos, voir aussi La danse, la folie et les femmes). Mais les temps changent, tranquillement. Lorsque ce sont les femmes qui racontent les histoires, les écrivent, les réalisent, les produisent.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en