Passer au contenu principal

Histoires de folles et de génies

Si une femme a du génie, on dit qu’elle est folle.  Si un homme est fou, on dit qu’il a du génie. - Louky Bersianik (1930-2011)

C’est bien connu, les hommes qui possèdent un talent exceptionnel dans un domaine quelconque sont d’emblée perçus comme des génies, généralement identifiables à leur nom seul; Newton, Beethoven, Darwin, Einstein, Freud, nommez-en, la liste est plutôt longue.

On y ajoutera Steve Jobs (qui avait d’ailleurs exigé d’avoir le même biographe qu’Einstein, Walter Isaacson), Stephen Hawking, Elon Musk, et bien d’autres encore, célébrés partout pour leurs idées « révolutionnaires » - certaines complètement absurdes, comme investir des milliards de dollars pour aller sur Mars alors que la Terre périclite, mais bon, c'est lui le génie ça l'air.

Du côté des femmes toutefois, ça se gâte. Outre Marie Curie, il est difficile de nommer des femmes reconnues génies par ses pairs. L’Histoire (His story) les a souvent écartées, discréditées ou ignorées, lorsque leur nom a simplement été mentionné. Encore faut-il qu’elles aient eu le droit d’aller à l’université (voir Les femmes sont des êtres humains – 5 nov 1906).

Et dans la catégorie « Histoires de folles et de génies », le septième art en rajoute incessamment. Tout le monde se souviendra de Rain Man (1988), l’histoire d’un homme autiste possédant un don extraordinaire en mathématique, rôle pour lequel Dustin Hoffman (acteur récemment accusé d’inconduite sexuelle par plusieurs femmes) obtint l’Oscar du meilleur acteur en 1989.

Un autre classique, A Beautiful Mind (2001). Non seulement John Forbes Nash était fonctionnel et talentueux, alors qu’il souffrait de schizophrénie, mais il était « un homme d’exception » (traduction française), ayant reçu le prix Nobel d’économie en 1994. Le long métrage a d’ailleurs remporté l’Oscar du meilleur film, et si Russel Crow n’a pas reçu l’Oscar du meilleur acteur, alors qu’il était en nomination, c’est sans doute parce qu’il l’avait remporté l’année précédente pour Gladiator (2000).

Notons d'ailleurs qu’il semble particulièrement profitable pour les acteurs de jouer des savants fous, et les actrices des folles à lier. Soulignons l’Oscar de la meilleure actrice pour Natalie Portman dans le rôle d’une ballerine anorexique qui s’automutile tout en dérivant mentalement dans Black Swan (2010) (voir Les pieds écarlates). Ou encore le César de la meilleure actrice à Isabelle Adjani pour son interprétation de Camille Claudel (1988), la célèbre artiste-sculptrice, égérie de Rodin, qui termina sa vie, on le sait, à l’asile.

Plus récemment, on ajoutera à la liste le film The Accountant (2016) dans lequel l’acteur américain Ben Affleck y incarne le rôle peu crédible d’un comptable autiste, Christian Wolff, ceinture noire en chiffres et en Tae-quelque-chose. Fait particulièrement intéressant dans ce film arrangé avec le gars des vues, le personnage fictif masculin devient hautement fonctionnel tandis que la jeune fille autiste, elle, Justine, demeure pour sa part dysfonctionnelle sa vie durant. On la retrouve en effet à la fin du film dans le même état précaire - alors que son père, soit dit en passant, est un spécialiste des troubles envahissant du développement. Comme quoi il y a peu d’espoir pour les filles atteintes d’un trouble quelconque… surtout à côté d’Affleck.

Steve Jobs, pour sa part, allait présumément travailler pieds nus, sans se laver, exhibant un caractère explosif accompagné de comportements erratiques, et parfois même violents, envers ses collègues. Il fut néanmoins célébré à sa mort, en 2011, comme « un visionnaire, un créateur de génie ». Une femme innovatrice aurait-elle pu agir de la sorte et poursuivre une brillante carrière? Permettez-moi d'en douter.

Depuis des lustres, les comportements irrationnels, désorganisés ou même psychotiques chez l’homme sont tolérés, voire acceptables, dans la mesure où ils manifestent un trait « exceptionnel », une qualité « extraordinaire ». De toute évidence, l’irrationalité masculine évoque inlassablement la créativité, le génie, la capacité à penser « en dehors de la boîte ».

Chez la femme toutefois, eh bien juste une « maudite folle, attachez-la quelqu’un », histoire de la garder, elle, dans la boîte (à ce propos, voir aussi La danse, la folie et les femmes). Mais les temps changent, tranquillement. Lorsque ce sont les femmes qui racontent les histoires, les écrivent, les réalisent, les produisent.

Messages les plus consultés de ce blogue

Ces grands qui se trompent

En mars dernier, certaines d’entre nous ont vertement critiqué les Grands Ballets canadiens de Montréal pour leur programmation sexiste prévue pour la saison 2018-2019, ainsi que leur interminable instrumentalisation des femmes (voir « Ode à la femme », mon œil). Nathalie Petrowski semblait alors d’accord puisqu’elle publiait un percutant billet à cet effet, et ce, pour mon plus grand bonheur, Chercher la femme (et ne pas la trouver).

Une fois rendue en juin, par contre, la grande dame de la critique culturelle québécoise écorchait (et pas à peu près) Marilou Craft, qui, elle, dénonçait de son côté le concept même du spectacle SLĀV de Robert Lepage, lui reprochant de « …critiquer les spectacles avant même qu’ils n’existent. Me semble que la première chose que l’ex-étudiante aurait dû faire avant de poser ses objections, c’était d’attendre que le spectacle soit monté, non ? »

Hiiing… Non.

Nous n’avons pas eu besoin d’attendre de voir le spectacle Femmes, prévu pour 2019, pour protester…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Faire bouger le monde. N'importe comment.

Casse-Noisette s'en vient et les nombreuses publicités qui ont envahi la ville de Montréal depuis quelques semaines provoquent chez moi de l'urticaire, en plus d'une forte bouffée de chaleur frôlant la syncope. Non, ce n'est pas la ménopause (je vous emmerde), mais toutes les insidieuses opérations de marketing qui rognent notre culture, notre langue et notre pouvoir décisionnel me font clairement voir rouge.

Je ne parle pas du spectacle lui-même - ni de « l'accommodement» du pauvre gérant de la boutique Adidas ou même de la scandaleuse entente de Mélanie Joly avec Netflix -, mais bien du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Oui, oui, la compagnie de ballet classique à l'image féerique.

Une autre belle illustration de la suprématie machiste, exemple parfait qui pourrait servir au cours universitaire « Marketing patriarcal et instrumentalisation des femmes», s'il en était un.

En gros, le concept est simple, quelques hommes se pointent dans un…