Passer au contenu principal

Le deuxième sexe et "l'envie du pénis"


Simone de Beauvoir espérait que son ouvrage phare, Le deuxième sexe, paru en 1949, soit un jour désuet. Or il n'en est rien. Le premier sexe occupe toujours la première place, cruciale, fondamentale, primordiale et durement négociable, celle du vrai pouvoir, décisionnel, politique, et ultimement socio-économique. C'est le cas de nombreuses institutions québécoises, conseils d'administration, grandes entreprises, tout comme à l'Assemblée nationale du Québec, où les femmes occupent moins de 30% des sièges, 28,8% pour être précise.

Justin Trudeau, pour sa part, prétend appliquer la parité, mais dans les faits, le gouvernement canadien est loin d'avoir atteint l'équité salariale, alors que la hausse salariale des médecins spécialistes, elle, ne se fait jamais attendre.

Certains expliquent cette perte de croissance de la représentation féminine au Québec, observée entre 2009 et 2015, par une montée de la droite, en plus de la corruption au sein du Parti libéral mise au grand jour durant ces nombreuses commissions d'enquête, loin d'attirer les femmes, concluant que, si la tendance se maintient, "qui a besoin de mesures supplémentaires pour encourager la présence féminine?"

Étrangement, 2009 à 2015 apparaît également la période durant laquelle les femmes se sont drastiquement appauvries au Québec, sous ce même régime néolibérale corrompu et misogyne, coupant immanquablement dans les secteurs occupés majoritairement par des femmes, tout en privilégiant les hommes et les multinationales. On a qu'à penser aux enseignantes, aux éducatrices, aux infirmières, aux secteurs communautaire et public, aux services sociaux, bref, des femmes directement touchées par ces mesures austères, alors que du côté des hommes, la relance économique patriarcale, elle, bat son plein (notamment dans les secteurs miniers, de la construction, des technologies, des finances, des sports masculins, etc., sans parler de Bombardier).

Inexorablement, on attend des femmes (tout comme des artistes d'ailleurs) qu'elles fassent encore et toujours plus de bénévolat, en plus de faire des miracles avec des miettes, les emplettes, les tâches domestiques et ménagères, les repas, les lunchs pour les enfants, en partant une brassée de l'autre main, tout en investissant, qui plus est, dans leur profession, comme c'est le cas des enseignantes, par exemple, à qui on offre un mince crédit d'impôt pour l'achat du matériel scolaire. Quoi? Et les médecins, eux, doivent-ils également acheter le matériel nécessaire pour exercer leur profession?

La réalité est qu'en raison des rôles toujours inégaux entre les femmes et les hommes concernant les tâches domestiques non-rémunérées et l'éducation des enfants, les femmes manquent de temps - on le sait, le temps c'est de l'argent -, courant inlassablement aux quatre coins de la ville, les enfants sous le bras, en plus de faire de nombreuses files d'attente (à l'épicerie, à l'aide alimentaire, à l'hôpital, etc.), et gagnent toujours moins que l'homme, l'écart salarial homme-femme persistant.

À travers cette course folle, cette difficile conciliation travail-famille, vous croyez sincèrement que les femmes ont le temps, les ressources, les appuis et l'énergie de s'impliquer en politique? De nombreuses femmes parviennent à peine à joindre les deux bouts au Québec depuis quelques temps, en plus de subir des critiques particulièrement acerbes du public. Comme le disait fièrement Elvis Gratton dans le film de Falardeau: « Il faut être réaliste, câlisse! »

Le premier sexe doit faire de la place aux femmes, certes, et partager le pouvoir et la vaisselle. Des mesures, oui, s'avèrent toujours nécessaires pour assurer une représentation féminine, en plus d'un travail / ménage de fond pour modifier, encore et toujours, les mentalités sexistes qui persistent (comme surnommer une ministre la « Barbie du climat », entre autres exemples).

D'ailleurs, ce n'est pas de « l'envie du pénis » dont souffrent les femmes, mais bien du pouvoir inhérent qui l'accompagne. Ce n'est pas la même chose. Il ne faut surtout pas croire tout ce que Freud a écrit, il y a de cela un siècle, lui qui affectionnait particulièrement, soit dit en passant, les cigares et les statuettes. Projection d'une fixation phallique, cher Sigmund?

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…