Passer au contenu principal

En rafale… (6)


Un homme qui pose des questions cherche la vérité. Une femme qui pose des questions, elle, cherche la chicane. Et comme je (me) pose beaucoup de questions…

Étant donné le réchauffement climatique et l’importante fonte des glaciers des dernières années, est-il encore exact, ou même approprié, de parler de « la pointe de l’iceberg », ou si ça ne fait plus aucun sens cette expression-là ?

Ça ne vous dirait pas, vous autres aussi, d’avoir droit à des prévisions piétonnières, relatant les conditions des trottoirs à Montréal, du genre : « Oubliez le coin Pie-IX et Ontario, ça va encore ressembler à une énorme patinoire » ? - Nette augmentation de chutes sur la glace à Montréal et Laval 

Avez-vous vu ça ? Un nouveau record de rassemblement de schtroumpfs : 2762 participants. Ma question est fort simple : pourquoi ?

« Pour avoir fait l'école buissonnière [dans le cadre de la Première grève scolaire pour le climat à Montréal], Sara Montpetit et ses collègues de classe ayant répondu à son invitation devront toutefois effectuer une heure de retenue, une réprimande qu'elle accepte sans broncher. » C’est-y pas beau de voir ça ?!  Mon genre de fille… You go girl ! (Pas de question, c'est juste une observation.)

Comme je m’ennuie des chroniques de la grande Petrowski, je regarde maintenant C’est juste de la TV - même si je n’ai aucune idée de quoi ils parlent -, juste pour l’entendre critiquer… Maudit qu’il y en a de la cochonnerie à la télévision ! People, people, please… Ça doit être dommageable pour la cervelle, autant de stupidité condensée et d’images vides de sens ? Il doit bien y avoir une p’tite étude cognitive à ce sujet quelque part, non ?

La transition entre l’entrevue de LP et celle de Simon Jolin-Barrette à l’émission TLMEP, c’est-tu ça qu’on appelle un « sapristi de mauvais timing » dans le « line-up » des invités ? Méchante débarque de charisme et d’intérêt au p’tit écran, pas vrai ?

Après quatre ans d’attente pour tes papiers d’immigration, t’es pas déjà « intégré » à une société ? … « En prendre moins, mais en prendre soin », disait M. Legault. N’est-ce pas maintenant que ça devrait commencer ? Y sont déjà icitte…

L'écart salarial hommes-femmes a grandi en 2018 au Québec : C’est qui le dernier qui nous disait de nous calmer le pompon, nous autres, les « féministes enragées » ? ... Et en plus, il faut acheter des produits hygiéniques féminins, sans oublier la maudite "taxe rose" - Menstruée, elle se promène sans protection hygiénique pour dénoncer la précarité liée aux règles

Vous voulez réduire le gaspillage alimentaire à la maison ? Essayez la faim et la pauvreté… La question, chez les indigents, n’est pas « Qu’est-ce qu’on mange pour souper ? », mais bien « Qu’est-ce qui reste dans le frigo ? » (Bienvenue dans « l’écosystème de la pauvreté »)

Vous êtes encore sur Facebook ?! De quessé que vous n’avez pas compris encore ? … (Visionnez le documentaire de Frontline, maintenant disponible en français à l’émission Enquête.)

« Art-thérapie et poutine » ?! … Me niaisez-vous, saint-chrême ? Pourquoi pas « Psychothérapie et hot-dogs » tant qu’à faire ? « Psychanalyse et chocolat » ? « Psycho-pop et popcorn » ? … C’est décourageant sans bon sens. (Le freak show, version XXIè siècle)

Savez-vous combien de journalistes j’ai emmerdés ces dernières années à propos de mon « gros dossier » et ces maudits publi-reportages qui prolifèrent à la vitesse de la lumière ? … Moi non plus.

L’hostilité envers les Québécois serait de retour chez les Canadiens anglais, apparemment, depuis l’affaire SNC-Lavalin. Quebec bashing is back, baby… Tiens, serait-ce un bon moment pour recommencer à parler d’indépendance et planifier un beau référendum ? Pensez-vous qu’ils prendraient tous l’avion en aussi grand nombre, cette fois-ci, pour venir nous déclarer leur amour, nous dire à quel point ils tiennent à nous ? Come on… Juste pour voir.

« Le sommet de crise de l'Église catholique miné par les scandales sexuels » … Si c’était une entreprise normale, assujettie, elle aussi, aux mêmes lois que les autres, on fermerait la shop, non ? Je repose ma question : « On attend quoi pour démanteler l’Église catholique, qui ressemble pas mal à un énorme réseau international d’abuseurs, de prédateurs, de pédophiles et de facilitateurs, en plus de leur ridicule créationnisme ? » Plus de victimes ?

Parlant d’un autre boys club, en l’occurrence celui de l’armée : Y’as-tu juste moi qui capote avec le documentaire Unacknowledged ? Me semble qu’il faudrait mettre la GRC, un enquêteur ou « [a] formidable columnist » là-dessus, non ?

Voulez-vous connaître le fameux « proverbe » de Narcisse à côté ? Attachez votre tuque : « Un homme, c’t’un homme. C’pas un rectum ! » … « Hum, hum… » Qui a dit que je n’étais pas patiente, moé, dans’ vie ? … Simonac.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en