Passer au contenu principal

Une femme qui dérange est forcément dérangée


Toutes les femmes qui expriment haut et fort leur mécontentement le savent, toutes celles qui dénoncent les injustices, brandissent les drapeaux de la colère et de l’indignation vous le diront, les grandes gueules féminines sont automatiquement étiquetées « crisses de folles », hystériques et autres noms de délurées réservés aux femmes, et surtout, conçus spécialement pour elles.

Plus de deux millénaires de folie féminine… ça commence à faire 

On l’oublie ou l’ignore tout simplement, mais le concept hippocratique de la « femme dérangeante » a bel et bien existé en Grèce antique. L’idée de réprimer les femmes en les traitant de folles n’a donc absolument rien de nouveau, et dure depuis au moins deux millénaires.

Considéré le père de la médecine, Hippocrate vécut quelque 400 ans avant notre ère. Et comme il jeta les bases de la science, notamment des théories de l’humeur, et qu’il percevait de surcroît le corps de la femme comme une « dangereuse matrice » (« dangerous insides »), les femmes goûtèrent en effet à sa médecine.

C’est sur ces fondations hasardeuses que se construisit la médecine psychiatrique, les deux sexes ayant d’abord été séparés par leur nature, la culture suivant de très près. L’homme blanc se posa en maître, centre de l’univers et de la « Création », déterminant ainsi la norme. Tout le reste, par définition, devint « anormal », d’où une profusion de termes pour définir ces différences, ces pathologies, dysfonctions, désordres et autres troubles mentaux que l’autre possède (femme, minorités ethniques, colonisés, etc.)

La perspective dualiste cartésienne du XVIIe siècle vint renforcer le mythe de la pensée rationnelle propre à l’homme. À ce propos, le mot vertu provient du latin virtus, dérivé de vir qui signifie « homme », qui a donné viril et virilité. Le terme virtus servait à désigner la force morale et la discipline de « l’homme rationnel » et bien-pensant, s’opposant au caractère « impulsif » et « irrationnel » de la femme. En opposant inlassablement le corps à l’esprit – le fameux « je pense donc je suis » de Descartes -, la femme, en raison de sa capacité à enfanter, à donner la vie, est ainsi réduite à la notion de corps, sans réelle intelligence ou capacités cognitives. Outre quelques exceptions historiques, quelques rares sociétés matriarcales ou nations dites non-traditionnelles (les Premières Nations par exemple), la nature féminine a longtemps été considérée une simple matrice servant à la procréation et au plaisir sexuel de l’homme. (Cette conception réductrice de la femme n’est pas s’en rappeler d’ailleurs un spectacle qui devait s’intituler Femmes, prévu pour 2019 en passant - « Et quel corps amène la vie? Celui de la femme. » … Comme quoi l’évolution est effectivement un lent et très, très long processus - voir "Ode à la femme", mon oeil)

La mentalité ainsi que la terminologie médicale de l’époque victorienne apportèrent également leur lot de mythes et d’idées odieuses concernant les femmes. L’ « hystérie » (1) battait son plein, et les médecins répandaient des idées aussi saugrenues que fausses, entre autres, qu’une femme ayant un fort appétit sexuel était en réalité atteinte d’une maladie, une pathologie appelée dès lors la nymphomanie (2), sans oublier les travaux de Freud.

Au cours du XXe siècle, fait intéressant, nombreuses études socio-psychologiques s’intéressèrent aux comportements des mâles-alpha – la domination masculine animale ayant toujours fasciné les docteurs ès Psychologie et les mâles de laboratoire. Encore une fois, nombreuses caractéristiques, comme la colère, l’agressivité, la domination, le pouvoir inhérent ainsi que le désir sexuel, manifestations comportementales typiques du mâle-alpha, étaient vues souhaitables… tant que la femme (ou femelle) en était privée.

Autrement dit, depuis que le monde est monde, toute femme qui exhibe des traits considérés, à tort, masculins - ils sont simplement humains -, est d’emblée jugée anormale, dénaturée, voire folle à lier. Et nombreux termes médicaux et diagnostics ayant vu le jour au cours de l’Histoire ont simplement servi à stigmatiser les femmes, à les catégoriser, pour mieux les contrôler, les « traiter », les enfermer dans le silence, la surmédication, quand ce n’était pas l’asile psychiatrique carrément. Car rien ne déconcerte plus l’homme Blanc en position de pouvoir qu’une femme en colère qui réclame sa part.

Lueur d’espoir au XXIe siècle ? 
Mais l’espoir existe toujours, oui mesdames. Il faut savoir que l’homosexualité a longtemps été considérée un trouble mental, rayé du DSM (manuel de diagnostics de la médecine psychiatrique en Amérique) en 1973, suite à nombreuses pressions sociales des groupes homosexuels aux États-Unis, qui perturbèrent entre autres les rencontres annuelles de l’American Psychiatric Association (Association américaine de psychiatrie) en 1970 et 1971. On le sait plus que jamais, la force du nombre fait souvent toute la différence, même en médecine psychiatrique.
***

« Men are generally allowed a greater range of “acceptable” behaviors than are women. It can be argued that psychiatric hospitalization or labeling relates to what society considers “unacceptable” behavior. Thus, since women are allowed fewer total behaviors and are more strictly confined to their role-sphere than men are, women, more than men, will commit more behaviors that are seen as “ill” or “unacceptable”. »
Phyllis Chesler, Women & Madness (1972, 1989)

« Le vrai consiste simplement dans ce qui est avantageux pour la pensée. »
William James (1842-1910), fondateur de la psychologie en Amérique

-----
(1) Issu du mot grec hystera, signifiant utérus ou matrice, l’hystérie, « excès émotionnel incontrôlable », trouve son origine dans l’Égypte ancienne, la théorie stipulant en effet que l’utérus en déplacement dans le corps provoquait des symptômes physiques inexplicables, des infections ou encore un trouble névrotique réservé aux femmes évidemment (ça prend un utérus). Il existe d’ailleurs un film insupportable sur cette époque, Hysteria (2011), ou La petite histoire du plaisir en français, réalisé par Tanya Wexler. Vous pouvez également consulter, entre autres, l’article (en anglais) What It Really Means When You Call a Woman "Hysterical" (Vogue, mars 2017).

(2) Alors que l’hypersexualité, ou sexualité compulsive, chez la femme fut longtemps appelé « nymphomanie », chez l’homme, ce même trouble était nommé satyriasis, du mot grec satyre, signifiant la force vitale de la nature. Notons que Satyre, dans la mythologie grecque, est un demi-dieu habitant les bois, possédant certains traits d’un animal (notamment la queue). Aujourd’hui on parle plutôt d’hypersexualité, soit un comportement sexuel humain qui se traduit par une recherche continue et persistante du plaisir sexuel.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en