Passer au contenu principal

La grosse tête brûlée


Lorsque Donald Trump a involontairement quitté la Maison-Blanche, on se disait qu’on aurait enfin la paix. Sous sa gouverne chaotique, houleuse et fort douteuse, s’informer sur la situation américaine relevait du défi, tellement tout était devenu insupportable. Pu capable d’entendre sa voix, encore moins de l’écouter répandre ses conneries, ses âneries, ses vacheries, ses tromperies et autres calomnies typiquement trumpistes. Trop imbuvable. On en faisait de l’urticaire. Après sa défaite électorale, donc, c’était enfin la fin de l’omniprésence du président orange dans le paysage médiatique. Du moins en apparence. Une tête brulée. Un écervelé. Un narcissique fini. Un être malhonnête. Bon débarras. Bye, là.

La tête brûlée orange 

Au Québec, ces temps-ci, c’est l’ex-députée de Québec solidaire (QS), Catherine Dorion, qui réapparaît dans le paysage, provoquant dans son sillon une montée d’urticaire populaire. On croyait pourtant être débarrassé. Mais non. Là revoilà qui revient à la charge avec ses gros sabots, son précieux nombril, son immense ego, ses mauvaises manières et son langage vulgaire, tout cela pour vendre son livre Les têtes brûlées. Non merci.  

L’ex-députée orange ayant siégé à l’Assemblée nationale, c’est sûrement d’intérêt public. Mais qu'importe, on est pu capable de l’entendre. Juste écouter (partiellement) les innombrables entrevues qu’elle accorde en grand nombre ces jours-ci dans les différents médias relève de l’exploit, d’un effort extraordinaire. On ne va tout de même pas recommencer à faire de l’urticaire ? Faut choisir ses batailles et ses luttes fécondes.

Plusieurs croient, à tort, que si l’on est une femme, artiste, militante, féministe, gauchiste, indépendantiste, toute le kit, on aime forcément Catherine Dorion et son style « original ». Désolée, mais non. Je l’ai maintes fois exprimé et vais le répéter : la présumée artiste et militante Catherine Dorion est là d’abord et avant tout pour ses intérêts personnels. Dit autrement, tout ce qui intéresse Catherine Dorion, c’est Catherine Dorion. 

À l’Assemblée nationale, alors qu’elle avait pourtant un certain pouvoir, Mme Dorion n’a cessé de faire parler d’elle pour les mauvaises raisons – ses costumes, ses habillements d’éternelle adolescente et ses interminables enfantillages. Pour le militantisme et l’avancement réel de dossiers, faut repasser. Encore faut-il se présenter… 

Un de ses anciens collègues solidaires affirme par ailleurs que Mme Dorion, en plus de son absentéisme, a utilisé la machine politique de QS pour se hisser elle-même plus haut. On a aucune difficulté à le croire. 

Toujours en manque de lumière et d’attention, l’ex-députée orange de Taschereau revient donc dans le paysage et le cirque médiatique qu’elle déplore tant pour les mêmes raisons qui l’ont poussée vers la politique : faire parler d’elle. Et à l’entendre ici et là, Mme Dorion n’a manifestement réalisé aucun exercice d’introspection. Comme d’habitude, Catherine Dorion n’a pas réfléchi à la situation. Elle n’a pas médité ni même cherché à imaginer un seul instant quelle était sa part de responsabilité dans tout ce cirque médiatique qu’elle a joyeusement alimenté et duquel elle s’est grassement nourrie. La tête brulée n’a encore rien compris. Même nombrilisme, même immaturité. 

Et comme Donald Trump, le président orange, l’ex-députée orange aime beaucoup (trop) parler, n'écoute pas, adore s’écouter parler et se trouve particulièrement géniale. Les deux sont insupportables. 

Avec sa caricature d’aujourd’hui, Le livre de Catherine Dorion, Chapleau résume assez bien la situation. Seule correction à apporter : la grosse tête brûlée de Catherine Dorion, en réalité, n’entre pas dans le cadre. Bye, là.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en