Passer au contenu principal

La CAQ – Faire plus. Faire pire.


Connaissez-vous le slogan de la Coalition avenir Québec (CAQ) ? Faire plus. Faire mieux. Et pourtant, depuis quelques semaines maintenant, plus elle en fait, plus la CAQ en arrache. 

En matière de brouillon et du « faire à peu près », la volte-face concernant le troisième lien autoroutier Québec-Lévis est dure à battre. Même si l’abandon de ce gigantesque tunnel est une excellente nouvelle pour plusieurs citoyens, une très large partie de la campagne électorale du gouvernement Legault, et donc des résultats des dernières élections, reposaient bel et bien sur la réalisation de ce mégaprojet de quelques milliards de dollars. 

Plus incroyable encore : les arguments très approximatifs du premier ministre François Legault, tant à l’adoption qu’à l’abandon de ce projet. Avec ou sans études, la CAQ misait pourtant très gros sur ce tunnel. Alors que M. Legault est reconnu pour être un homme d’affaire aguerri et un comptable expérimenté, il semble prendre plusieurs décisions au pif et au ressenti, sur le coin d’une table. Ça manque nettement de rigueur et de chiffres. Qui l’eût cru. 

Ajoutez à cela l’arrogance de M. Legault qui se dénote clairement dans ce deuxième mandat – sans pandémie et sans rôle de « père de la nation ». François Legault n’aime pas être critiqué, ni avoir à s’expliquer. Depuis la fondation de son parti, d’ailleurs, il est le seul chef et maître dans la cabane. C’est lui qui décide. Point à la ligne. Les ministres et les députés bleu pâle caquiste n’ont qu’à bien se tenir. 

Or, dorénavant, qui peut croire les belles promesses, les paroles et les jolis mots qui sortent spontanément de la bouche de M. Legault et de son équipe ? Tout cela pourrait coûter très cher à la CAQ. Et le dernier sondage Léger semble le confirmer. 

*** 

Parlant de beaux mots, la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, a quant à elle trouvé le moyen d’ajouter une couche d’arrogance et d’insouciance à ce gouvernement, en s’adonnant à un jeu durant l’exercice de ses fonctions, lui permettant ainsi de marquer des points au sein de son équipe. 

La numéro deux du gouvernement caquiste a en effet eu le culot de s’amuser à glisser des mots insolites dans ses réponses lors d’un exercice de reddition de compte. Prise à son propre jeu, Mme Guilbault s’est par la suite excusée : « S’il y a des gens qui ont pu considérer que c’était inapproprié, je veux m’en excuser, ou que ça manquait de jugement, ce n’était absolument pas l’objectif. »

Évidemment que c’était à la fois inapproprié et que ça manquait de jugement. Et son explication, prétextant « son amour pour la langue française », l’était tout autant. Il faudrait nettement « sanctuariser » ces moments, Madame la vice-première ministre, où les ministres et les députés doivent répondre à des questions importantes sur les actions et les dépenses de votre gouvernement. 

De plus, pendant que vous vous amusez, avec une telle désinvolture, à insérer des beaux mots pour faire rire vos compagnons de travail, notez qu’il y a des Québécois qui vous écoutent et qui souffrent sérieusement, eux, en raison de dossiers majeurs que votre gouvernement tarde à régler, voire à reconnaître, comme, entre autres exemples, la sévère crise du logement qui sévit partout au Québec, l’expulsion sauvage et irrationnelle de locataires de tout âge, la crise climatique, l’inflation, la hausse exorbitante du coût des loyers, du panier d’épicerie et de la vie, les explosions des demandes d’aide alimentaire, etc. – bref, nommez-les, les vrais problèmes à régler au plus vite. 

Faire plus de points. Faire plus de mal à la CAQ ? Tout cela est franchement « croquignolesque », Madame la vice-première ministre.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en