Passer au contenu principal

«She Said», le film à voir


Beaucoup a été dit ces derniers jours, au Québec, sur « l’affaire-de-l’affaire-en-rapport-avec-l’affaire-Julien-Lacroix ». Et si comme moi vous ressortez de tout cela avec la même confusion qu’au départ (entre autres sur les véritables intentions des journalistes impliquées qui attaquent le travail d'une collègue d'un autre journal), avec le vague sentiment que des féministes ont marqué un but dans notre propre filet, en plus de miner la confiance déjà affaiblie du public envers les médias en général, alors allez voir le film She Said en salle (le mardi, c'est à tarif réduit). Et juste à regarder la bande annonce, on était déjà très excitée. 

Des journalistes comme chiennes de garde 

On connait tous assez bien l’histoire de Harvey Weinstein, le scandale de ce magnat d’Hollywood déchu qui a explosé en 2017, galvanisé le mouvement de dénonciation #MeToo (qui existait déjà avant – arrêtez de dire que ce mouvement est né il y a 5 ans !) et fait tomber bien des têtes de puissants mécréants. 

Mais comme la mémoire joue parfois des tours et qu’il ne faut surtout rien oublier si on veut apprendre du passé, il faut revenir sur les faits, se rappeler le fil des événements qui ont mené aux accusations du monstrueux producteur de Miramax qui a abusé de son pouvoir pendant des décennies pour violer, agresser sexuellement, harceler et intimider des dizaines de femmes – plus de 80 femmes, à date, ont accusé Weinstein. (Soulignons au passage que le 24 octobre dernier, alors que Weinstein était de nouveau à la cour, dans un autre procès, en Californie cette fois, c’était écrit noir sur blanc dans un journal : Harvey Weinstein accusé de s’être servi de son pouvoir pour violer des femmes. Mieux vaut tard que jamais, comme on dit.)

Évidemment, nous ne sommes pas dupes non plus. Le scénario du film ayant été co-écrit par les principales intéressées qui ont braqué les projecteurs sur cette affaire et écrit un livre, les deux journalistes du New York Times Megan Twohey et Jodi Kantor, elles apparaissent forcément comme de véritables héroïnes à l’écran, des femmes qui semblent avoir commis très peu d’erreurs en chemin – même si on en dénote une en route qui nous exaspère néanmoins. Mais bon, ça demeure un film américain, hollywoodien ; ce n’est pas rien. 

N’empêche, outre le travail acharné des deux journalistes impliquées dans cette enquête, qui vont infatigablement débusquer les faits, chercher des témoignages, corroborer des dires et des données, le film apporte également un éclairage sur des personnages méconnus dans cette histoire, qui se trouvaient, eux, dans la salle de rédaction du New York Times, entre autres l’éditrice Rebecca Corbett, interprétée par la toujours envoûtante Patricia Clarkson (elle brillait et nous effrayait à la fois dans Sharp Objects en 2018). 

Pour les gens du grand public qui ne connaissent absolument rien aux médias (certaines personnes ne savent pas faire la distinction entre un article de presse et une lettre d’opinion, rappelons-le), on voit bien que dans le ventre du journal et les entrailles de la salle de rédaction, sortir une telle histoire n’est pas une mince affaire. Non seulement les deux journalistes ne sont pas seules devant le puissant « Dieu du cinéma » et la montagne de preuves à accumuler, mais il y a toute une équipe (éditoriale, légale, etc.) qui les accompagne, les encadre. 

En plus de revoir Jennifer Ehle (oui, oui, Jennifer Ehle de la série britannique Pride & Prejudice avec le beau Colin Firth à une autre époque) qui interprète Laura Madden, une autre lanceuse d’alerte, ce film nous permet également de retrouver avec beaucoup d’émotion Ashley Judd qui joue merveilleusement bien … son propre rôle. Vous imaginez la colère de cette femme ? Suivie de la joie, du soulagement, de la frustration, de l’exaspération, bref, de toute une gamme d’émotions que doivent traverser les victimes qui ont osé parler ? Disons qu'elle a payé très cher le prix (toute une carrière), après les représailles de Weinstein, et on ne peut qu’applaudir le courage de cette femme, de même que celui de toutes ces femmes qui ont parlé, qui l'ont dénoncé. 

La brochette d’actrices et d’acteurs est impressionnante dans le film She Said, mais il est d'abord et avant tout un important rappel de ce tsunami de dénonciations qui a secoué le monde entier en 2017, nous rappelant avec force et pertinence que, même lorsque la situation est fort complexe et compliquée, la vérité finit toujours par émerger, par apparaître au grand jour, par trouver la lumière, et ce, même dans les histoires les plus sales, les plus tordues et les plus sombres qu'il faut sans cesse déterrer.

Et ça, ne l'oublions pas non plus, c’est Harvey Weinstein aujourd’hui, qui purge depuis 2020 une peine de 20 ans de prison (and counting...). Merci mesdames.


(Images : captures d’écran)

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en