Passer au contenu principal

Élections Québec : tout le monde perd


On l’oublie trop souvent, mais on est vraiment chanceux de vivre dans une société libre, paisible et démocratique. Contrairement à bien des endroits dans le monde, on a droit, nous autres, à de vraies élections. Pas à une mascarade, à un spectacle, une mise en scène montée de toutes pièces par l’État et arrangée avec le gars (barbu) des vues, et dont le résultat est déjà connu d’avance… Enfin, presque. 

3 octobre 2022 

Lundi soir, la Coalition avenir Québec va remporter cette autre élection. François Legault sera de nouveau le premier ministre du Québec. Avec quelque 37% des votes seulement, son parti pourrait « quand même rafler plus de deux-tiers des sièges » à l’Assemblée nationale – lire L’urgence de réformer le mode de scrutin (Journal de Montréal, 2 oct. 2022). Ce n’est pas rien. Mais ça passe. Ça passe encore.  

Non, personne ne se bat dans les rues (ni dans l’autobus) pour réformer le mode de scrutin, et on nous prend vraiment pour des cruches (hormis quelques intellectuels bien sûr) (Mode de scrutin : le cynisme de M. Legault). 

C’est pas sérieux 

En 2018, les prédictions électorales et les sondages étaient complètement dans le champ, erronés, à côté de la traque – et en passant, y a-t-il un site plus insupportable à consulter que Qc125 ? Bref, j’ai appris ma leçon et, cette fois, j’ai moi-même mené mon propre sondage dans Hochelag’, ma circonscription. J’ai tâté le pouls de quelques citoyens ici et là, pour entendre leurs motivations. Loin d’être scientifique ou représentatif – et encore moins neutre (je milite toujours un peu en même temps) –, c’est tout de même éclairant de savoir ce qui pousse certains électeurs à se rendre aux urnes. 

À la Place Valois, par exemple, il y a un certain M. Legault qui vote pour Legault parce que, évidemment, ils ont « le même nom ». « O.k. » 

L’autre à côté, lui, vote pour la CAQ parce qu’il veut son « cadeau de Noël de 500 piasses » promis pour décembre. Loin d’être objective dans ma démarche (basée entièrement sur la curiosité mal placée et l’effronterie), j’interviens pour lui dire que ce n’est « ni un cadeau de Noël », « ni 500$ ». On s’astine quelques minutes pis je passe à l’autre. 

Lui, il ne veut pas révéler pour qui il vote. « C’est parce qu’il vote conservateur », lancent certains. (Les intentions de vote pour le PCQ seraient donc sous-estimées. C’est aussi mon avis. Quoi qu’en disent certains analystes et journalistes, Éric Duhaime est un redoutable politicien et communicateur qui touche une corde sensible d’une tranche importante de la population.) 

Gaétan à côté veut lui aussi son « cadeau » de 600$ de la CAQ, et il ajoute que, pour « gagner » ses élections, il doit voter pour le parti qui a le plus de chance de remporter, de « rentrer ». Alors voter pour un autre parti, pour d’autres raisons, c’est bien beau, c’est bien joli tout ça, mais « ton vote est perdu ».  

D’ailleurs, en apprenant mon choix (peu stratégique), ils me font tous la leçon : 

« Y’rentrera jamais, ton gars ! » (J’omets délibérément, ici, les mots qui suivirent que j'estime, hum, disons seulement, "inappropriés".) 

« Peut-être, mais je vote par conviction, moé ! », leur rétorquais-je le poing haut dans les airs. 

« Pfft ! », me lancent-ils tous en chœur. (Je crois que ça voulait dire : « Mais quelle idiote, celle-là ! Quelle idéaliste, câlice ! » 

Vive la démocratie ? 

Dans certains pays, des militaires et des gendarmes armés de mitraillettes encerclent les bureaux de scrutin, afin de s’assurer que tout le monde vote du « bon bord ». Ici, c’est beaucoup plus simple et, surtout, plus pacifique : on achète indirectement notre vote. On nous l’explique d’entrée de jeu, en plus, dès le début de la campagne électorale, question d’être vraiment clair et transparent, que « si on est reporté au pouvoir » en octobre, on va nous envoyer « des chèques » en décembre. (Et tiens, la veille des élections, qui plus est, on nous le rappelle encore – Lire Legault appelle au vote: "Dès le mois de décembre, on va vous envoyer un chèque de 400$ à 600$", Journal de Montréal, 2 oct. 2022)

Après le « Papa Legault » pandémique, « continuons » avec la nouvelle version d’un Québec gagnant de « Père Noël Legault ». C’est de toute beauté. Enfin, presque. 

Joyeuses élections tout le monde.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Femmes consommables

Elles ne datent pas d’hier, ces maudites pubs à marde. Mais lorsque j’ai aperçu celle-ci, au début de l’été, cette gigantesque publicité de bières au métro McGill, j’ai pensé, comme une vraie hurluberlue habitant toujours la planète Utopie  : «  Pfft ! Ça ne passera jamais ! Dans l’temps de l’dire, ces affiches seront recouvertes de collants "pub sexiste" que les féministes apposent ici et là, au centre-ville de Montréal. Check ben ça… ! » Je suis repassée maintes fois devant depuis, jamais vu un seul collant, sapristi. Neuf femmes consommables, mesdames et messieurs – neuf ! un vrai harem –, bien fraîches évidemment, et de préférence « à prendre » sur le bord d’un lac quelque part pendant vos vacances : la Brise du lac , la Ci-boire , la Matante , la Désirée , la Chipie , la Valkyrie , la Joufflue , la Belle Mer – quelqu’un devrait définitivement aller consulter –, ou encore la Nuit blanche – j’imagine que, comme Brise du lac , elle aussi n’est que de passage… I

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en