Passer au contenu principal

Bioéthique: qu’est-ce qu’on fait avec les résistants?


C’est une question extrêmement importante, soulevée notamment par le journaliste et animateur Patrick Lagacé à l’émission Nos années 20 : Doit-on continuer de soigner les antivax, et tous ceux qui résistent au vaccin, d’ailleurs, au détriment d’autres citoyens qui attendent des soins et des traitements urgents, une chirurgie par exemple ? 

Adhésion vs résistance 

Une très forte majorité de Québécois ont adhéré aux mesures sanitaires émises par la Santé publique et déjà reçu un vaccin contre la COVID-19, en tendant volontairement le bras : 78,9% de la population a reçu au moins une dose de vaccin (15 oct. 2021).

Cette majorité silencieuse écoute non seulement la science et les faits, mais se comporte en citoyen responsable, en respectant toutes les mesures et les restrictions mises en place, au nom de la collectivité, des choix faits pour notre société. 

Or, on le sait, une poignée d’individus seulement demeure réfractaire à recevoir un vaccin. Qu’ils soient négationnistes, complotistes, conspirationnistes, antivaccins, effrayés par l’injection, ou autre raison, ils choisissent sciemment, jusqu’à présent, de ne pas se faire vacciner, de ne pas recevoir un vaccin gratuit et efficace, facilement accessible dans ce pays riche, privilégié et pas trop mal organisé. (C’est discutable, vous me direz, mais passons.) 

Soit. C’est votre choix, on respecte votre décision. Maintenant, pourriez-vous signer un formulaire de consentement éclairé, svp ? 

« Je, [Machin Chouette], refuse de recevoir un vaccin gratuit contre la COVID-19 et m’engage solennellement, si je contracte cette maladie, à défrayer tous les coûts encourus par les traitements, tous les frais liés à mes soins et, le cas échéant, à mon hospitalisation, en allant me faire soigner au privé. » 

Non ? Ça ne vous intéresse pas de signer un tel document ? Bon d’accord, allons-y avec une date butoir alors ; par exemple, le 15 novembre prochain. 

À partir de cette date, tout citoyen qui n’est pas vacciné indiquera que ça relève clairement d’un choix personnel, et donc, ça devient votre responsabilité. Il faut assumer ses choix dans la vie, de même que les conséquences, pas vrai ? 

Ainsi, si vous contractez la maladie (que vous y croyiez ou pas), vous devrez nécessairement aller vous faire soigner au privé, payer vous-même pour les soins et traitements, puisque notre système de santé public, déjà très fragile et sur le point de se désagréger, ne pourra plus vous recevoir, vous comprenez. 

Justice sociale et médicale 

Pourquoi des citoyens responsables et pleinement vaccinés devraient-ils payer de leur poche des milliers, voire des dizaines de milliers de dollars pour se faire soigner au privé, et enfin recevoir une chirurgie dont ils ont cruellement besoin pour fonctionner et opérer dans la société, pendant que d’autres, eux, qui nient précisément la science, les données scientifiques et les faits bénéficient gratuitement des fruits de cette science, de cette expertise de la médecine et des bons soins en général qu’ils dénigrent ? 

Cela ne fait aucun sens. Ni éthiquement ni moralement. 

Cessons de punir les bons citoyens en attente de soins, en plus d’épuiser le personnel soignant à coup de temps supplémentaire obligatoire, d’exploitation ouvrière et de pressage de citron, pour une poignée d’individus qui ne «croient» pas, de toute manière, en la science. 

La patience populaire a des limites. Il est temps de poser de sérieuses questions éthiques et d’agir au plus vite.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en