Passer au contenu principal

La propagande par la danse


Pour bien des gens, la danse n’est qu’un simple divertissement, la libération des corps et des mouvements, pur plaisir corporel au son d’une musique agréable et entraînante. Parfois, en effet, la danse n’est que cela. Mais le domaine de Terpsichore, ainsi que tous les arts d’ailleurs, peuvent également servir d’efficaces outils de diplomatie comme de propagande. 

De Louis XIV aux dictateurs 

À la naissance même de la danse classique comme art de scène, on retrouve le roi danseur Louis XIV qui, au XVIIe siècle, savait épater la galerie, la cour et ses courtisans en se mettant en scène dans de prestigieux ballets, vêtu de costumes éblouissants, servant essentiellement à magnifier sa gloire. L’emprunt du nom Roi-Soleil ne fut en rien anodin. Ce brillant personnage de scène, qu’il incarna à quelques reprises dans des ballets de cour, permettait également d’envoyer un message clair quant à sa position au centre de son royaume, de même qu’à glorifier son image, en plus de devenir l’effigie officielle de sa monnaie royale. 

Plus près de nous, la compagnie Les Grands Ballets canadiens a elle aussi été utilisée, dès sa création en 1957, à promouvoir le fédéralisme et la culture canadienne, d’un océan à l’autre, grâce à ce très pratique langage non-verbal, permettant ainsi de rejoindre les « deux solitudes » de ce vaste pays (à ce propos, consultez Je me souviens… de Ludmilla Chiriaeff). 

Les Russes ont pour leur part excellé à briller sur la scène internationale grâce à leur maîtrise de la danse classique, tout en mettant en scène des ballets qui cherchaient à promouvoir le communisme ou encore à divertir et conforter le peuple (lire entre autres, Le Lac des cygnes, ou, le drame de Tchaïkovski). 

La ballerine et le commandant 

À Cuba, une étoile de la danse classique dominait elle aussi dans le ciel communiste, jusqu’à tout récemment (et encore aujourd’hui), grâce à son immense talent, à sa vision audacieuse (même si la danseuse était presque aveugle), et surtout, à son intarissable ambition : Alicia Alonso (1920-2019), une réelle complice du régime castriste. 

Alicia Alonso fut au ballet classique, et ultimement à « l’école cubaine », ce que le « Líder máximo » fut à la révolution : une main de fer sur un règne absolu et totalitaire. L’accomplissement de leur projet respectif et les moyens pour y parvenir étaient sans limites et sans partage. 

Après avoir pourtant dansé pour Batista en privé, avant l’arrivée des Barbudos dans la capitale, Alicia Alonso se rangea vite du côté du nouveau pouvoir qui chassa le dictateur de l’île cubaine. Dès 1959, à peine entré à La Havane, Fidel Castro nomma la grande dame de la danse, qui avait connu un succès éclatant aux États-Unis et à travers le monde, « prima ballerina assoluta », la plus haute distinction des étoiles du ballet classique. On nationalisa le ballet, « art du peuple » clamait-on, tant s’en faut. 

S’inspirant du régime soviétique, toutes les ressources étatiques furent déployées et mises à la disposition de la « Giselle de Castro » afin de glorifier le régime castriste, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. En cas d’embûches ou d’obstacles administratifs, la prima ballerina n’avait qu’à contacter quelques précieux et distingués « camarades » ; ce qu'elle fit entre autres pour soustraire SES danseurs du service militaire obligatoire. Ils serviraient bien mieux la révolution en œuvrant sur scène que dans un champ de cannes à sucre, argua-t-elle. 

Mue d’une force implacable, d’une personnalité impitoyable et d’un ardent désir de gloire, la grande dame de la danse surmonta les nombreuses difficultés qui se présentèrent à elle, de même que sa propre cécité partielle, afin de régner sur son art, balayer du revers de la main toutes celles et ceux qui lui portaient ombrage, tout en étendant son propre rayonnement sur la scène internationale. Et « …c’était bien la mission assignée au Ballet [national] de Cuba : doter le pays du vernis de la haute culture et promouvoir à l’étranger une image reluisante de la révolution cubaine – comme le firent aussi, il y a quelques années, les papys de la Buena Vista Social Club, encouragés à peindre des couleurs musicales d’un tropicalisme bon enfant une dictature finissante. »(1) 

Que ce soit par la danse, le théâtre, la musique ou les arts visuels, les arts se prêtent merveilleusement bien au jeu de la politique et de la propagande : 
« …c’est dans le domaine de l’art que la puissance du mensonge trouve la plus grande efficacité, parce qu’elle se dissimule derrière les apparences de la beauté. » (2) 

----- 
(1) Isis Wirth, La ballerine et el comandante – l’histoire secrète du Ballet de Cuba (2013).
(2) Jean-François Bouthors, Préface dans La ballerine et el comandante.


Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en