Passer au contenu principal

La grenouille dans les réseaux sociaux


Dans la lutte contre le réchauffement climatique, la fable de la grenouille s’acclimatant tranquillement à un environnement nocif a bien souvent été utilisée. Inconsciemment, sans même s’en rendre compte, les êtres vivants s’adaptent graduellement à leur environnement, s’accoutument petit à petit à une nouvelle réalité, pour le meilleur comme pour le pire. 

Cette même analogie pourrait très bien servir, aujourd’hui, à illustrer la violence qui prolifère sans gêne ni scrupules sur les réseaux sociaux. La haine, le mépris, la misogynie, les insultes, les menaces, l’intimidation, l’agressivité décomplexée, tout cela contamine le climat social et le débat public. 

Et à vous regarder aller, chers amis concitoyens, c’est malheureux à dire, mais on s’inquiète sérieusement du tissu social, de l’environnement socio-affectif dans lequel nous baignons tous. 

Vu de l’extérieur 

Certains d’entre nous ne sommes ni actifs ni même présents sur les réseaux sociaux – sorte d’irréductibles Gaulois aux relations et communications virtuelles. Et pourtant, même si on ne navigue aucunement dans les eaux troubles de ce gazouillage incessant, on est au courant de ce qu’il s’y passe. On en entend parler partout, au quotidien, entre autres, dans les médias traditionnels. Et disons que, vu de l’extérieur, ça fait peur. 

Cette violence constante mine profondément les gens. Certaines personnes y ont clairement perdu des plumes, voire leurs ailes, d’autres, des individus autrefois lumineux, se sont assombris sous nos yeux. Et même que, dans certains cas, on ne les reconnait plus. 

La pandémie, on le sait, a affecté le moral de tous, en plus d’exacerber les problèmes de santé mentale. Pas seulement les troubles d’anxiété et de dépression, mais aussi toutes ces petites failles, ces vulnérabilités et ces névroses que nous portons en nous. Les défauts, les faiblesses, les tendances, les obsessions, les suspicions, les compulsions et les fortes propensions de tous et chacun ont pris de l’ampleur, en plus de cette violence en dormance quasi permanente qui remonte à la surface. 

Car si les êtres humains sont des animaux sociaux, rappelons que les animaux sont dotés de pulsions agressives vitales. Et les nôtres ne s’expriment pas toujours adéquatement dans nos relations avec les autres. 

Or, n’est-il pas étrange de constater que ces outils, qui devaient d’abord servir à réseauter et à socialiser, sont trop souvent employés pour menacer, pour ridiculiser, pour miner la vie d’autrui, telles des armes de destruction sociale massives ? 

N’est-il pas désolant d’observer que des individus d’une société dite civilisée en arrivent à ne plus se parler ni même se saluer dans la vraie réalité, mais s’insultent et s’intimident grassement dans la virtualité ? 

La violence des propos est telle que peut-être, chers amis, vous ne la voyez plus, pire, ne la ressentez même plus. Vous trempez dedans depuis trop longtemps, depuis plus d’une décennie. Tranquillement pas vite, vous vous êtes habitués tant à ce niveau de langage épouvantable qu’aux interminables et fort cruels dérapages. 

Immunité ou désensibilisation ? 

Alors que certains affirment fièrement être « immunisés » contre ces attaques personnelles gratuites et barbares, vous semblez plutôt vous désensibiliser lentement. Et ça, humainement parlant, c’est plutôt inquiétant, voire dangereux, et ce pour toute la société. 

La sensibilité est non seulement la base de la perception humaine, le fondement de l’intelligence humaine – cognitive, émotionnelle, corporelle et les autres –, mais la racine par laquelle l’écoute, la compassion, la générosité et l’empathie sont possibles. 

Sortez vite des égouts sociaux, chers concitoyens, avant de tous nous emporter dans ce flot écumant de violence. 

*** 

« Être roi de ses humeurs, c’est le privilège des grands animaux. » 
- Albert Camus, La chute (Gallimard, 1956) 


Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en