Passer au contenu principal

Le minable et les sept arbres


Tout cela a débuté par une banale chicane de voisins, des propriétaires d’immeubles et de terrain. Le problème : un supposé « affaissement » de terrain. 

On ne parle ici d’éboulis, loin de là, mais d’une légère dépression, une petite pente qui déplaît à l’œil de lynx du voisin qui souhaite vendre sa belle propriété afin de profiter de ce marché surchauffé, soit un immeuble de cinq logements. 

Ça vaut combien, un quintuplex ? « Cher ! », dirait mon frère. 

Tout de go, après quelques minutes de discussion seulement, les ego masculins des fiers propriétaires concernés se sont gonflés, les torses se sont bombés, pas moyen de communiquer, les avocats ont été appelés. « J’ai mis mes avocats là-dessus », m’a confié le propriétaire de l’immeuble où j’habite. 

Les experts en la matière ont par la suite défilé, les uns après les autres, cela a duré des mois. Les menaces couraient, les onéreux appels d’avocats se multipliaient. Le permis de la ville aurait été accordé, prétend-on, la décision fut prise : abattage des sept arbres. 

Il y avait pourtant « d’autres solutions possibles », poursuit le proprio. « Non! », aurait tranché l’homme d’à côté à la poursuite « civile » facile. 

La mort en direct, sur le terrain 

Des mois plus tard, la compagnie de tuerie des arbres est arrivée sur le plancher des vaches dans Hochelag pour ledit carnage. Ils ont extirpé leur attirail de leurs camions sales : des outils, des cordes, des harnais, des grosses bottines flanquées de précieux pics, d’impressionnantes scies mécaniques. 

Des hommes habiles comme de grands singes ont rapidement grimpé dans les érables, pour exécuter les ordres pis les arbres, pendant que nous autres, locataires impuissants comme des animaux pris dans leurs cages, assistions à la destruction de notre modeste mais joli paysage. 

Perché bien haut, un jeune homme entama les travaux, s’affairant à l’abominable tâche. Beau mec, athlétique, corps musclé, cheveux long (bref, Tarzan en personne), il se balance remarquablement entre les arbres, vole gracieusement d’une branche à l’autre, sans effort apparent, me salue même aisément à ma fenêtre au passage. 

Beau bonhomme, certes, mais ces apparences fort aguichantes ne trompent personne. Ce brillant danseur ailé, voltigeant à gauche pis à droite, déployant son ballet aérien entre les branches, est en réalité un matador. Il tue en série, découpe sans répit, coupe, tranche, scie, dépèce branche après branche, abat « nos » arbres, convaincu de son rôle de sauveur dans ce décor insupportable. 

Sans émotion aucune, il balance les restes, les retailles et les billots, des morceaux de branches et de tronc, avec la grâce et la précision d’un gymnaste olympique, tout en faisant des blagues avec ses camarades qui, en bas, attendent, eux, les corps morts pour mieux les pulvériser encore. 

De nos balcons respectifs, on observe le matamore pis sa gang à l’action, le seigneur de la jungle démolissant toutes traces de vie sur son passage. La mort en direct fut totale, brutale. La scène, elle, sordide, d’une tristesse inouïe. 

En quelques heures à peine, sept arbres centenaires furent ainsi détruits, partis en poussière, chers amis. Oui, il aurait fallu des funérailles. 

« Adieu, chers arbres ! », soufflais-je seule dans mon pitoyable 3½, les larmes aux yeux, en guise de cérémonie d’adieu. Adieu les branches qui valsaient au vent, adieu les feuilles qui jouaient sa musique éolienne. Adieu aux changements de couleurs, aux mouvements des saisons qui se déclinaient sous nos yeux. Adieu les oiseaux, les moineaux, les cardinaux. Au revoir "maudits" écureuils, bye les insectes, les fourmis, les coccinelles et les autres bibittes qui fréquentaient cette mini-forêt de ce mince bout de terrain. 

Par la même occasion, au diable les pauvres et les simples locataires ! La seule richesse qui brillait ici siégeait dans cette rangée d’arbres multicolores, formant tantôt un rideau vert nous protégeant du vacarme de la ville et du bruit, tantôt un écran de couleurs nous tenant loin du monde sale, horripilant et violent. 

La symphonie des feuillus a bel et bien disparu. Le danseur élégant et élancé aussi. Ne reste qu’une complainte de mort qui émane discrètement des bases d’arbres qui gisent là, au seuil de l'immeuble, comme des carcasses qui pleurent en silence. Ne reste que le bruit infernal des chars qui passent, ou celui du voisin assassin qui siffle fièrement devant son énorme BBQ, heureux d’avoir remporté sa grosse bataille de mâles. C’est du beau, idiot, et à quel prix, abruti. 

La nature pis les pauvres payent de nouveau pour ces inter-minables guerres d’ego. La mort de la nature, la décapitation d'immenses arbres, pour une autre ridicule histoire « de clôture ». 

Faire abattre SEPT arbres centenaires à Montréal, faut clairement être malade. Prions ensemble le seigneur de la jungle pour qu’il revienne, non pas danser sur les tombeaux mais bien recoller les morceaux. 

*** 

Avis de décès : Sept arbres en excellente santé sont morts dans l’arrondissement Hochelaga-Maisonneuve, laissant dans le deuil de nombreux proches, voisins, simples citoyens, locataires à faibles revenus, quelques drôles de moineaux, beaucoup d’oiseaux aussi, des insectes, des bibittes pis d’autres animaux. Comme nombreux locataires des immeubles avoisinants, les oiseaux cherchent eux aussi à se relocaliser dans le quartier mais, faute de logements abordables ou d’arbres suffisants, tous ces êtres vivants souffrent directement et indirectement de la crise du logement et de la cupidité de fiers propriétaires immobiliers, à la fois très prospères et franchement destructeurs pour toute une communauté.

------ 

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en