Passer au contenu principal

La vulgarité (plus ou moins) silencieuse


Lors des dernières élections au Québec, en 2018, j’avais passé quelques heures au bureau de ma circonscription à faire du pointage. Essentiellement, cela consiste à appeler les gens pour leur demander pour qui ils ont l’intention de voter, carrément. 

Je l’avais écrit alors : « il y a des observations intéressantes à faire sur la psychologie de l’électorat. » (Le terrain, le terrain, le terrain…

Outre les nombreux problèmes méthodologiques entourant ces techniques de pointage tout comme ceux, peu fiables, des sondages, une chose est sûre : beaucoup, beaucoup d’électeurs refusent de répondre à la question. 

Je n’ai évidemment pas de chiffres pour appuyer mes observations, mais laissez-moi vous dire que cette proportion est loin d’être négligeable. Plein de gens ne veulent pas divulguer cette information, leur vote étant personnel, secret. 

Sans doute est-il plus facile d’obtenir la vérité ou d’extirper une réponse claire et précise en demandant aux gens, par exemples, « combien de fois faites-vous l’amour par semaine? » ou « combien d’orgasmes atteignez-vous chaque semaine? ». Les gens répondent sûrement, disent peut-être la vérité. 

Mais leurs intentions de vote, ça ? Non madame. Trop intime. 

Par ailleurs, les gens mentent constamment. (Même au téléphone, ça s'entend.) Pour tout et pour rien. Non seulement les êtres humains ne disent pas tout, mais ne révèlent pas toujours la vérité, que ce soit à leurs meilleurs amis, à leur famille, leur médecin ou même au curé à l’église. 

Pourquoi en est-il ainsi ? Il existe plein d’études, de recherches et de livres sur le mensonge, mais, entre autres choses, la honte. 

La honte est un puissant sentiment qui fait taire l’être humain. Lorsqu’on éprouve de la honte, on prend habituellement son trou, on tait alors la vérité ou les faits, garde le tout dans son coffre-fort intérieur, tapi le plus longtemps possible. On est même prêt à mentir pour ne pas éprouver la honte de dire. On écarte, consciemment ou non, on balaie en-dessous du tapis de la bonne morale d’apparence. 

Et la vérité est qu’un nombre très important d’Américains aiment ce clown exalté qu'est Donald Trump. Ils apprécient clairement son « style », eux, sa manière de faire, sa cruauté, sa vulgarité, son narcissisme fini, ses mensonges pour parvenir à ses fins (parce que ça sonne vrai), ses 1001 façons de choquer le monde entier, sa brutalité, son absence totale de délicatesse, et le reste, même si tout cela est tout à fait incompréhensible pour les autres. 

Il ne faut pas non plus minimiser le facteur « célébrité ». L’émission de télévision The Apprentice a été un énorme succès américain qui a servi à dorer (et continue à le faire) l’image glorieuse de cet « homme d’affaires » impitoyable, ce « magnat » de l’immobilier qui a « réussi » sur la grosse scène internationale, même s’il s’agit d’un homme malhonnête, prétentieux, monstrueux. 

Money, money, money, money… Les gens adorent encore ça, les « parvenus », les gangsters, les mafiosos, les gens impudiques ou indécents qui parviennent impunément à leurs fins. Et Trump incarne tout cela, ce rêve américain du libre marché, leur rêve secret, intime et bien gardé. 

Trump incarne et met en scène leur propre vulgarité, leur propre brutalité, leur misogynie, leur racisme silencieux et le reste que personne n’ose réellement s’avouer, un passage à l’acte qu’ils admirent mais n’osent ouvertement ou totalement exprimer. Trump est ce passage à l'acte bestial, "présidentiel" qui plus est, sans retenue, censure ni représailles.

Un peu comme les « égouts sociaux » en fait. Alors que plusieurs y voient là les avantages d’être connecté, de réseauter, de « sonder » les autres, je n’y vois pour ma part qu’une manière de plus de déverser son fiel, sa rage, de laisser libre cours aux zones d’ombre de la psyché humaine. Et non, ce qui en surgit est rarement beau. C’est même plutôt laid, sauvage, brutal, cruel. 

Mais des trolls, des intimidateurs, des gens qui aiment, incarnent et adorent le chaos, il y en a partout. Et plusieurs, oui, plusieurs les admirent secrètement, ou très ouvertement.

Vulgarité : « Caractère de ce qui est courant, commun au plus grand nombre; caractère de ce qui est prosaïque, terre à terre. / Caractère de ce qui est vulgaire, de ce qui manque de distinction, de délicatesse, de ce qui choque la bienséance. / Manière grossière de parler, de se conduire qui révèle un manque d'éducation, de réserve. » 

La « grande masse du peuple » américain a parlé. Et la « grande masse du peuple » américain apprécie clairement Trump pour son manque de réserve et d’éducation, pour sa vulgarité. Il s’identifie à lui, quoi qu’on en pense, ou en dise. 

C’est sans doute dans l’air du temps, tout comme dans l’ère des égouts sociaux : la mise en scène et la glorification des intimidateurs orduriers. 

*** 

 « C’est à la volonté de communiquer honnêtement que se mesure l’honnêteté »
– Sam Harris, Mensonges (Cherche midi, 2017)

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en