Passer au contenu principal

« Athlete A »: l’art de manipuler des fillettes


Il a bien fallu s’abonner à ce satané Netflix (ne serait-ce qu’un mois) pour voir la série documentaire portant sur le pédophile milliardaire et brillant manipulateur, Jeffrey Epstein : Filthy rich.

Et puis est ensuite arrivé le film documentaire Athlete A (c’est ainsi qu’ils attrapent tout le monde, j’imagine) qui retrace pour sa part le parcours d’une poignée de journalistes du Indy Star enquêtant sur ces nombreuses allégations d’agressions sexuelles du Dr. Larry Nassar, commises sur plusieurs gymnastes américaines.

Contrairement au pédophile milliardaire Jeffrey Epstein, qui finançait lui-même son réseau de services sexuels composé majoritairement de mineures à même sa richesse, sa malhonnêteté et ses menaces, le « bon docteur » Larry Nassar, lui, travaillait pour une puissante organisation, jouissant d’une glorieuse réputation et, du même coup, d’un important financement, Team USA Gymnastics.

Tout scandale au sein de cette organisation aurait automatiquement fait voler en éclat, et leur brillante image internationale, et le précieux financement provenant notamment de plusieurs commanditaires majeurs.

Et c’est ce que les journalistes nous démontrent, tout au long de ce film éclairant, la véritable cible n’ayant jamais été Larry Nassar lui-même, mais bien, en réalité, l’organisation entière, incluant la haute direction de USA Gymnastics qui ferma les yeux sur ces allégations, en plus de punir sévèrement les athlètes qui osaient parler.

Des athlètes, vous dites ? Tout à fait. Elles font d’impressionnantes pirouettes, ces gymnastes, des performances athlétiques époustouflantes. Mais ce sont aussi, comme le souligne très bien le documentaire, des fillettes.

Les athlètes-fillettes 

On apprend également, dans Athlete A, un détail particulièrement intéressant : les gymnastes auparavant, il y a de cela quelques décennies déjà, étaient des femmes, et non pas des gamines.

En effet, c’est après le passage très remarqué de la jeune Nadia Comaneci,
14 ans, lors des Olympiques de 1976 à Montréal, que l’on recrute les athlètes de plus en plus jeunes. Pour la plupart, il s’agit donc de mineures, de très jeunes filles comme des ados, et donc, comme toujours, beaucoup plus faciles à dominer, à contrôler, à manipuler et, ultimement, à abuser.

En voyant ces images d’athlètes-fillettes, durant ces entraînements physiques fort exigeants, on ne peut s’empêcher de tracer un parallèle entre cet univers hautement toxique qu’on nous présente de la gymnastique, et celui, tout aussi malsain, du milieu du ballet classique, voire de la danse en général.

Là encore, dans ce cercle hermétique, où l’on recrute les danseuses de plus en plus jeunes, les abus de pouvoir, la violence verbale, physique et psychologique, le contrôle du corps des jeunes filles, les troubles alimentaires, de même que les agressions sexuelles sont monnaie courante.

Au Québec aussi, il y a eu un « bon docteur » qui prenait soin de la santé et du corps de nombreuses danseuses, le Dr Roger Hobden, médecin et ostéopathe, qui plaida lui-même coupable, en 2016, à des accusations d’exploitation sexuelle sur une mineure. (À ce propos, lisez Attrapez-les par la chatte, La Presse, 18 oct. 2016, et, Le #moiaussi de la danse, La Presse, 31 oct. 2019.)

Ces scandales diffèrent grandement, me dira-t-on, en nombre de victimes par exemple… Or, qui sait combien de jeunes femmes ont réellement été abusées lors des « traitements » du Dr Hobden ? Qui plus est, une seule victime n’est-elle pas déjà une victime de trop ?

Car le cœur de ces histoires, de ces scandales, lui, demeure essentiellement le même.

Similairement à Larry Nassar, Roger Hobden a lui aussi bénéficié, non seulement de l’omerta qui règne dans ce petit milieu fermé fort toxique pendant des années, mais aussi du soutien d’« une douzaine de personnes influentes dans le milieu » de la danse, dont certaines qualifièrent même ces gestes abusifs crapuleux de simples « pelures de banane ».

Au nom de la « bonne réputation » du docteur, de même que la protection de quelques relations professionnelles fructueuses, plusieurs personnes en position de pouvoir dans le milieu de la danse (producteurs, diffuseurs, directeurs, professeurs à l’université, etc.), ont eux aussi soutenu cet abuseur, en plus de dénigrer l’expérience traumatisante des victimes. (Notons au passage que le docteur pratique toujours aujourd'hui – Un médecin radié pendant 15 mois reprend sa pratiqueRadio-Canada, 29 juillet 2018)

Or, on le sait plus que jamais – et on le voit encore ces temps-ci –, la vérité finit toujours par sortir, par trouver la lumière, éclater au grand jour.

Souhaitons donc cette libération au milieu de la danse, comme à tous les autres d’ailleurs, afin qu’ils parviennent enfin à « faire éclater l’omerta qui plombe cet environnement jugé toxique ».

Mais, malheureusement, ça risque d’exiger toute une gymnastique et beaucoup, beaucoup d'acrobaties.

-----
Photo : S. Marchand, « Le Stade après l'orage », Montréal, 31 juillet 2020.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en