Passer au contenu principal

Être extraordinaire


Je l’ai dit, écrit et répété maintes fois à qui veut bien m’entendre – c’est-à-dire personne, viarge, étant entourée de narcissiques et d’abrutis, mais surtout parce que je suis une nobody -, mais aujourd’hui, à l'ère de cette interminable autopromotion et de cette glorification du moi instantanée, plus personne ne veut être ordinaire (Être ordinaire). Et Déesse sait qu’on aime le monde « extraordinaire » et les maudites vedettes dans ce quasi-pays, comme partout ailleurs d’ailleurs. C’est le nouveau mal du siècle.

Or l’avantage d’être une nobody, une pure inconnue, vierge en Facebook, en réseaux sociaux, loin des trolls et encore connectée à la réalité, chers amis ? Vous rencontrez toujours des gens, dans la vraie vie, qui eux parlent, se confient à vous, s’ouvrent comme des fleurs, vous révélant ainsi le fond de leur pensée tout comme leur vie dans ces moindres détails.

Benoit, par exemple, travaille dans un café à Montréal. La première fois que je l’ai rencontré, il m’a tout déballé, raconté sa vie de « jet-set » en un rien de temps : son homosexualité assumée et particulièrement flamboyante, sa dépendance au sexe, ses sorties endiablées dans le Village, ses « chaudes » soirées dans des saunas avec - attention oreilles sensibles - « des battes partout », ces nombreux hommes avec qui il baise, grâce à des applications de « rencontres » de ce genre, des dangers qu’il coure parfois (comme la fois où il a dû appeler la police chez lui), ainsi que ses voyages en Asie, cet homme « plus âgé » qui « l’entretient », ses études à temps très, très partiel, tout cela accompagné de photos sur son iPhone évidemment, de son compte Instagram, en plus de démonstrations live des « apps » en question, histoire de déniaiser « matante »… « Quoi ?! T’es pas sur Facebook ?... What the fuck ?! » Scandale. Pauvre madame, elle n’existe même pas dans ce monde parallèle…

Ça, c’était les vingt premières minutes de notre entretien… Il venait de terminer son quart de travail, et moi j’étais là par hasard, l’écoutais sans broncher, tout en sirotant mon allongé. « J’espère que ça ne te choque pas trop ce que je te dis là, "matante" ? », m’avait-il demandé au cours de cette logorrhée. « T’inquiète Benito, que je lui avais répondu, j’en ai entendu d’autres, tu sais. J’ai écouté plein de monde dans ma vie, connais plein de secrets sur plein de gens dans cette ville... »

La dernière fois que j’ai croisé Benoit, la place était bondée. Et comme il se désolait de ne pouvoir « m’offrir » les dernières péripéties de sa vie fort excitante, il a donc signé mon reçu de caisse en guise de « compensation ». Si, si, son autographe… « Garde-ça précieusement, ma belle, m’a-t-il envoyé, fier comme un roi. Ma signature va valoir beaucoup d’argent dans pas longtemps. » Tsé ? La vie des gens riches et célèbres...

Notons au passage que Benoit ne connaît ni mon prénom, ni mon "occupation", ni rien à propos de moi d’ailleurs. Il sait seulement que je suis capable de me taire et d’écouter les gens, de parfaits inconnus… qui seront un jour (re)connus. C’est déjà bien assez, non ? …

Noor, elle, est sans conteste une des plus belles femmes que j’ai rencontrées de toute ma vie. Noor, en passant, signifie lumière en arabe, et elle porte magnifiquement bien son nom. D’origine égyptienne, jeune trentaine, Noor est sublime, lumineuse, grande, possède de superbes yeux perçants de féline, multicolores et indescriptibles, une longue chevelure ébène, bref, elle est ravissante, resplendissante, belle sans bon sens. Cléopâtre peut aller se rhabiller, Monica Bellucci aussi. Vous voyez ce que je veux dire ?

C’est une beauté tellement impressionnante qu’elle vous glace sur-le-champ, vous saisit, vous paralyse. Les premières minutes en sa présence, vous restez là, complètement pantoise, envoûtée, ensorcelée par autant de beauté. Moi-même, pourtant hétéro et particulièrement critique envers tout ce qui brille pouvant aveugler le regard et donc le jugement - comme les unicornes, les tutus et les bébelles avec des glitters dessus -, j’étais complètement médusée, hypnotisée, déroutée et, bizarrement, sans mot. Disons que c’est plutôt rare… Même qu'elle aurait pu me vendre n’importe quoi, alors que je n’ai pas une maudite cenne pour rien.

Après quelques minutes de conversation ensemble, in English, je lui ai demandé si elle n’était pas tannée, ou même parfois insultée, de se faire parler d’abord de sa beauté, au détriment de ses qualités, de son intelligence, compétences, aptitudes, personnalité, etc. Elle a éclaté de rire sans jamais répondre à la question. Peut-être par modestie, mais peut-être aussi parce que non, on ne se tanne pas vraiment (innocente) de constamment se faire rappeler qu’on est d’une exceptionnelle beauté…

Un peu plus tard, j’ai remarqué cette affiche, sorte de « pensée du jour » bien en vue dans ses effets personnels : « Just Be Your Selfie ». Et n’est-ce pas là la quintessence de l’« être extraordinaire » aujourd’hui ? Non plus d’être son best self, mais juste et simplement son best selfie, la meilleure image de soi-même ?

Plus rien à voir avec les accomplissements d’un individu, ses talents, réalisations, qualités intrinsèques et le reste, mais bien avec la projection de ce que l’on croit être, à tort ou à raison, la diffusion constante d'une image glorieuse, les apparences du succès, matériel fondamentalement, passer maître dans l’art de la représentation du moi, la forme avant le fond, voire sans aucun fond, s’affichant ainsi au grand jour, sans aucune réserve, étaler sa pseudo-réalité, comme toutes les photos de ces jolis cafés avant de les consommer, multiplier les images de soi, retouchées, fardées, saupoudrées de brillants étincelants ou agrémentées d’accessoires loufoques, parler, parler et parler encore, de soi essentiellement, pérorer, discourir, s’écouter parler, sans jamais vraiment tendre l’oreille à l’autre ni même reconnaître sa simple présence, à moins qu’il/elle soit plus « extraordinaire » évidemment, un modèle à suivre, quoi, comme une grosse vedette égocentrique ou un ridicule influenceur insignifiant, afin de devenir, à son tour, un « illustre » personnage, une star, une « célébrité », un être enfin « célébré », gavé aux « like » et aux « j’aime », l’égo gonflé à bloc, surdimensionné, parfaitement inconscient, en revanche, qu’ils se transforment tous, et désespérément, en véritables esclaves des autres, et ce au XXIè siècle mesdames et messieurs, en manque constant de cette dose quotidienne, voire continue, mais néanmoins insuffisante, de popularité.

C’est à pleurer, cette époque.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en