Passer au contenu principal

Il s’appelle Izzy…



Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique.

Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin.

Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment.

Car voyez-vous, Izzy, 19 ans – « whaaaat ?! » -, a le charme, le style et le charisme d’une superstar, avec son look bien à lui et sa crinière fort singulière. Non seulement il est cool et talentueux ce jeune homme, mais, plus important encore, il possède l’humilité des grands, de ces vrais artistes, pas l'une de ces étoiles filantes à la recherche d’un buzz éphémère. Vous savez ? L’humilité d’une Louise Lecavalier qui n’a pas besoin d’en rajouter, sachant pertinemment qu’elle fait exactement ce qu’elle doit faire, ce qu’elle aime, ce qu’elle est, essentiellement, tout simplement. Ni plus ni moins. Et c’est ce que je subodore chez ce jeune artiste, la naissance d’une véritable étoile montante, d’une méga-star en puissance.

Accompagné d'un batteur, Koday, 22 ans, originaire du Japon, ils ont tous les deux quitté Toronto pour faire place à autre chose. « A change of scenery », m’explique Izzy. Oui, il s’appelle Izzy…

Ces deux mecs se sont rencontrés par hasard dans un jam quelque part – l’histoire ne dit pas si c’était ici ou à Toronto, notre court entretien ayant été interrompu par un homme (en boisson) qui me draguait à Berri… Ai-je mentionné la très moyenne séduction de mon côté ?

Or Izzy, lui, n’a pas à s’inquiéter, car les filles, les gars, et tous les autres entre les deux (comme à l’extérieur du continuum), bref, tout ce beau monde tous ensemble vont bientôt lui lancer leurs bobettes par la tête, sur scène comme ailleurs. Et je leur ai dit que c’est ici, à Montréal, que tout cela allait arriver. « The breaking point is about to happen, my friends. »

Leur duo s’appelle Colourlessband (Floating Colors*) – sarcastique sans doute, car ils sont, ma foi, plutôt colorés -, et je leur prédis un brillant avenir. Ils sont donc sur Instagram « only » – pas de Facebook pour lui (je l’aime encore plus).

Et retenez son nom, je vous dis. Izzy, il s’appelle Izzy. Et oui, je suis folle de lui.

***

« A flower does not think of competing with the flower next to it. 
It just blooms. »

(*Mathieu, croisé à Berri, m'a envoyé sa récente vidéo, filmée au métro Beaudry... la voici.)

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en