Passer au contenu principal

Un 22 septembre sur Terre


Montréal, samedi 22 septembre 2018 - L’été partait d’un bord, l’automne arrivait de l’autre, la campagne électorale prenait une pause en raison d’une tornade à Gatineau, et Mercure était apparemment en synchro avec Mars... je n’ai aucune idée ce que cela signifie, mais il semble que ce soit important en astrologie.

Et encore ce samedi, des gens ont marché. Beaucoup même, avec leurs enfants, leurs bébés et leurs chiens. Le Devoir l’avait même mentionné comme un des événements « à surveiller » ce weekend : La planète s’invite dans la campagne*. Et pourtant, personne n’en a pas parlé. Les médias ont ignoré ce rassemblement, sans doute parce qu’il n’y avait pas de maudites vedettes mais que des citoyen-nes ordinaires, des vrais pourtant, en chair et en os, qui se sont déplacés pour canaliser, voire sublimer leur anxiété (oui, certains m’en ont parlé), mais d'abord exiger des partis politiques que non seulement ils parlent d’environnement mais qu’ils agissent au plus sacrant.

Alors que certains affirmaient que « [n]ous étions seulement 1500 samedi dernier [15 sept.-18] sous un soleil de plomb… », laissez-moi vous dire que chez les activistes et nombreux organisateurs de manifs, on appelle ça un franc succès, une maudite grosse manif même. Car mobiliser des gens pour une cause commune, collective, depuis quelques années, relève de l’extraordinaire. Bien souvent, trop souvent même, ces manifestations et ces marches citoyennes sont portées par une poignée d’individus, d’insurgés ou d’illuminés que l’on compte généralement par dizaines ou par centaines.

À titre comparatif, la marche « Dehors Barrette », en plein mois de février, avait rassemblé quelque 800 à 1000 personnes.  Un événement monstre, du bonbon pour les médias, tout le monde en a parlé. Or samedi dernier, la marche réunissait quoi 1600 ? 1800 ? 2000 personnes ? Allez savoir, personne n’en a parlé. Et oui, dans ce cas bien précis, je blâme les médias - qui d’autre ? – d’ignorer la population qui en a véritablement marre de l’inaction du gouvernement. Vous attendez quoi pour parler des enjeux de société qui préoccupent les vrais gens ? De la casse ? De la violence dans les rues ? Un char renversé ? Ou que Ricardo s’amène, accompagné de Marie-Mai ?

Ou est-ce tout simplement du mépris, encore une fois, envers les gens ordinaires (voir Être ordinaire) qu’on n’hésite pas à grossièrement récupérer lorsque les réseaux sociaux « s’enflamment », eux, comme le « Pas tellement » de Mme Chagnon, alors que sa peur et ses craintes sont, elles, bien réelles, mais sans doute, là encore, trop anxiogènes pour tout le monde.
***
Aussi, en ce 22 septembre, dans un tout autre ordre d’idée, encore cette année, j’ai eu une pensée (en préparant ma pancarte verte) pour notre grande dame de la danse au Québec, laissée aux oubliettes, voire négligée : Mme Ludmilla Chriaeff, surnommée Madame, comme on appelait Jacques Parizeau, Monsieur. Le revoici donc, ce texte : Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff.

Car rien n’a changé aux Grands Ballets. Non seulement Madame a à nouveau été instrumentalisée par le Boys Club des Grands Ballets dans leur odieuse programmation 2018-2019 Trouver la femme, mais en plus, pendant que tous les milieux artistiques se démènent pour l’avancement réel et concret des femmes – au théâtre, au cinéma, en littérature, etc. -, on a encore nommé un homme à la direction générale de la compagnie de ballet classique. Une autre belle occasion ratée.

L’avez-vous vu passer ? L’annonce a été faite en douce, sans trompette cette fois, en plein mois d’août, pendant que tout le monde lisait ou flânait dans son hamac, tout en sirotant un punch especial sur le bord d’un lac quelque part (bande de chanceux), soit  la nomination d'un nouveau directeur, M. Marc Lalonde, après le départ plutôt soudain de M. Alain Dancyger en mars dernier (kof, kof), qui sera en poste dès le 1er octobre prochain.

Après des décennies de profond sexisme et d’instrumentalisation des femmes au sein de cette institution publique machiste, on va donner une chance au coureur... puisque les Grands Ballets sont sensés « incarne[r] l'ouverture, la créativité et l'audace, dans une vision de société inspirée et généreuse. » Beau programme irréel... Bref, on l’attend, lui aussi, de pied ferme.

Pour terminer, Falardeau encore (oui, j’ai le piton collé ces temps-ci, mais à ma défense, c’est à propos) ... qui parlait de mystification chez les Grands Ballets canadiens à une certaine époque, pas si lointaine : « Moi, ce que je trouve grossier, ce sont les Grands Ballets canadiens déguisés en Québécois sur une musique de Gilles Vigneault : en collants, avec ceintures fléchées et chemises à carreaux. Comme entreprise de mystification et de folklorisation d’un peuple, je trouve ça d’une subtilité! Subtil, mais grossier et méprisant. » (1)

Encore et toujours le mépris du peuple et de belles mascarades.
-----
* Visionnez la vidéo de Mario Jean.

(1) Extrait du texte Le boxeur et le boulanger (p.47-72), dans La liberté n’est pas une marque de yogourt (Typo, 2009, p.64).

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en