Passer au contenu principal

Être ordinaire


Les pubs nous invitent constamment à se démarquer du lot, à s’élever au-dessus de la mêlée, à être « plus ». Partout, invariablement, c’est le dépassement de soi qui compte. Et pas moyen d’avoir la paix, même cinquante pieds sous terre.

Dans le métro, elles sont placardées ici et là, et encore là... « Visez haut », nous suggère un certain collège. « Le succès est à votre portée », nous lance un cabinet d’avocats, et, why not coconut, « Devenez un héros de la recherche », alors qu’il s’agit en fait de recruter des participant-es pour des études cliniques. Fabuleuse propagande pharmaceutique. Même pas besoin d’un doc ou d’un post-doc et vous serez un « héros de la recherche » en devenant un rat de laboratoire qui gobe des médicaments dont on ignore encore les effets secondaires… Pis quoi encore ?

Dans les années 70, les Québécois chantaient « On est 6 millions, faut se parler » (1975) dans leur salon, en buvant de la bière. Robert Charlebois, lui, « Je suis un gars ben ordinaire... » et l'envers sombre du chanteur populaire. Dans les années 80, la notion de collectivité a été remplacée par l’individualité - « Moi, j’bois mon lait comme ça m’plaît » (1981). Les années 90 ayant beurré épais sur les concepts de la performance et du carriérisme, la compétition est vite devenue l’incarnation du mérite, du succès, de l’achievement, de la réalisation de soi. (Maslow, essentiellement humaniste, devait se retourner dans sa tombe, d’autant plus que les « marketeux » se sont emparés de sa pyramide…)

Cette compétition aveugle, sans relâche et sans merci existe non seulement avec les autres mais aussi avec soi-même. Selon plusieurs sites psycho-pop et pseudo-coachs de vie d’ailleurs, « le dépassement de soi est une compétition dans laquelle le seul adversaire à affronter est soi-même, ses propres limites. Le succès dans cette compétition n'engendre pas de vaincu et ne se fait donc pas au détriment d'autrui. Au contraire, les tiers contribuent souvent à dépasser ses limites. »

Pas de vaincu ? Pas convaincue.

La réalité est que nombreux individus peinent déjà à être eux-mêmes, à s’émanciper d'un traumatisme infantile, à panser leurs profondes blessures d’abandon, de négligence, d’abus, et les autres, avant d’assumer pleinement qui ils sont, réellement, véritablement, avec leurs forces, leurs faiblesses, leur personnalité, leurs différences, talents, défauts, vulnérabilités, et j’en passe. Dans un tel contexte, se surpasser soi-même semble impossible, sinon tout un programme, dans cette vie imparfaite, parsemée d’embûches et d’aléas. Difficile de voler haut quand une faible estime de soi plombe les ailes. Et le sentiment de culpabilité, voire d’infériorité, que faire naître cette demande incessante à toujours se hisser plus haut, à jouer les héros et atteindre les sommets mine les gens de l’intérieur.

Car être simplement soi, moyen, ordinaire – quoi de plus humain –, sans œil externe pour rassurer qu’on existe encore, ne suffirait plus. Du monde ordinaire - pfft ! - on en a rien à faire des gens ordinaires. On veut de l’incroyable, de l’inusité, de l’original, du génial, du spectaculaire, du sensationnel, de l’époustouflant, en somme, des gagnants, avec ce « full-quelque-chose », ce je-ne-sais-quoi encore, à l’ère de la célébrité à tout prix, du « branding », de l’« endorsement », de ce factice « positionnement » sur le marché, accompagné d’un contrôle absolu de l’image, laquelle sera ensuite diffusée à profusion par les médias, gavant ainsi, et lamentablement, un peuple affamé de wannabes.

L’Histoire nous le montre pourtant, l’être humain a toujours été médiocre. Être extraordinaire relève de l’utopie, de la glorification du moi ou de quelques rares exceptions, des individus singuliers, de vrais génies, comme Albert Einstein ou Marie Curie. Et non, tout le monde n’est pas génial.

Mais la société nage dans le délire, noyant le poisson de la vraie authenticité – pas celle sciemment affichée par souci de plaire au plus grand nombre – qui veut dire « conforme à la réalité ». On en est bien loin.

Peut-être qu’un jour on admettra que les valeurs individualistes basées sur la compétition, plutôt que l’altruisme et la collaboration, chaudement prônées depuis les années 80-90, étaient en fait une grave erreur de parcours – l’erreur est humaine –, grande responsable de ce fléau, de ce grand vide intérieur qui afflige tant de gens en manque de malbouffe affective qu’est la popularité. Peut-être qu’un jour on comprendra que le prix décerné à ces « gagnants », aux winners de ce monde, ces étoiles filantes, se résumait en réalité au confort matériel. Quoi de plus médiocre en effet, et franchement ordinaire. Aussi bien dire la négation de soi.

Toujours dans le tunnel, une fille dans le métro me ramène rapidement les deux pieds sur la terre ferme avec cet imprimé sur son chandail : « Abolish capitalism. Smash the state. For a free humanity. For anarchism. ». Yes sir, oui Bob. Tout est là, tout a été dit. On peut « juste » être soi-même, ben ordinaire.

Just do it, nous dira l’autre. 

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…