Passer au contenu principal

Le sot dimanche


Oui j’ai remarqué le changement. Je l’ai tout de suite vu pendant l’annonce promo en regardant les nouvelles avec Céline Galipeau (Céline! Céline! Céline!). Sur-le-champ, j’ai pensé : « N’importe quoi », accompagné d’un sacre ou deux. En gros, simonaque que ça ne vole pas haut. C’est décourageant et d’un ridicule, d’une absurdité qui fait mal à mon féminisme, mon humanisme et mon progressisme (le vrai là).

En septembre dernier, mon coup de gueule Deux hommes en or, deux femmes invisibles portait sur la faible présence des femmes dans le créneau « les vraies questions ». Du même coup, sans la nommer, j’avais écorché l’émission Le beau dimanche « dans laquelle monsieur trône derrière son beau bureau à l'American talk-show, tandis que madame, elle, est assise à l'écart, quelque part sur le sofa, symbole des femmes et des minorités visibles en retrait de la discussion, des vrais enjeux... aïe, aïe, aïe, mais c'est quoi ce bordel? »

Et voilà que dimanche dernier, lors de la première (qu'on a écoutée juste pour garder un œil sur Taillefer - voir Porter à gauche, à droite, comme à l'extrême centre), on constate que madame a effectivement changé de place et de bord. Fallait le dire apparemment. Elle est maintenant assise sur une chaise droite à coté de monsieur qui trône toujours derrière son beau bureau à l'American talk-show. Aïe, aïe, aïe, on recommence…

On ne parlera même pas du nombre de "femmes vs hommes" sur le plateau ou même du contenu, à quoi bon. En revanche, essayons un exercice bien simple de visualisation, et tentons d’imaginer l’inverse un seul instant – je sais, c’est difficile, mais faites l’effort une nanoseconde : la femme assise derrière son beau bureau à l’American talk-show pendant que monsieur, lui, serait assis à côté du gros bureau, sur une chaise droite, identique à celle des invités, comme s’il était son secrétaire et qu’il devait prendre des notes pour madame à la sténo… Impossible, right ? Inimaginable ? Inconcevable ? Insupportable ? Quoi, ça vous fait mal à l’intérieur ? Ça ne passerait jamais ? Ni dans l’imaginaire ni à TV ?

Et pourtant c'est ce que vous nous servez. C’est ce qu’on nous demande sans cesse de faire, à nous les femmes, d’accepter cette piètre réalité de second rôle, de co-pilote, de complice, sinon d’être totalement absente du plateau - dois-je à nouveau nommer ces émissions à deux hommes ? -, bref, de se tenir à l’écart, de servir de postiche, d’accessoire, de marionnette ou de plante verte.

Non seulement ça ne passe pas, ni visuellement, encore moins symboliquement (urgh!), mais en plus, vous avez l’air de vouloir mettre une femme, Mme Makonnen oui, une femme intelligente, connaisseuse, pertinente, articulée, capable de débattre, d'écouter, de poser les vraies questions, qui pourrait très bien, à elle seule, piloter cette émission, voire être la reine de la télévision, simplement pour faire grimper vos chiffres de la parité et de la représentation des minorités ethniques - tout à coup que La Presse ferait un autre bilan

Disons-le clairement, dans cette nouvelle disposition, madame a l’air de la secrétaire particulière à monsieur - j'espère au moins qu'elle a le même salaire -, alors que, entre vous et moi, elle pourrait très bien être la patronne… Alors oui, ça détonne. Ça jure, ça fait même grincer des dents.

La solution est pourtant simple. Ou bien vous assumez, messieurs les producteurs et autres décideurs (sans doute tous des hommes blancs, qu’en sais-je), et vous faites votre classique American talk-show, puisque c’est là le concept, avec monsieur trônant derrière son beau bureau. Point. Ou bien vous trouvez une table (simonaque), un grand bureau avec deux chaises identiques, et installez monsieur et madame ensemble, pilote et co-pilote, comme dans un avion ou Les échangistes.

Car ça pique du nez cette image. C'est intenable, imbuvable, et qui veut ça pour le restant de la saison. D’autant plus que la co-pilote risque à elle seule de faire lever le show.

Messages les plus consultés de ce blogue

Ces grands qui se trompent

En mars dernier, certaines d’entre nous ont vertement critiqué les Grands Ballets canadiens de Montréal pour leur programmation sexiste prévue pour la saison 2018-2019, ainsi que leur interminable instrumentalisation des femmes (voir « Ode à la femme », mon œil). Nathalie Petrowski semblait alors d’accord puisqu’elle publiait un percutant billet à cet effet, et ce, pour mon plus grand bonheur, Chercher la femme (et ne pas la trouver).

Une fois rendue en juin, par contre, la grande dame de la critique culturelle québécoise écorchait (et pas à peu près) Marilou Craft, qui, elle, dénonçait de son côté le concept même du spectacle SLĀV de Robert Lepage, lui reprochant de « …critiquer les spectacles avant même qu’ils n’existent. Me semble que la première chose que l’ex-étudiante aurait dû faire avant de poser ses objections, c’était d’attendre que le spectacle soit monté, non ? »

Hiiing… Non.

Nous n’avons pas eu besoin d’attendre de voir le spectacle Femmes, prévu pour 2019, pour protester…

Faire bouger le monde. N'importe comment.

Casse-Noisette s'en vient et les nombreuses publicités qui ont envahi la ville de Montréal depuis quelques semaines provoquent chez moi de l'urticaire, en plus d'une forte bouffée de chaleur frôlant la syncope. Non, ce n'est pas la ménopause (je vous emmerde), mais toutes les insidieuses opérations de marketing qui rognent notre culture, notre langue et notre pouvoir décisionnel me font clairement voir rouge.

Je ne parle pas du spectacle lui-même - ni de « l'accommodement» du pauvre gérant de la boutique Adidas ou même de la scandaleuse entente de Mélanie Joly avec Netflix -, mais bien du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Oui, oui, la compagnie de ballet classique à l'image féerique.

Une autre belle illustration de la suprématie machiste, exemple parfait qui pourrait servir au cours universitaire « Marketing patriarcal et instrumentalisation des femmes», s'il en était un.

En gros, le concept est simple, quelques hommes se pointent dans un…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …