Passer au contenu principal

Sacrer au printemps...


« Il faut poser des actes d'une si complète audace, que même ceux qui les réprimeront devront admettre qu'un pouce de délivrance a été conquis pour tous. » - Claude Gauvreau (1925-1971)
***
Jeudi 15 mars dernier, soir de grande première du spectacle Le Sacre du printemps des Grands Ballets canadiens de Montréal. Je m’y suis rendue, mon sac rempli de tracts, pensant entre autres croiser le fer avec les hauts membres de cette institution culturelle qui reçoit des millions en fonds publics annuellement. J’avais vu juste. Et c’est effectivement dans le Grand foyer culturel de la Place des arts que l’ambiance s’est enflammée… la bonne femme avec.

Quelques membres du Boys Club des Grands Ballets, enfin pleinement conscients de ma présence – faut dire que je leur avais chacun remis un tract en main propre -, ne semblaient pas très contents de me voir. L’un d’eux, celui qui tentait de me « remettre à ma place » en mars 2013, en vain, m’a fortement suggéré de quitter les lieux, après avoir insulté une fois de plus mon intelligence : « On va te rencontrer, Sylvie. On est prêts à t’donner une autre chance. » « Pfft ! » J’ai ri tellement fort de son arrogance version 2018 que la porte du MAC à côté a sans doute frémi légèrement. J’ai donc remercié le maigre messager, m’en tenant une fois de plus aux faits : « L’espace ici, M. Sénéchal, appartient à la Place des arts. Vous n’avez donc aucune autorité icitte, ça c’est clair. » « Bon ben, j’vais aller les chercher. »

Je me suis donc empressée de distribuer mon message au plus grand nombre avant l’arrivée des gros bras, tandis que la responsable de la sécurité, elle, déjà à mes côtés, affichait un air pas mal fâché. Et comme s’il s’agissait de missives explosives de destruction massive, deux costauds gardiens de sécurité s’approchèrent, le visage dur et sévère, mais leur regard trahissant néanmoins une certaine décontenance, voire une confusion, face à cette bonne femme de 48 ans « perturbant » l’atmosphère condensé devant le Théâtre Maisonneuve, seule comme une grande, avec des bouts de papier.

« Madame, s’il vous plaît… Madame… On veut surtout pas avoir à vous prendre de force jusqu’à la sortie. » « Bon ben, faîtes-le pas. Y me reste juste quelques minutes pour sensibiliser le peuple québécois. Le show commence là ! Dans 10-15 minutes, cette manif-solo sera finie… » Il était environ 19h45 en effet, et de ce que j’appris plus tard, les choses s’embrasaient pas mal plus dans l’est de la ville.

J’ai finalement cédé au « madame svp » accompagné d’un crochet soutenu de mes coudes. Et non, malheureusement, les gars n’avaient pas du tout envie de danser un trio - dont j’imaginais déjà le titre, Improvisation mixte ayant pour thème une femme en sacrament et deux agents de sécurité.

Flanquée de mes deux gardes du corps personnels – tant qu’à sortir, mieux vaut faire ça en grand - et n’ayant plus la liberté de mes bras pour distribuer mes dangereux tracts, j’ai donc instinctivement opté pour le cri primal et viscéral, la source même du flamenco, histoire d’attirer l'attention d'encore plus de gens : « Les Grands Ballets instrumentalisent les femmes ! Les Grands Ballets sont gérés par un Boys Club ! Les Grands Ballets américanisent la danse-thérapie au Québec ! »

Sous le regard suspicieux de certains spectateurs, et définitivement désapprobateur du bras de fer de la Place des arts, on a quitté le foyer en direction du métro sous une pluie d’applaudissements virtuels qui jaillissaient du lumineux montage vidéo longeant la pente. Pour le timing, je ne pouvais demander mieux. « Merci! Merci! »

Réalisant que « la madame » blanche-grisâtre avec son corps de matrone ne représentait en réalité aucune menace réelle ou danger public (c’est discutable, mais bon), l’un des deux immenses gardiens nous déserta, me laissant ainsi seule avec le duo paritaire et sécuritaire qui me raccompagna gentiment jusqu’à la sortie.

L’interminable corridor fut une belle opportunité de jaser rapidement avec Marie-Claude, la responsable de la sécurité de la Place des arts. « Bon enfin, une femme en charge. » Comme elle semblait curieuse, voire intéressée, par cette prise de parole publique et intempestive, alors je la repris tout de go, lui expliquant l’exploit que je venais tout juste de réaliser.

Car oui, malgré cette trop courte, mais ô combien intense performance artistico-politique, le tout était un succès, disons bien modestement, phénoménal : « Vous vous rendez compte, Madame Marie-Claude, que ce soir, 15 mars 2018, pour la première fois depuis mars 2013, j’ai enfin obtenu l’attention de tout ce beau monde, quelques spectateurs certes, mais d’abord de Madame Constance V. Patty, la grande mécène et présidente du Conseil d’administration, ensuite M. Alain Dancyger, directeur général des Grands Ballets depuis 1996, qui n'a jamais au grand jamais voulu entendre ce que j'avais à dire depuis 2012, en plus de revoir l’autre gestionnaire qui voulait faire de moi une marionnette… » (En passant, il y avait justement une très intéressante exposition de marionnettes géantes du Théâtre sans fil à l’Espace culturel juste à côté. Synchronicité, quand tu nous tiens toi aussi.)

Marchant calmement tous les trois, on a discuté très brièvement de justice sociale, de pouvoir citoyen, de désobéissance civile, de la chronique de Petrowski qu’elle avait lue quelques jours plus tôt, lui suggérant par la même occasion le segment Le féminisme comme outil de marketing diffusé à l’émission Dans les médias. (Voir aussi "Ode à la femme", mon oeil)

L’atmosphère était plutôt bon enfant, et le gros monsieur, qui n’entendait pas du tout à rire au début de ce long parcours, a presque fendu un sourire. Je leur ai donné la main (ainsi qu’un tract) et leur ai poliment demandé si je pouvais revenir le lendemain… « Mais non, je déconne. Allez, bonne fin de soirée là. » Car même si je n’ai aucun problème avec la confrontation et l’argumentation (si, si, je suis Québécoise), j’apprécie également une bonne réconciliation, faite dans le respect, d’égal à égal.

Une fois officiellement à l’extérieur de la Place des arts, et à nouveau libre de mon corps et de mon expression personnelle, j’ai lancé un Olé! bien senti le bras haut dans les airs… and dropped the mic. 

« Nobody fucks with a flamenco woman… bande d’enfoirés. »

***
Nota bene : 20 mars 2018 - Alain Dancyger quitte la tête des Grands Ballets. Une femme reprendra-t-elle le flambeau et la véritable mission de Mme Chiriaeff ? Mme Anik Bissonnette peut-être ?... dossier à suivre.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en