Passer au contenu principal

L'espoir au féminin


Le résultat des élections américaines avait complètement gâché la fin de l'année 2016. Pas de verre cassé éparpillé sur le plancher, et, comble de malheur, un présumé agresseur sexuel déséquilibré montait sur scène triomphant, peu après minuit, sur la toune des Stones You Can't Always Get What You Want. « What the f... is going on?!  Mais y'où c'estbon sang, qu'on s'en va...? », n'ai-je cessé de pester depuis.

Mais voilà qu'un an plus tard, les vents ont complètement changé de direction, et l'année 2017, ma foi, se termine sur des perspectives pas mal plus prometteuses. Comme quoi, faut demeurer optimiste, prendre la parole, parler haut et fort, s'indigner.

Non seulement toutes ces vagues, que dis-je, ces tsunamis de dénonciations depuis le début de l'automne ont eu, dans nombreux cas, de véritables portées, des effets concrets, mais grâce à la force du nombre, on croit enfin les femmes (voir "NOW is female"). Plusieurs hommes ont par la même occasion découvert, et c'est tant mieux, les vraies coulisses du pouvoir pervertissant différents milieux de travail et les rapports de force inégaux inhérents avec lesquels les femmes doivent composer élégamment (lire, sans trop se plaindre, par crainte de passer pour une emmerdeuse).

La cerise sur le sundae? Le magazine américain Time a nommé « Personnalité de l'année » toutes ces femmes et ces hommes qui ont brisé le silence, The Silence Breakers, ceux et celles qui ont trouvé la force et le courage de dénoncer leurs agresseurs.

Depuis 1923, quelques femmes seulement ont paru sur la couverture du célèbre magazine. Wallis Simpson en 1936 notamment - la "femme fatale divorcée deux fois" pour laquelle Édouard VIII abdiqua, renonçant ainsi au trône -, la Reine Élizabeth II en 1952, Corazon Corino, première femme élue présidente des Philippines, en 1986, et Angela Merkel en 2005, sans omettre « Les Américaines » au grand complet (American Women) en 1975.

Faut dire que le titre « L'homme de l'année » (Man of the Year), maintenu par le Time jusqu'en 1998, n'a sans doute pas aidé la cause des femmes. On pourrait ajouter à cela le manque de reconnaissance du travail accompli par les femmes en général, mais ça, c'est un autre dossier.

L'année 2017 aura-t-elle été charnière, voire historique, pour le mouvement des femmes? - (lequel, soit dit en passant, est loin d'être « en construction »; d'innombrables femmes ont mis l'épaule à la roue depuis le 19ième siècle en Amérique.) Seule l'histoire nous le dira.

Chose certaine, vivement 2018 (Impeachment! Impeachment! Impeachment!), en plus de tenir nos propres élections, ici au Québec, à l'automne.

Soulignons finalement les paroles de la toujours pertinente Gloria Steinem, lors de la Marche des Femmes à Washington le 21 janvier dernier, au lendemain de l'investiture présidentielle américaine, rassemblement qui a grandement donné le ton à l'année pour les femmes du monde entier: "We will not be quiet; we will not be controlled...". Non, mesdames et messieurs, nous ne serons pas silencieuses en 2018 non plus.

Et si vous avez besoin d'un p'tit remontant pendant la période des fêtes, eh bien, (re)visionnez son discours. Encore meilleur et beaucoup plus nourrissant qu'une bûche de Noël.  : :

(Sur la photo: l'Américaine Juli Briskman fait un doigt d'honneur à Trump en octobre dernier, et perd son emploi. Quelles gonades cette femme! Elle dit ne rien regretter, malgré tous les messages misogynes reçus. My kind of lady.)

Messages les plus consultés de ce blogue

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique.

Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin.

Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment.

Car voyez-vous, Izzy, 19 ans – « wh…

Un 22 septembre sur terre

Montréal, samedi 22 septembre 2018 - L’été partait d’un bord, l’automne arrivait de l’autre, la campagne électorale prenait une pause en raison d’une tornade à Gatineau, et Mercure était apparemment en synchro avec Mars... je n’ai aucune idée ce que cela signifie, mais il semble que ce soit important en astrologie.

Et encore ce samedi, des gens ont marché. Beaucoup même, avec leurs enfants, leurs bébés et leurs chiens. Le Devoir l’avait même mentionné comme un des événements « à surveiller » ce weekend : La planète s’invite dans la campagne*. Et pourtant, personne n’en a pas parlé. Les médias ont ignoré ce rassemblement, sans doute parce qu’il n’y avait pas de maudites vedettes mais que des citoyen-nes ordinaires, des vrais pourtant, en chair et en os, qui se sont déplacés pour canaliser, voire sublimer leur anxiété (oui, certains m’en ont parlé), mais d'abord exiger des partis politiques que non seulement ils parlent d’environnement mais qu’ils agissent au plus sacrant.

Alors qu…

En rafale...

Une femme qui pose des questions est une « faiseuse de troubles ». Un homme qui pose des questions, lui, est compétent. Et comme je (me) pose beaucoup de questions…

Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi 679 000 personnes ont regardé le premier épisode de XOXO, mais on n’a pas encore 10 000 signatures pour la réforme du mode de scrutin ?

Le tiers des électeurs-rices au Québec qui ne sont pas allés voter… Est-ce les mêmes qui regardent de la télé poubelle ?

Pourquoi, moi, je n’ai pas le droit de donner du sang simplement parce que je me trouvais en Angleterre lors d’un épisode de vache folle, mais la fille dans le métro qui mâche sa gomme de cette façon a le droit d’en donner, elle ?

Quelques jours après avoir décliné son invitation à « sortir avec », le voisin d’à côté m'a traitée d’« ostie d’grosse vache » … Ça donne vraiment le goût d’aller prendre un verre en tête à tête, pas vrai ? (Les narcissiques sont parmi nous)

Le chauffeur d’autobus parle de l’été des Indiens avec une d…