Passer au contenu principal

L'espoir au féminin


Le résultat des élections américaines avait complètement gâché la fin de l'année 2016. Pas de verre cassé éparpillé sur le plancher, et, comble de malheur, un présumé agresseur sexuel déséquilibré montait sur scène triomphant, peu après minuit, sur la toune des Stones You Can't Always Get What You Want. « What the f... is going on?!  Mais y'où c'estbon sang, qu'on s'en va...? », n'ai-je cessé de pester depuis.

Mais voilà qu'un an plus tard, les vents ont complètement changé de direction, et l'année 2017, ma foi, se termine sur des perspectives pas mal plus prometteuses. Comme quoi, faut demeurer optimiste, prendre la parole, parler haut et fort, s'indigner.

Non seulement toutes ces vagues, que dis-je, ces tsunamis de dénonciations depuis le début de l'automne ont eu, dans nombreux cas, de véritables portées, des effets concrets, mais grâce à la force du nombre, on croit enfin les femmes (voir "NOW is female"). Plusieurs hommes ont par la même occasion découvert, et c'est tant mieux, les vraies coulisses du pouvoir pervertissant différents milieux de travail et les rapports de force inégaux inhérents avec lesquels les femmes doivent composer élégamment (lire, sans trop se plaindre, par crainte de passer pour une emmerdeuse).

La cerise sur le sundae? Le magazine américain Time a nommé « Personnalité de l'année » toutes ces femmes et ces hommes qui ont brisé le silence, The Silence Breakers, ceux et celles qui ont trouvé la force et le courage de dénoncer leurs agresseurs.

Depuis 1923, quelques femmes seulement ont paru sur la couverture du célèbre magazine. Wallis Simpson en 1936 notamment - la "femme fatale divorcée deux fois" pour laquelle Édouard VIII abdiqua, renonçant ainsi au trône -, la Reine Élizabeth II en 1952, Corazon Corino, première femme élue présidente des Philippines, en 1986, et Angela Merkel en 2005, sans omettre « Les Américaines » au grand complet (American Women) en 1975.

Faut dire que le titre « L'homme de l'année » (Man of the Year), maintenu par le Time jusqu'en 1998, n'a sans doute pas aidé la cause des femmes. On pourrait ajouter à cela le manque de reconnaissance du travail accompli par les femmes en général, mais ça, c'est un autre dossier.

L'année 2017 aura-t-elle été charnière, voire historique, pour le mouvement des femmes? - (lequel, soit dit en passant, est loin d'être « en construction »; d'innombrables femmes ont mis l'épaule à la roue depuis le 19ième siècle en Amérique.) Seule l'histoire nous le dira.

Chose certaine, vivement 2018 (Impeachment! Impeachment! Impeachment!), en plus de tenir nos propres élections, ici au Québec, à l'automne.

Soulignons finalement les paroles de la toujours pertinente Gloria Steinem, lors de la Marche des Femmes à Washington le 21 janvier dernier, au lendemain de l'investiture présidentielle américaine, rassemblement qui a grandement donné le ton à l'année pour les femmes du monde entier: "We will not be quiet; we will not be controlled...". Non, mesdames et messieurs, nous ne serons pas silencieuses en 2018 non plus.

Et si vous avez besoin d'un p'tit remontant pendant la période des fêtes, eh bien, (re)visionnez son discours. Encore meilleur et beaucoup plus nourrissant qu'une bûche de Noël.  : :

(Sur la photo: l'Américaine Juli Briskman fait un doigt d'honneur à Trump en octobre dernier, et perd son emploi. Quelles gonades cette femme! Elle dit ne rien regretter, malgré tous les messages misogynes reçus. My kind of lady.)

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…