Passer au contenu principal

Féminisme, le mot de l'année?



Selon le groupe Merriam-Webster, c'est le mot féminisme qui a été le plus consulté aux États-Unis en 2017, avec 70% plus de recherche qu'en 2016. Vous vous foutez de ma gueule ou quoi?

Ouvrons un dictionnaire
Comme un autre article à ce sujet le stipule : « Le mot féminisme est entré dans le dictionnaire Webster en 1841 sous la définition "qualités des femmes". Aujourd'hui, il signifie "la théorie de l'égalité des sexes en matière politique, économique et sociale" et "l'activité organisée au nom du droit des femmes et de leurs intérêts".

Le Larousse va dans le même sens: « mouvement militant pour l'amélioration et l'extension du rôle et des droits des femmes dans la société ». Le Petit Robert? « Attitude de ceux qui souhaitent que les droits des femmes soient les mêmes que ceux des hommes ». Le dictionnaire sur Internet? « Doctrine qui a pour objet l'extension des droits civils et politiques des femmes jusqu'à obtenir l'égalité avec ceux des hommes ».

Même la féministe-activiste américaine Gloria Steinem, ici en entrevue en 2011, répond inlassablement à la question « Qu'est-ce que votre définition du féminisme? ». Toujours aussi posée, Steinem répète ce qu'elle a dit un million de fois: « Allons-y simplement avec la définition du dictionnaire, soit la croyance en une égalité sociale, économique et politique entre les hommes et les femmes... tout en agissant en ce sens », ajoute-t-elle.

C’est bon? Tout le monde a compris ce que ça mange en hiver du féminisme?

Maintenant, peut-on (encore une fois) parler des vrais enjeux qui animent les féministes depuis belle lurette? Comme la pauvreté, la précarité d’emploi, les inégalités (salariales entre autres), les stéréotypes, le sexisme et les doubles standards, la misogynie, le patriarcat, l'objectivation de la femme, les mains baladeuses, les nombreuses inconduites sexuelles (que plusieurs femmes ne pouvaient relater, jusqu'à tout récemment, de peur de perdre leur emploi), la sollicitation sexuelle, l’exploitation ménagère et sexuelle, la violence faite aux femmes, le manque de représentation politique, sociale, tout comme dans les postes stratégiques, l'abus de pouvoir aussi, la dévalorisation du travail (souvent sous-payé, voire bénévole) accompli par les femmes… on continue?

Comprenez-moi bien, que des gens se renseignent et cherchent, littéralement, le sens du terme, c'est bien. Mais bon sang, arrivez en ville! On est au 21ième siècle après tout, et les femmes représentent la moitié de la population mondiale, 49,558% pour être plus exact - d'ailleurs, ce chiffre est en baisse, une autre préoccupation pour bien des féministes. Autrement dit, le mot féminisme ne date pas d'hier.

Doit-on se réjouir de l'arrivée d'un président misogyne à la Maison-Blanche d'avoir suscité un tel intérêt pour le mouvement des femmes? Certainement pas. Une femme aurait dû être en poste. Une autre préoccupation féministe, des femmes au pouvoir, ici, comme chez nos voisins du Sud et ailleurs dans le monde. On veut être dans l'action et l'avancement, pas seulement dans la réaction et la défense constante de nos droits. Comme dans les sports, les féministes marquent des points lorsqu'elles ont le ballon. Il faut jouer à l'offensive, pas juste dans la position passive de la défensive.

Soulignons plutôt la lutte constante des femmes et, encore cette année, leur travail acharné. Saluons notamment le courage de toutes ces femmes qui ont pris la parole contre leurs agresseurs, l'élection d'une première mairesse à Montréal, les mobilisations féministes, les réalisations et les accomplissements de nombreuses femmes, entre autres, de l'auteure canadienne Margaret Atwood qui a écrit The Handmaid's Tale (La Servante écarlate) en 1985 - je répète en 1985 - et qui a donné la très populaire série télévisée cette année (à ce propos, voir Les pieds écarlates).

Bref, il reste encore beaucoup de chemin et de bruit à faire en 2018, question de sortir du dictionnaire et de jouer enfin à l'offensive, mesdames.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…