Passer au contenu principal

Féminisme, le mot de l'année?



Selon le groupe Merriam-Webster, c'est le mot féminisme qui a été le plus consulté aux États-Unis en 2017, avec 70% plus de recherche qu'en 2016. Vous vous foutez de ma gueule ou quoi?

Ouvrons un dictionnaire
Comme un autre article à ce sujet le stipule : « Le mot féminisme est entré dans le dictionnaire Webster en 1841 sous la définition "qualités des femmes". Aujourd'hui, il signifie "la théorie de l'égalité des sexes en matière politique, économique et sociale" et "l'activité organisée au nom du droit des femmes et de leurs intérêts".

Le Larousse va dans le même sens: « mouvement militant pour l'amélioration et l'extension du rôle et des droits des femmes dans la société ». Le Petit Robert? « Attitude de ceux qui souhaitent que les droits des femmes soient les mêmes que ceux des hommes ». Le dictionnaire sur Internet? « Doctrine qui a pour objet l'extension des droits civils et politiques des femmes jusqu'à obtenir l'égalité avec ceux des hommes ».

Même la féministe-activiste américaine Gloria Steinem, ici en entrevue en 2011, répond inlassablement à la question « Qu'est-ce que votre définition du féminisme? ». Toujours aussi posée, Steinem répète ce qu'elle a dit un million de fois: « Allons-y simplement avec la définition du dictionnaire, soit la croyance en une égalité sociale, économique et politique entre les hommes et les femmes... tout en agissant en ce sens », ajoute-t-elle.

C’est bon? Tout le monde a compris ce que ça mange en hiver du féminisme?

Maintenant, peut-on (encore une fois) parler des vrais enjeux qui animent les féministes depuis belle lurette? Comme la pauvreté, la précarité d’emploi, les inégalités (salariales entre autres), les stéréotypes, le sexisme et les doubles standards, la misogynie, le patriarcat, l'objectivation de la femme, les mains baladeuses, les nombreuses inconduites sexuelles (que plusieurs femmes ne pouvaient relater, jusqu'à tout récemment, de peur de perdre leur emploi), la sollicitation sexuelle, l’exploitation ménagère et sexuelle, la violence faite aux femmes, le manque de représentation politique, sociale, tout comme dans les postes stratégiques, l'abus de pouvoir aussi, la dévalorisation du travail (souvent sous-payé, voire bénévole) accompli par les femmes… on continue?

Comprenez-moi bien, que des gens se renseignent et cherchent, littéralement, le sens du terme, c'est bien. Mais bon sang, arrivez en ville! On est au 21ième siècle après tout, et les femmes représentent la moitié de la population mondiale, 49,558% pour être plus exact - d'ailleurs, ce chiffre est en baisse, une autre préoccupation pour bien des féministes. Autrement dit, le mot féminisme ne date pas d'hier.

Doit-on se réjouir de l'arrivée d'un président misogyne à la Maison-Blanche d'avoir suscité un tel intérêt pour le mouvement des femmes? Certainement pas. Une femme aurait dû être en poste. Une autre préoccupation féministe, des femmes au pouvoir, ici, comme chez nos voisins du Sud et ailleurs dans le monde. On veut être dans l'action et l'avancement, pas seulement dans la réaction et la défense constante de nos droits. Comme dans les sports, les féministes marquent des points lorsqu'elles ont le ballon. Il faut jouer à l'offensive, pas juste dans la position passive de la défensive.

Soulignons plutôt la lutte constante des femmes et, encore cette année, leur travail acharné. Saluons notamment le courage de toutes ces femmes qui ont pris la parole contre leurs agresseurs, l'élection d'une première mairesse à Montréal, les mobilisations féministes, les réalisations et les accomplissements de nombreuses femmes, entre autres, de l'auteure canadienne Margaret Atwood qui a écrit The Handmaid's Tale (La Servante écarlate) en 1985 - je répète en 1985 - et qui a donné la très populaire série télévisée cette année (à ce propos, voir Les pieds écarlates).

Bref, il reste encore beaucoup de chemin et de bruit à faire en 2018, question de sortir du dictionnaire et de jouer enfin à l'offensive, mesdames.

Messages les plus consultés de ce blogue

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique.

Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin.

Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment.

Car voyez-vous, Izzy, 19 ans – « wh…

Un 22 septembre sur terre

Montréal, samedi 22 septembre 2018 - L’été partait d’un bord, l’automne arrivait de l’autre, la campagne électorale prenait une pause en raison d’une tornade à Gatineau, et Mercure était apparemment en synchro avec Mars... je n’ai aucune idée ce que cela signifie, mais il semble que ce soit important en astrologie.

Et encore ce samedi, des gens ont marché. Beaucoup même, avec leurs enfants, leurs bébés et leurs chiens. Le Devoir l’avait même mentionné comme un des événements « à surveiller » ce weekend : La planète s’invite dans la campagne*. Et pourtant, personne n’en a pas parlé. Les médias ont ignoré ce rassemblement, sans doute parce qu’il n’y avait pas de maudites vedettes mais que des citoyen-nes ordinaires, des vrais pourtant, en chair et en os, qui se sont déplacés pour canaliser, voire sublimer leur anxiété (oui, certains m’en ont parlé), mais d'abord exiger des partis politiques que non seulement ils parlent d’environnement mais qu’ils agissent au plus sacrant.

Alors qu…

En rafale...

Une femme qui pose des questions est une « faiseuse de troubles ». Un homme qui pose des questions, lui, est compétent. Et comme je (me) pose beaucoup de questions…

Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi 679 000 personnes ont regardé le premier épisode de XOXO, mais on n’a pas encore 10 000 signatures pour la réforme du mode de scrutin ?

Le tiers des électeurs-rices au Québec qui ne sont pas allés voter… Est-ce les mêmes qui regardent de la télé poubelle ?

Pourquoi, moi, je n’ai pas le droit de donner du sang simplement parce que je me trouvais en Angleterre lors d’un épisode de vache folle, mais la fille dans le métro qui mâche sa gomme de cette façon a le droit d’en donner, elle ?

Quelques jours après avoir décliné son invitation à « sortir avec », le voisin d’à côté m'a traitée d’« ostie d’grosse vache » … Ça donne vraiment le goût d’aller prendre un verre en tête à tête, pas vrai ? (Les narcissiques sont parmi nous)

Le chauffeur d’autobus parle de l’été des Indiens avec une d…