Passer au contenu principal

La pauvreté, ça use, ça use...

La pauvreté, ça use, ça use... 
La pauvreté, ça use les souliers

Et comment. D'une part, parce qu'on les achète déjà usagés, dans les friperies de ce monde de surconsommation et le Village des Valeurs du quartier - qui a grandement augmenté ses prix ces dernières années, soit dit en passant -
« Quoi! Douze piasses pour cette guenille?! Come on! ». Mais aussi,  c'est incontestable, les pauvres marchent. Ne possédant pas de voiture, de vélo ou même, dans plusieurs cas, de carte de métro - plusieurs n'ont pas les 83$ à la fin du mois -, on marche pour aller à l'épicerie du coin, on courre aussi après les spéciaux... « Bon, check l'autre quétaine avec sa circulaire, pfft! »

Mais la pauvreté, j'ai remarqué, ça use également l'âme. Même que je ne me reconnais plus, parcelle de moi-même, piètre reliquat de ce que j'étais auparavant. C'est ce lourd sentiment d'impuissance acquise qui, à la longue, rogne les restes d'optimisme et d'humanité. Tranquillement, le feu intérieur s'éteint, et qui bon sang a les moyens de le rallumer?

Et en plus on devrait sourire - « Souriez ma p'tite dame, vous avez l'air bête! » -, avoir l'air aimable, émaner le bonheur, irradier la joie de vivre, heureuse de respirer l'air de la ville de Montréal durant ce 375è, question d'attirer les ondes magnétiques positives - merci au fabuleux "Secret" des lois de la physique quantique. Eh bien, je vous emmerde.

Je rencontre plein de femmes autour de moi qui n'ont pas du tout envie de rire, de sourire, ou même d'avoir l'air gentille ces temps-ci. Elles sont à bout, au boutte de leur rouleau. Certaines se demandent comment elles vont faire ce mois-ci pour acheter le lait du p'tit, d'autres, comment elles réussiront à entasser le magot dont elles ont besoin pour déménager seule (enfin seule) et laisser ce conjoint. D'autres encore cherchent infatigablement comment se sortir de cette merde; précarité d'emploi, dettes, discrimination, abus de langage en plus des commentaires sexistes et désobligeants, toujours surchargée, surmenée mais sous-payée... name it, la liste est longue.

C'est sans parler de l'ambiance générale mondiale, de ces fous narcissiques-histrioniques racistes et misogynes qui mènent le monde. Guerre nucléaire de gros ego et paranoïa sans frontières. Bonjour anxiolytiques et antidépresseurs.

La pauvreté, ça use, ça use... 
La pauvreté, ça use l'humanité
(Tout le monde ensemble!)...

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…