Passer au contenu principal

TLMEP : retour au montage ?


La grand-messe télévisuelle du dimanche soir, au Québec, Tout le monde en parle, a changé de format en raison de la pandémie. Enregistrée auparavant le jeudi soir, pour nous être présentée le dimanche suivant, après un long et minutieux montage, la populaire émission devrait sérieusement songer à revenir à son modèle original. Car depuis cette nouvelle mouture, nous avons fréquemment eu droit à plusieurs gros malaises sur le plateau, nous incitant à éteindre tout ça pour aller faire autre chose au plus vite. 


Version pandémique, malaises endémiques 

Beaucoup de gens aiment pourtant l’animateur chéri, l’ex-RBO baveux et irrévérencieux, j’en suis. Du moins, j’en étais. Mais le roi de la très populaire émission dominicale, Guy A. Lepage, semble bien souvent impatient, à boutte de nerfs et un tantinet agacé par ses invités. Son impatience est souvent palpable, de même que son arrogance qui monte lentement, perceptible, à fleur de peau.

En entrevue avec le journaliste culturel Marc Cassivi, en mai 2021, Guy A. Lepage, « le direct », affirmait d’ailleurs qu’un invité « qui parle pendant six minutes à la place d’Éric Duhaime, ce n’est pas l’idée du siècle. En montage, j’aurais câlicé ça aux vidanges. J’étais vraiment en tabarnak ! » 

Un autre gros malaise ici. Même si l'on n’est pas nécessairement fan de l’invité en question, Guy A. Lepage a tout de même beaucoup d’influence au Québec (après les premiers ministres du Québec et du Canada, ce n’est pas rien), et ce genre de propos sur la place publique est fort malheureux. 

Et c’est précisément ce que l’on ressent, malheureusement, en regardant cette populaire émission en direct, que l'animateur est pas mal tout le temps « en tabarnak », particulièrement lorsque ses invités interviennent souvent ou prennent trop de place à son goût autour de la table. Une tension latente, permanente, plane insidieusement sur le plateau. Elle est toujours là, constante, sous-jacente à l’émission et cela se ressent forcément jusque dans nos salons. 

Par moments, il est vrai que certains invités parlent beaucoup trop souvent, trop longtemps et que tout ça, effectivement, pourrait très bien être coupé au montage. 

Le co-animateur lui-même (ou fou du roi, on ne sait plus), MC Gilles (la nouvelle saveur de l’année surexposée dans les médias) parle lui aussi trop souvent et ses interventions ne sont pas toujours pertinentes. C’est même long, très long – trop de mots, trop de détours, questions incompréhensibles, bref, on est pu capable de l’entendre, ça devient carrément insupportable. (Au fait, il est passé où, l'excellent Alexandre Barrette ?) 

Évidemment, certains gros malaises ressentis durant l’émission sont causés par certains invités, et non par le roi de la télé. Récemment il y a eu Lisa Ray, la fille d'Accurso, immense malaise - on n'a absolument rien compris, ni à ses dires, ni au pourquoi elle était là. Ensuite, le « nouveau » ministre tout excité, Bernard Drainville, qui coupe la parole à la vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault, qui s’interpose dans la discussion pour faire du mecsplication… Aïe, aïe, aïe, ça non plus, ce n’était pas l’idée du siècle. Et oui, effectivement, on était en tabaslak. Une bonne partie de ce discours pompeux du ministre de l'Éducation aurait très bien pu être coupée au montage. 

D’ailleurs, beaucoup de mots de certains de ces messieurs fastueux, de ces gros ego masculins qui adorent pérorer et s’écouter parler, comme Bernard Drainville ou encore l’ancien maire de la ville de Québec, Régis Labeaume, pourraient très facilement, et à juste titre, être coupés au montage. Car là encore, on est pu capable… (#secouterparlerentreeux) Mais ça, et on le sait pertinemment bien, ce n’est pas la faute à M. Lepage qui subit lui aussi pendant le tournage. 

La solution, donc ? Peut-être serait-il temps de revenir à la formule originale de l’émission Tout le monde en parle, c'est-à-dire avec un beau et rigoureux montage. Ça serait beaucoup plus plaisant à regarder, moins stressant, moins malaisant. Et tout le monde en parlerait de nouveau, mais cette fois, pour les bonnes raisons.

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en