Passer au contenu principal

Le règne de la sécurité


Ils sont partout, ils règnent depuis deux ans, et certains abusent allègrement de leur pseudo-pouvoir. 

Construisez le stade et ils viendront 

Mettez des règles sanitaires en place, et plusieurs humains, c’est certain, en abuseront. Et si, en plus, vous leur mettez un uniforme sur le dos et les rémunérez pour faire respecter les règles du gouvernement, alors là, ils jouissent tout simplement, se sentant soudainement investis d’une importante mission. 

Mais ce n’est pas vraiment de leurs fautes, vous voyez, ils ne font que leur boulot, ces pauvres humains : faire respecter les consignes établies par le gouvernement et la Santé publique. Et qui veut rouspéter avec les représentants du « gouvernement », les agents de l’ordre public ? 

Un peu partout, dans la ville, on a affaire à ces gendarmes des règles sanitaires, certains complètement soûls, grisés, obnubilés par leur nouveau pouvoir. L’enfer.  

À la Grande Bibliothèque, par exemple, où l’on retrouve, par les temps qui courent, presque autant de gardiens de sécurité que d’usagers, il faut entre autres s’armer de beaucoup de patience. Oui, certaines bibliothèques abusent des règles sanitaires. (Lire Des biblios plus strictes que strictes, Le Devoir, 7 fév. 2022.)

Plusieurs de ces gardiens de sécurité, hommes et femmes, voient à leurs tâches avec le surmoi d’un juge de la Cour suprême ou fédérale. Ils parcourent les couloirs, se promènent entre les rangées, à la recherche d’une faute commise ou bien d’un masque tombé sous le nez : « Monsieur, remettez tout de suite votre masque sur votre nez ! » 

Et plusieurs de ces gardiens, de même que certains employés, sont carrément zélés. À la porte de l’ascenseur, par exemple, il était inscrit, jusqu’à tout récemment, « 2 personnes maximum ». Une employée monta dans l’ascenseur, je fis de même ensuite, et voilà qu’arriva aussitôt un homme assez âgé muni d’une canne. 

« Montez, monsieur, montez !, lui lançais-je alors, ce n’est pas vraiment plus grave qu’on soit trois personnes là-dedans. » 

« Non!, s’écria sur-le-champ l’employée de style "matante toute énervée". C’est maximum deux personnes dans l’ascenseur ! La Grande Bibliothèque n’est PAS un lieu d’éclosion et nous souhaitons que cela demeure ainsi… » (suivi de beaucoup de blabla inutile, une logorrhée sur les règles de cette sacro-sainte-salubrité-sanitaire-sursaturée). 

Devant son insistance et sa diarrhée verbale sur les règles en place, l’homme, lui, recula. Mais ce court trajet ascendant me permit, pour ma part, de lui servir ma façon de penser : « Il ne faut quand même pas devenir fou avec tout ça, madame. Vous souvenez-vous du GBS, ma p’tite dame ? Étiez-vous dans le métro, vous, tantôt ?! Cinq secondes dans un ascenseur, avec des masques, vous pensez sincèrement qu'il y a des risques de contamination ?! ... » 

À l’entrée de la Grande Bibliothèque, on vous répétera également « les règles de la Bibliothèque » chaque fois que vous y mettez les pieds, alors qu’on les connait TOUS depuis des mois : lavage des mains, port du masque, distanciation physique, interdiction de manger, etc. Et si vous allez à la salle de bain, alors là, prenez bien garde, quelqu’un entrera sûrement en cognant brusquement à la porte tout en hurlant : « Sécurité ! Vérification des toilettes!» 

Mais calmez-vous, bon sang.

L’expérience de Milgram 

L’application parfois aveugle, voire abusive, des règles en place n’est pas sans rappeler la fameuse étude américaine faite en laboratoire, avec des humains, dans les années 60 : l’expérience de Milgram. Bien connue en psychologie, cette expérience, de même que les résultats, en avaient traumatisé plus d’un. 

L’étude en question évaluait le degré de soumission des gens (dits sujets) à une autorité, démontrant clairement que tout individu (n’importe qui) infligera de la douleur à autrui sous les ordres d’une autorité qu’il juge légitime, et ce, même si les actions à poser lui causent des problèmes de conscience. (Lire un résumé « Psycho sociale 101 » de l’expérience de Milgram.) 

En gros, donc, au diable le gros bon sens, les exceptions, l'évaluation de la situation et l’intelligence, il faut suivre les règles à la lettre et, plus important encore, les faire respecter si c'est ce qu'on nous demande.

Ces bons gardiens de l’ordre public n’infligent pas de chocs électriques aux citoyens, certes. Mais plusieurs s’acharnent sur les gens, certains savourant clairement leur petit pouvoir sur l’ordre social que leur octroie leur misérable uniforme. 

*** 

« Vous cherchez la sortie, madame ? 

- Non. Je vais au café juste là. 

- Oui mais la porte est fermée là-bas. Il faut absolument sortir par la porte principale, ensuite, madame! 

- Oui, oui, on sait tout cela depuis des mois. » 

Mais foutez-nous la paix, bordel ! Et allez plutôt faire régner le silence, dans cet endroit bruyant sans bon sens.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en