Passer au contenu principal

La fluidité des déracinés

 

Est-ce une simple mode ou une nouvelle identité ? Est-ce une tendance qui s’estompera avec le temps, que de ne plus choisir son camp ? 

Les déracinés 

C’est une vraie réalité, il existe de plus en plus de déracinés, de ces gens qui ne sont plus ni Québécois ni Canadien, qui ne sont plus ni vraiment homme ni réellement femme, qui n’appartiennent plus, en fait, à rien. 

Ils vivent, eux, dans un monde « global », sans identité sexuelle, sans « genre », sans aucune donnée identitaire « prédéterminée ». Fuck that. C’est fini, tout ça. Le monde n’a pas à nous dire qui être ; on peut se construire tout seul et entièrement. On peut vivre dans une soi-disant « neutréalité ». Plus besoin de choisir son camp. 

Une partie du monde relève dorénavant de la fluidité, sans doute une conséquence directe de la mondialisation, de la globalisation. Think global. La fluidité des genres, des sexes, des politiques, des identités, des « nationalités ». On ne vit plus nulle part et on choisit tout le reste « à la carte ». « Pourrait-on voir le menu, svp ? » 

Fluidité 

La fluidité, c’est beau. En danse, par exemple, la fluidité est nécessaire pour rendre le geste sublime, le mouvement intéressant. La fluidité, dans la vie, ça permet aussi de flotter, de ne pas prendre de camp, de ne pas se positionner. La fluidité permet de changer sans cesse de place, de ne prendre ni parti, ni position, ni pays. 

Les déracinés, on le sait, sont "apatrides". Ils n’appartiennent à aucune nation ni à aucun parti. Pourquoi choisir la gauche ou la droite quand on peut se tenir dans « l’extrême centre » ? Pourquoi parler français, ou même l’anglais, quand tu peux parler « franglais » ? « Le feel-tu, toé? » « Es-tu down ? » « Il m’a assault. » « J’étais genre overwhelmed. » Bref, vous voyez le genre. 

Pas surprenant, alors, de constater le faible taux de participation lors des plus récentes élections, fédérales comme municipales. Anémique, vous dites ? Sans doute un mélange de fluidité, d’individualisme, de nombrilisme et de je-m’en-foutisme. Même confort et indifférence d’une autre époque, seulement à une nouvelle sauce, mondialiste et multiculturaliste, celle-là.

Alors que la fluidité permet de s’adapter, sans s’arrêter, sans s’enraciner nulle part, elle permet également de ne pas s’impliquer, de ne jamais être responsable de rien, de s’en laver les mains, tout en s’offusquant constamment de toutes les situations à travers le monde entier. On peut tout contester quand on est fluide et déraciné. On peut sans cesse bouger, rester en mouvement, tirer à gauche comme à droite. On appartient au monde entier.

Or, une chose est sûre, qui s'observe dans la Nature : ce qui est déraciné ne pousse pas. Ça ne donne ni de fleurs ni de fruits. Ça ne croît nulle part. Tout meurt, sans racines profondes. 

Car, pour ce faire, pour pousser, pour croître et se développer, pour donner des fleurs pis des fruits, il faut choisir son lot de terre et s’ancrer dedans. On pourra toujours tout arracher, bouger, déménager, aller ailleurs, au lieu de constamment flotter dans un monde éthéré, au-dessus de la mêlée. 

*** 

Le mot de l’automne ? « Lagacite ». Quand l’« overexposure » du journaliste Lagacé provoque une « inflammation » du cerveau collectif et que ça commence à sérieusement nous agacer. 

----- 

Photo : Sylvie Marchand, « Ni Québécois ni Canadien », collant sur poubelle, Place Valois, Hochelag, Montréal, 6 oct. 2021.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en