Passer au contenu principal

« Le bal des folles » : la folie au féminin


J’attendais avec une impatience presque frénétique ce livre réservé à la bibliothèque en décembre dernier : Le bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel, 2019 - Prix Renaudot des Lycéens). Car depuis cette brève recherche sur l’enfer de la Salpêtrière qu’ont vécu les femmes durant les XVIIIe et XIXe siècles – Ordre vs désordre (2) –, je ne peux plus m’arrêter.

Le roman est très bien, superbement écrit, concis ; ça se dévore en quelques heures. On tourne les pages comme s’il s’agissait d’un polar. C’est intriguant, palpitant, excitant… et c’est justement ça le problème.

La vie des femmes internées dans cette prison-asile-hospice était beaucoup plus dure, beaucoup plus cruelle en réalité. « Oui c’est bon, d’accord, c’est un roman, bordel ! », me direz-vous. Certes, je suis d’accord avec vous. On ne fait donc que se tremper le gros orteil dans ce bain asilaire, cette prison pour femmes insoumises et dérangeantes, à l'instar de ces bourgeois parisiens qui allaient au bal des folles de la mi-carême, histoire de voir de plus près ce cirque de femmes sauvages et hystériques, peut-être même apercevoir « une crise » ou bien une nymphomane déguisée en marquise, afin d'en jaser le restant de l'année avec leurs amis branchés du Tout-Paris.

Car dans le roman, en effet, et c'est ce qui semble étrange, on a presque envie d’y être, avec ces femmes, avec ces aliénées enfermées contre leur gré (sauf exceptions). On aurait envie d’habiter là, avec elles, à l’asile. On aurait le goût de tricoter avec Thérèse, de discuter avec Geneviève, d’en savoir plus sur les ambitions d’Eugénie, de se promener dans le jardin, de mémérer sur tout et sur rien, de vivre dans ce nid de coucou où la colère et la révolte des femmes doivent demeurer silencieuses.

Mais si toute la vérité vous intéresse, si la vraie réalité ancrée dans les faits, les documents d’archives et de rares journaux intimes parvenus jusqu’à nous vous titille vous aussi la nuit (??), je vous conseille alors, pour compléter la lecture du roman, les ouvrages de l’historienne française Yannick Ripa, à commencer par La ronde des folles : femme, folie et enfermement au XIXe siècle, 1838-1870 (Aubier, 1985). Tous ses livres, d’ailleurs, sont de véritables bijoux d’informations ; la recherche, la rigueur, les données, les détails, bref, pour les têteux comme les curieux, c’est tout simplement savoureux. (Avis aux intéressés : Un texte récent de Ripa, dans Libération, porte sur le livre « Femmes de presse », les femmes en journalisme. Je dis ça comme ça.)

Je ne vous dévoilerai donc pas le punch du roman Le bal des folles, vous le lirez sûrement. Et si ce bouquin permet au moins à certains de découvrir enfin l’abus de pouvoir des médecins-aliénistes de l’époque, qui propageaient des théories misogynes sans aucun fondement scientifique, en plus de la domination masculine, de la place beaucoup trop puissante des hommes – père, frère, mari, oncle, curé, enfoiré, etc. – dans la vie de ces prétendues aliénées, ça sera toujours un pas de plus dans la danse des femmes, féministe celle-là.

*** 

« L’asile, un "entre-femmes" où règne un homme seul, le tout-puissant "médecin-spécial", c’est-à-dire l’aliéniste. »

« En rien exceptionnel, le cas de Mlle L. illustre et les possibles détournements de la loi de 1838 à des fins répressives et la psychiatrisation des comportements déviants féminins. Une voie de fait contre les forces de l’ordre mène un homme en prison, une femme en asile. […] Une femme qui exprime son agressivité est une folle mais ce n’est pas d’oser l’exprimer qui est un acte fou, c’est d’être agressive et violente; ce sont des traits du caractère masculin. »

– Yannick Ripa, La ronde des folles : femme, folie et enfermement au XIXe siècle, 1838-1870 

*** 
À lire / en lien :
Les folles d'enfer de la Salpêtrière, de l’artiste française Mâkhi Xenakis (Actes Sud, 2004)
Une femme qui dérange est forcément dérangée
La danse, la folie et les femmes

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en