Passer au contenu principal

La culture narcissique


C’est devenu la nouvelle norme et, pour certains d’entre nous, un supplice au quotidien. Tous les jours, dans les espaces publics, la rue, le bus, le métro, partout quoi, des gens se regardent infatigablement la face dans leur glace-cellulaire-portable. Ils se contemplent attentivement, s’admirent grassement, sans gêne aucune.

Complètement hypnotisés par leur visage, médusés, enivrés, saoulés d’eux-mêmes, ils aiment de surcroît ce qu’ils voient. Ils y croient. Elle est là, leur sublime image, presque palpable. Ils la regardent, la boivent encore et encore, insatiables qu’ils sont de leur propre reflet. S’ils pouvaient l’atteindre, le saisir, l’embrasser, ce serait alors l’extase narcissique absolue.

Entre deux égoportraits, ils absorbent également un nombre époustouflant de publicités, tant sur leur « livre à faces » qu’autres cyberespaces navigables à portée de la main. Une dame, elle, regarde des pubs sur Candy Crush pour bénéficier de nouvelles armes de destruction massive contre l’invasion de chocolat. Un jeune homme, lui, grâce à ses pouces bioniques, fait déferler une série de « posts » truffés d’annonces sur son téléphone intelligent, tandis que l’autre à côté, lui, magasine en ligne.

Partout, c’est le vide abyssal qui prime, l’aliénation de l’humanité, des vrais contacts humains, tangibles. C’est le moi narcissique qui règne, l’ère de l’ego surdimensionné édifié au gros max.

En voyant tout cela, comment voulez-vous, d’une part, ne pas déprimer, ne pas être désespérée de la vie, à boutte de toute ? C’est la destruction insouciante et insidieuse de l’humanité dans son essence, par la surconsommation de produits, de biens et d’un moi, moi, moi à la fois insatiable et capitalisable.

D’autre part, on ne peut que se questionner sérieusement : Avons-nous atteint l’apogée de la société narcissique, le sommet, l’Everest de la glorification du moi ? Ou est-ce que ce phénomène nombriliste pourrait outrageusement empirer ?

Car déjà en 1979 – et donc bien avant la mondialisation, Internet, Facebook, les réseaux prétendument « sociaux » et autres outils d’autopromotion, de propagande et de marchandisation du moi –, l’historien et sociologue américain Christopher Lasch (1932-1994) écrivait, dans son livre « La culture du narcissisme : la vie américaine à un âge de déclin des espérances » (The Culture of Narcissism, American Life in An Age of Diminishing Expectations), bouquin réédité en 2018, « en [d]es temps étranges et difficiles » :

« La publicité sert moins à lancer un produit qu’à promouvoir la consommation comme style de vie. Elle "éduque" les masses à ressentir un appétit insatiable, non seulement de produits, mais d’expériences nouvelles et d’accomplissement personnel. Elle vante la consommation, remède universel aux maux familiers que sont la solitude, la maladie, la fatigue, l’insatisfaction sexuelle. Mais simultanément, elle crée de nouvelles formes de mécontentements, spécifiques de l’âge moderne. Elle utilise et stimule le malaise de la civilisation industrielle. Votre travail est ennuyeux et sans signification ? Il vous donne un sentiment de fatigue et de futilité ? Votre existence est vide ? Consommez donc, cela comblera ce vide douloureux. D’où la volonté d’envelopper la marchandise d’une aura romantique, d’allusions à des lieux exotiques, à des expériences merveilleuses, et de l’affubler d’images de seins féminins, d’où coulent tous les bienfaits. »

» La propagande de la marchandise sert une double fonction. Premièrement, elle affirme la consommation comme solution de remplacement à la protestation et à la rébellion. […] Le travailleur fatigué, au lieu de tenter de changer les conditions de son travail, cherche à se revigorer en renouvelant le cadre de son existence, au moyen de nouvelles marchandises et de services supplémentaires.

» En second lieu, la propagande de la marchandise, ou de la consommation de celle-ci, transforme l’aliénation elle-même en une marchandise. Elle se tourne vers la désolation spirituelle du monde moderne et propose la consommation comme remède. Elle promet de pallier tous les malheurs traditionnels, mais elle crée, aussi, ou exacerbe, de nouvelles manières d’être malheureux : l’insécurité personnelle, l’anxiété quant à la place de l’individu dans la société, l’angoisse qu’ont les parents de ne pas être capables de satisfaire les besoins de leurs enfants. […] La publicité institutionnalise l’envie et l’anxiété qui en découle. »

Que dirait Lasch aujourd’hui ? 

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en