Passer au contenu principal

Ordre vs désordre (1)


Dans les pays communistes, on note tout. On observe vos allées et venues, remarque qui était avec vous. Au travail, on inscrit la date, l’heure d’arrivée des camarades, l’heure de leur départ, la température. On fait des inventaires, on remplit des formulaires, des demandes de permis, de clés, de visas, et cetera. On détermine également qui est responsable de la clé, pendant une période donnée, on y inscrit habituellement le nom du jefe (chef).

Pendant ce temps, des policiers, eux, effectuent des contrôles dans la rue. On vous demande de sortir votre carnet d’identité, sans motif précis, porque le da la gana (parce que ça lui tente). Peut-être avez-vous tout simplement une tête de jinetera (prostituée)…

Dans ce système tricoté serré, on privilégie l’ordre à tout prix. On exerce un contrôle assidu des gens, des passages, de l’information, de la population. On prend acte, de cet ordre, en l’inscrivant dans un cahier jauni, en retranscrivant toutes ces informations recueillies, tout ce qui, durant la journée, s’est produit.

Des feuilles et des feuilles ont ainsi été remplies. Des milliers et des milliers de cahiers jaunis. Ils sont la preuve irréfutable que l’ordre est stable, camarade, que toutes ces informations sont maintenant « contenues », conservées, en somme, qu’il y a des règles, un contrôle, une régularité, des ordres et des forces de l’ordre pour maintenir ce système en place.

Le 1er octobre dernier, la Chine célébrait le 70ième anniversaire de son régime. L’ordre y régnait de plus belle, brillait majestueusement par cette mise en scène, cette parade militaire, presque parfaite. Ce fut une véritable démonstration de force, par le maintien de l’ordre, le contrôle – des membres, des corps et des individus –, la contention de tout un peuple.

Lorsqu’on regarde une vidéo de cette époustouflante démonstration, on remarque toutefois qu’un homme, une fraction de seconde, se trompe, sa tête bougeant avant celles des autres. C’est absurde, je sais, mais j’ai eu une pensée pour lui. Que lui est-il arrivé, après la parade, à ce camarade ? Comment s’est terminée sa journée ? Les représailles n’ont pas dû se faire attendre. C’est clair qu'il y a eu des conséquences. Tout était si parfait, sauf ce mouvement de tête de sa droite vers… la gauche. Pauvre homme.

Pendant ce temps, à quelques kilomètres de là, à Hong Kong, le chaos, les perturbations, les manifestations, la rébellion. Les unes à côté des autres, ces images sont époustouflantes, saisissantes : l’ordre vs le désordre.

D’un côté, le contrôle, les rangs, les lignes droites, l’apparence de la perfection, les chants ordonnés, les applaudissements synchronisés, les mouvements chorégraphiés, la contention des émotions, la soumission de toute une population. De l’autre, le chaos, la révolte, la riposte, la violence, les mouvements, les soulèvements, les cris, le bruit, les accidents, le sang.

Rassemblement uniforme, union, communion, communisme et lider maximo d’un côté, de l’autre, revendications, bouleversements et demandes, on réclame même la tête du parlement.

Le plus intéressant dans tout ça, ce n’est pas la violence, la destruction ou encore la brutalité de certains actes de perturbation, mais bien le point de virage, de bascule, de rupture entre les deux.

En chimie, par exemple, on dit d’une solution qu’elle a « viré », lorsque sa concentration a irrévocablement changé. Sa nature a été modifiée, sa composition et son pH altérés, elle change alors de « couleur », si on utilise un indicateur.

Similairement, certains spécialistes du comportement humain et des phénomènes sociaux, Malcolm Gladwell entre autres, parlent ici d'un point de bascule. D’autres, en psychologie des profondeurs comme ailleurs, parleront d’un déclic, d’un « ah ah moment », d’une prise de conscience, d’un déclencheur, d’un point tournant, d’un instant, d’une nanoseconde, d’un shift, d’une tournure, d’une transition, d’une faille dans le système, de « fils qui se touchent », d’un court-circuit, d'un moment charnière, somme toute, d’un élément déterminant qui fait « virer » un individu ou encore toute une nation, une société.

C’est ce point de virage qui, moi, m’intéresse. Un peu partout, en ce moment, sur la planète, ça pète. Comme « un désir de tabula rasa contre les élites politiques au pouvoir » – (lire l’analyse de François Brousseau Le monde entier descend dans la rue).

Et c’est à la recherche de ce point de bascule, de ce moment bien précis entre l'ordre et le désordre, que je parcoure sans cesse ma ville. J'ignore comment ou pourquoi, mais j'ai la foi. Table rase, table rase...

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en