Passer au contenu principal

Le freak show, version XXIe siècle


À la fin du XIXe siècle, jusqu’au début du XXe, les cirques américains mettaient bien souvent en scène des gens atteints d’une maladie, d’une pathologie, d’une déformation quelconque et autres « monstruosités » de la nature. Certains freaks et phénomènes de foire savaient faire des acrobaties, mais pour la plupart, ils se tenaient là, exhibant tout simplement leurs anomalies : « Au Ringling Brothers – Barnum & Bailey Circus, à New York sur Madison Square Garden, par exemple, le sideshow des freaks était juste à côté de la ménagerie. On y montrait littéralement les gens comme des animaux. » (1)

« Le cirque [Barnum], à cette époque, faisait, beaucoup plus qu’aujourd’hui, appel à la cruauté de la nature. Parmi les attractions, il y avait des patients atteints de maladies endocrinologiques, tels que des nains; la femme la plus grosse du monde; le plus grand des hommes; le type avec la plus grosse mâchoire, etc. D’autres étaient des patients atteints de maladies neurologiques, tels que de jeunes gens possédant une peau d’éléphant (ils souffraient de neurofibromatose). [Phineas P.] Gage faisait partie de cette dernière catégorie. On peut l’imaginer au sein d’une telle troupe fellinienne, exhibant son malheur pour de l’argent. » (2)

Phineas P. Gage est un cas bien connu en neurologie, dont les comportements et la personnalité furent étudiés pendant plusieurs années, après qu’il ait subi un grave accident crânien, une barre de métal ayant traversé son cerveau. Il survécut, mais non sans conséquences. « Puis il a commencé une carrière comme attraction de cirque. Il a fait partie du spectacle présenté par le cirque Barnum à New York, où il montrait orgueilleusement ses blessures ainsi que la barre de fer. » (3)

Fort heureusement, les découvertes scientifiques, notamment de la génétique, l’éducation ainsi que la prise de conscience du public en général, ont contribué à changer les mœurs, faisant évoluer les mentalités et les lois, mettant ainsi fin à ce que nombreux activistes américains de l’époque appelaient « la pornographie du handicap » (4).

Les thérapies par les arts : le nouveau freak show 

Aujourd’hui, c’est au nom de « l’axe-santé » et du « bien-être » accessible à tous, la nouvelle mode bonne à toutes les sauces, qu’on exploite les gens, servant ainsi de couvert socialement acceptable aux organismes culturels à la recherche de nouvelles sources de financement dans le domaine de la santé, via les thérapies par les arts. Des « fous » qui font de la thérapie, tout le monde trouve ça beau…

Entre autres, le Musée des Beaux-arts de Montréal a développé son propre département « Art-thérapie et mieux-être », qui cherche à « favoriser le mieux-être des divers publics, qu’ils aient des besoins particuliers ou non ». Le Théâtre du Nouveau Monde, quant à lui, a également lancé de « l’art thérapie » (sic), allant jusqu’à mettre en scène « des schizophrènes » (sic), tandis que les Grands Ballets canadiens de Montréal ont pour leur part mis sur pied leur Centre « national » (lire américain) de danse-thérapie (CNDT) en mars 2013.

Dans nombreux cas, beaucoup de gens (éducateurs, directeurs et gestionnaires) s’improvisent « thérapeutes », et toute activité dite « thérapeutique » est bonne pour la promotion. On offre des « cours de thérapie » grand public - en soi, un non-sens -, on fait des « pestacles », et ce, sans que personne, ni ordre ou association professionnelle valable ou digne de ce nom, n’intervienne, ne réagisse ou ne régisse ces « activités » grand public, qui frisent l’exploitation et l’instrumentalisation de la souffrance des gens.

Oubliez l'éthique, on est ici dans le marketing, le « produit dérivé » des organismes culturels, la soi-disant démocratisation de la culture, alors que c’est bien de santé mentale dont il est question. Tout cela, vous l’aurez compris, pour aller chercher des dons, des fonds et des subventions dans le domaine de la santé, les arts, c’est bien connu, étant sous-financés.

« Et oui, on a un côté business », avouait le directeur du CNDT des Grands Ballets canadiens de Montréal, M. Christian Sénéchal, au Devoir en mai dernier. Imaginez un seul instant votre psychologue, votre psychanalyste ou votre psychothérapeute affirmer une telle chose, faire de la business sur votre dos, alors qu’il s’agit d’un service de thérapie et donc relevant du domaine de la santé. Impossible, vous me direz, puisque la psychothérapie, son titre et son cadre sont protégés par un ordre professionnel, l’Ordre des psychologues du Québec. Mon point, précisément. My point exactly, for the English Canadians involved.

Mais les thérapies par les arts étant bien souvent mal aimées, malmenées, voire mal gérées, on fait comme si on était à la maternelle et on appelle ça de « l’éducation ». Dans bien des cas, ce sont malencontreusement des pseudos-associations qui « gèrent » ces professions et leur réglementation, travaillant main dans la main, de surcroît, avec ces organismes culturels…

Qui plus est, aucune danse-thérapeute ne fait partie de l’équipe permanente des Grands Ballets canadiens de Montréal afin d’évaluer les décisions en amont. Imaginons un seul instant l’Orchestre symphonique de Montréal opérant une clinique de médecine sans aucun médecin sur place. Que des gestionnaires, des responsables du financement, des relationnistes des médias, des publicistes, bref, la grosse machine de marketing pour mousser l’intérêt des gens. « Ça sent le gros racket de marketing » dirait-on, non ? My point again… 

Et donc, je pose à nouveau les mêmes questions, auxquelles personne ne semble vouloir répondre depuis 2013 : 1) Que fait un organisme culturel dans le domaine de la santé ? 2) Une compagnie de ballet classique, aussi prestigieuse ou reconnue soit-elle à l’échelle internationale, possède-t-elle les compétences et la légitimité nécessaires pour œuvrer dans le milieu thérapeutique sans ordre ou association professionnelle pour encadrer leurs « activités » ? 3) Et finalement, que connaissent les Grands Ballets canadiens de Montréal à la déontologie justement ?

Pour ma part, j'y vois là beaucoup de monstruosités, de toutes parts, de tous côtés, mais particulièrement dans ces cirques médiatiques, assujettissant la souffrance et les vulnérabilités des gens. Or la question, dans cas-ci, est : qui sont les véritables freaks dans ces pseudo-entreprises ?

Une autre question qui demeurera longtemps sans réponse.

-----
(1) Vincent Pécoil, The freak show - exposer l’anormalité. Dans The freak show, collectif, Catalogue de l’exposition du Musée d’art contemporain de Lyon, 2007, p.11. Aussi disponible en ligne : http://www.lespressesdureel.com/PDF/932.pdf
(2) Idem, p.11
(3) Damásio, A. (2008). L’erreur de Descartes - La raison des émotions. Paris: Odile Jacob, p.26.
(4) Ibid.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en