Passer au contenu principal

Manon, les coqs et le ressenti


Une autre belle illustration que nous vivons toujours dans une société machiste qui évolue à pas de tortue : la politique. Là où l’on a demandé aux femmes de se masculiniser, d’enlever leurs foulards, leurs bijoux, leurs accessoires et autres bébelles, et de faire comme les hommes, de se battre, de compétitionner, de parler comme eux.

N’avait qu’à regarder ce « grand » débat des chefs (qui volait plutôt bas, vu de chez nous) pour voir à l’œuvre la « norme-testostérone » à son meilleur avec, dans le ring, une femme, Manon Massé (qu’on a féminisée en lui mettant un beau collier puisqu’elle a déjà une moustache) et trois hommes (Couillard, Legault et Lisée) en veston-cravate, qui s’en donnaient à cœur joie, baignant dans ces combats des coqs politiques depuis toujours, comme Obélix dans la potion magique.

Ça pis la cour d’école...

Déjà, cette manière de faire, de débattre sans écouter, d’arguer à s’époumoner, d’interrompre l’autre pour marquer des points à tout prix, de lui en faire perdre en chemin, d’en mettre plein la gueule à son adversaire, est une recette hautement masculine éculée et révolue qui n’a plus sa place dans notre société. Ce n’est pas un match sportif (les boys), c’est du futur de notre société dont il est question.

Mais tout le monde joue le jeu. Les journalistes, les animateurs, les éditorialistes et les commentateurs politiques y vont tous de leurs évaluations comme s’il s’agissait d’un match de boxe ou d’une lutte à finir... car oui, ça frappait fort. (Avez-vous vu la caricature dans Le Devoir ?)

Alors que Michel David du Devoir y allait d’une note (B, B-, C-, etc.) comme dans un bulletin, les chroniqueurs du Journal de Montréal, eux, (version papier du vendredi 14 sept. 2018) présentaient leur évaluation finale en pourcentage, Manon Massé arrivant bonne dernière avec 66,67%.

Or malgré toutes ces belles évaluations de combat, ces notes distribuées ça et là, et autres « analyses comptables », il manque encore une fois un ingrédient essentiel, une donnée pertinente à l’expérience humaine globale, le ressenti. Eh oui, le ressenti (aussi appelé, pour moins effrayer les hommes, l’intelligence émotionnelle, une notion inventée par un homme – don’t get me started on this) qui provient de notre premier vrai cerveau (on en a deux), le gut feeling.

Et ce sont des jeunes de 19-20 ans qui ont le mieux résumé ce débat des chefs, interviewés dans le confort de leur salon par un journaliste de Radio-Canada tout juste après - (je paraphrase ici) : « Ça ressemblait pas mal à trois hommes qui s’obstinent et une femme posée qui parle de son programme. Manon Massé m’a impressionné. »

Car ces jeunes, encore vierges à l’arène, au langage, aux jeux politiques et à toutes ces promesses creuses de belle campagne électorale, ressentent encore la vérité avant d’élaborer leurs pensées, subodorent encore les gens et les événements avant d’interpréter et d’analyser toutes ces données cognitives politiques.

Comme nombreux téléspectateurs de ce piètre débat, ils ont bien senti que seule Manon Massé de Québec solidaire incarnait le vrai changement, une réelle rupture d’avec ce discours politique tournant perpétuellement à vide. La seule, d’ailleurs, à avoir parlé d’environnement et de l’urgence d’agir.

Mais malheureusement, à défaut d’avoir un mode de scrutin qui reflète réellement le désir des citoyens-nes, nombreux de ces électeurs rationnaliseront leurs données viscérales, intellectualiseront leur intuition et feront des choix et des calculs stratégiques afin de « gagner » leurs élections, « remporter » dans leur comté.

Car oui, dans une société individualiste et machiste comme la nôtre, on aime encore faire partie de l’équipe « gagnante », être du côté du mâle-alpha... même si tout le monde y perd au change, même si je prédis néanmoins une vague orange (pas un tsunami, mais tout de même une vague avec pas moins de 7 députés solidaires).

Car bientôt, très bientôt, les jeunes, et les autres, verront que... Orange is the new green.
***
Chaque voix compte

Manif aujourd'hui*, et samedi prochain : La planète s'invite dans la campagne

*Fil de presse : 1500 personnes manifestent pour mettre le climat au coeur de la campagne

Messages les plus consultés de ce blogue

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en

Pour en finir avec Cendrillon (2)

Pour clôturer leur saison 2022-2023 en grand, les Grands Ballets canadiens de Montréal nous proposent un autre classique insupportable, sexiste et passé date, un « ballet classique chatoyant », un « spectacle magique pour toute la famille », Cendrillon . Ben voyons donc.  Il existe maintes versions de ce conte très ancien, inspirant différents films, ballets, pantomimes et opéras. Plusieurs œuvres chorégraphiques ont vu le jour durant les périodes préromantique et romantique du XIXe siècle, il y a de cela plus de 200 ans. Et le ballet Cendrillon qui s’inscrivit au répertoire classique, sur la musique de Sergueï Prokofiev, est lui aussi basé sur le conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du XVIIe siècle et repris par les frères Grimm au XIXe siècle. Déjà, ça part mal.  Bien connu du grand public, le récit met en scène une orpheline, petite « chatte des cendres » qui, grâce à ce mariage avec un prince charmant, parvient enfin à se sortir de la mi