Passer au contenu principal

Des coulisses, des crabes et René Lévesque


C’est par le plus pur des hasards que je suis tombée sur ce livre à la Grande bibliothèque, le joyau national des pauvres comme je la surnomme, et sans doute l’une des plus grandes réalisations au Québec depuis belle lurette.

Le titre en blanc sur cette reliure brune à l’ancienne aurait aussi bien pu être animé de néon tellement il attirait mon attention. Je l’ai donc décoincé de la rangée, l'ai sorti, lu le titre, Le panier de crabes de Jérôme Proulx. Connais pas.

J’ai ouvert le livre, l’ai humé, ça sentait les années 70. Je vérifie… publié en 1971. La bonne femme n’a pas perdu son flair. Un livre c’est comme un bon vin, ça possède sa couleur et son odeur, même si je ne bois pas. Et ce titre… Je le parcoure très rapidement, un court chapitre sur René Lévesque. Ataboy, « vendu », je le prends.

J’ai lu ça d’une traite la Journée des Patriotes (fuck la Reine et ce foutu mariage royal – plus de 6 millions de tweets durant le mariage du prince avec sa princesse ?! People, people, please… ) Et si vous aimez l’histoire du Québec, les récits des coulisses du pouvoir et une belle plume intelligente et allumée, vous allez vous régaler. C’est également, par moment, hilarant.

Le panier de crabes de Jérôme Proulx est « un témoignage vécu sur l’Union Nationale sous Daniel Johnson » jusqu’à la création du Parti québécois en novembre 1969. Le mercredi 26 novembre 1969, Jérôme Proulx devenait le deuxième député du Parti (ainsi que « le whip, le secrétaire parlementaire, le conseiller juridique, etc… »; ils n’étaient que deux), joignant ainsi son ami René Lévesque.

Il est défait dès 1970, et maintenant expulsé du « panier de crabes », il décida de raconter son histoire, ce « passage dans les sinueux corridors du pouvoir, du patronage et de la corruption ».

Proulx y parle du pouvoir, des ministres et des députés de l’époque (Jean Lesage, Daniel Johnson, Pierre Laporte, René Lévesque et bien d’autres), des « jeux » internes, des coups bas, de la « piqûre » politique, des « rouges et des bleus », des supercheries et des chambardements occasionnés par un changement de pouvoir, des bills, des coulisses et des pratiques (hautement masculines, cela va sans dire – Mme Kirkland-Casgrain étant la seule femme présente) à l’Assemblée nationale, d’un certain président de la Chambre plutôt endormant surnommé « l’anesthésiste de l’Assemblée », d’un autre collègue qu’ils appelaient « M. Canada », ou encore des trucs pour « décrocher les manchettes » ou, à l’inverse, faire oublier une déception politique (il n’y avait pas internet en 69, rappelons-le).

Certains passages sont tout simplement délicieux. À propos de certains collègues qu’il a côtoyés,  par exemple, de leur faiblesse d’esprit, l'auteur écrit : « Quand ils rendront l’âme, un jour, ces bons députés, très peu, je crois, très peu rendront l’esprit. »

Il évoque également la préparation et l’organisation de la visite très remarquée du Général de Gaulle en 1967 – le fameux « Vive le Québec libre » du 24 juillet sur le balcon de l’hôtel de ville à Montréal -, son impact dans le public, l’effet de bombe chez les francos comme chez les anglos.

Ça se lit comme on suçait des « paparmans » chez ma grand-mère. Et à propos de René Lévesque, Jérôme Proulx écrit : « Par la simplicité de sa personne, René Lévesque a aboli le mythe du surhomme omnipuissant et assoiffé de pouvoir. Il puise sa force dans la connaissance de ses propres limites, dans sa conviction d’homme et dans l’espérance de tout un peuple. Au culte de la personnalité, il oppose l’image d’un homme de bonne volonté que le destin a chargé d’une lourde responsabilité et quand la foule l’acclame ce n’est pas une idole qu’elle encense mais un homme en chair et en os à qui elle communique sa foi en l’avenir. (…)

» La simplicité constitue tout le charme de l’homme et par là il aura aussi aboli le mythe du dandy : il n’a ni coiffeur, ni tailleur, ni chauffeur; il n’a rien d’un narcisse et il a horreur du cabotinage. Le seul luxe qu’il s’offre c’est celui d’être lui-même. Il sera toujours ce Québécois authentique en qui nous nous retrouvons tous.

» Les fantômes des ruines de l’Establishment hantent le Québec mais pour René Lévesque ce sont de vieux familiers. Il les déshabille, les scrute et les décortique : effeuillage progressif d’une peur collective. Il la combattra, cette chimère québécoise, cette peur ingrate qui dépouille un peuple de ses héros et à son "humble avis" les fantômes repartiront… tout effrayés. »

La peur, toujours la peur. Celle qui paralyse les individus, fige les peuples. On l’a bien rhabillée depuis. À quand le prochain effeuillage…

Et que dire du surhomme omnipuissant et assoiffé de pouvoir ou encore de l’espérance de tout un peuple... C'est mou ce pays.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…