Passer au contenu principal

Des coulisses, des crabes et René Lévesque


C’est par le plus pur des hasards que je suis tombée sur ce livre à la Grande bibliothèque, le joyau national des pauvres comme je la surnomme, et sans doute l’une des plus grandes réalisations au Québec depuis belle lurette.

Le titre en blanc sur cette reliure brune à l’ancienne aurait aussi bien pu être animé de néon, tellement il attirait mon attention. Je l’ai donc décoincé de la rangée, l'ai sorti, lu le titre : Le panier de crabes de Jérôme Proulx. Connais pas.

J’ai ouvert le livre, l’ai humé, ça sentait les années 70. Je vérifie… publié en 1971. La bonne femme n’a pas perdu son flair. Un livre c’est comme un bon vin, ça possède sa couleur et son odeur, même si je ne bois pas. Et ce titre… Je le parcoure très rapidement, un court chapitre porte sur René Lévesque. Ataboy, « vendu », je le prends.

J’ai lu ça d’une traite la Journée des Patriotes (au diable la Reine et ce foutu mariage royal – plus de 6 millions de tweets durant le mariage du prince avec sa princesse ?! People, people, please… ) Et si vous aimez l’histoire du Québec, les récits des coulisses du pouvoir et une belle plume intelligente et allumée, vous allez vous régaler. C’est également, par moments, hilarant.

Le panier de crabes de Jérôme Proulx est « un témoignage vécu sur l’Union Nationale sous Daniel Johnson » jusqu’à la création du Parti québécois en novembre 1969. Le mercredi 26 novembre 1969, Jérôme Proulx devenait le deuxième député du Parti (ainsi que « le whip, le secrétaire parlementaire, le conseiller juridique, etc… »; ils n’étaient que deux), joignant ainsi son ami René Lévesque.

Il est défait dès 1970, et maintenant expulsé du « panier de crabes », il décida de raconter son histoire, ce « passage dans les sinueux corridors du pouvoir, du patronage et de la corruption ».

Proulx y parle du pouvoir, des ministres et des députés de l’époque (Jean Lesage, Daniel Johnson, Pierre Laporte, René Lévesque et bien d’autres), des « jeux » internes, des coups bas, de la « piqûre » politique, des « rouges et des bleus », des supercheries et des chambardements occasionnés par un changement de pouvoir, des bills, des coulisses et des pratiques (hautement masculines, cela va sans dire – Mme Kirkland-Casgrain étant la seule femme présente) à l’Assemblée nationale, d’un certain président de la Chambre plutôt endormant surnommé « l’anesthésiste de l’Assemblée », d’un autre collègue qu’ils appelaient « M. Canada », ou encore des trucs pour « décrocher les manchettes » ou, à l’inverse, faire oublier une déception politique (il n’y avait pas internet en 69, rappelons-le).

Certains passages sont tout simplement délicieux. À propos de certains collègues qu’il a côtoyés,  par exemple, de leur faiblesse d’esprit, l'auteur écrit : « Quand ils rendront l’âme, un jour, ces bons députés, très peu, je crois, très peu rendront l’esprit. »

Il évoque également la préparation et l’organisation de la visite très remarquée du Général de Gaulle en 1967 – le fameux « Vive le Québec libre ! » du 24 juillet sur le balcon de l’hôtel de ville à Montréal -, son impact dans le public, l’effet de bombe chez les francos comme chez les anglos.

Ça se lit comme on suçait des « paparmans » chez ma grand-mère. Et à propos de René Lévesque, Jérôme Proulx écrit : « Par la simplicité de sa personne, René Lévesque a aboli le mythe du surhomme omnipuissant et assoiffé de pouvoir. Il puise sa force dans la connaissance de ses propres limites, dans sa conviction d’homme et dans l’espérance de tout un peuple. Au culte de la personnalité, il oppose l’image d’un homme de bonne volonté que le destin a chargé d’une lourde responsabilité et quand la foule l’acclame ce n’est pas une idole qu’elle encense mais un homme en chair et en os à qui elle communique sa foi en l’avenir. (…)

» La simplicité constitue tout le charme de l’homme et par là il aura aussi aboli le mythe du dandy : il n’a ni coiffeur, ni tailleur, ni chauffeur; il n’a rien d’un narcisse et il a horreur du cabotinage. Le seul luxe qu’il s’offre c’est celui d’être lui-même. Il sera toujours ce Québécois authentique en qui nous nous retrouvons tous.

» Les fantômes des ruines de l’Establishment hantent le Québec mais pour René Lévesque ce sont de vieux familiers. Il les déshabille, les scrute et les décortique : effeuillage progressif d’une peur collective. Il la combattra, cette chimère québécoise, cette peur ingrate qui dépouille un peuple de ses héros et à son "humble avis" les fantômes repartiront… tout effrayés. »

La peur, toujours la peur. Celle qui paralyse les individus, fige les peuples. On l’a bien rhabillée depuis. À quand le prochain effeuillage…

Et que dire du surhomme omnipuissant et assoiffé de pouvoir ou encore de l’espérance de tout un peuple... C'est mou ce pays.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en