Passer au contenu principal

Porter à gauche, à droite, comme à l’extrême centre


À quelques mois des élections, et après un long suspense, M. Alexandre Taillefer affiche finalement ses couleurs politiques : « Je confirme que je serai le président de la campagne électorale pour le Parti Libéral du Québec. Pas une décision facile mais elle s'impose par l'importance des enjeux. Les positions progressistes de Monsieur Couillard me rejoignent. Merci de commenter respectueusement. », a-t-il annoncé sur son compte Twitter.

Pas besoin de souligner que les commentaires suivant cette annonce coup-de-poing-sur-la-gueule-des-vrais-progressistes étaient loin d’être élogieux, mais néanmoins respectueux, ou presque. Progressistes les positions de Couillard? I don’t think so… 

En janvier 2017, lors de son passage à l’émission Tout le monde en parle, M. Taillefer affirmait qu'« … il est temps aujourd’hui qu’on revoit la façon de faire, la façon de gouverner et [de] s’assurer qu’on mette dans les postes-clés les bonnes personnes, les gens qui connaissent leurs dossiers », vantant par là même la valeur de Mme Manon Massé de Québec solidaire, « un actif que le Québec sous-exploite… ». 

En février dernier, il joignait de plus sa voix au Mouvement démocratie nouvelle - en soi une bonne nouvelle - qui souhaite réformer le mode de scrutin électoral alors que le parti libéral n’en veut pas… Solidaire, M. Taillefer ? Péquiste ? Pas si vite, il est fédéraliste. 

Dans son texte Sortir du garde-robe – chronique qui s’intitulait De la main gauche en passant, mais peut-être est-il simplement gaucher et non gauchiste, je ne l’ai jamais vu écrire -, M. Taillefer appuyait clairement une amie de longue date libérale, tout en admettant être de l’extrême centre

Ces deux mots évoquent inéluctablement le billet de M. Alain Deneault, L’extrême centre mou (bis) : les fils blancs d’Alexandre Taillefer dans lequel il écrit : « Les fadaises idéologiques ont ceci d’avantageux pour les opulents qui les prononcent qu’on met peu de temps et d’efforts à les exprimer, mais beaucoup plus à les démonter… Or, la loi, contrairement à ce qu’indique celui qu’on présente pour ambitieux politiquement (et qui aspire donc à l’écrire un jour), n’est pas tant dans nos régimes ce qui légitime la distinction entre transferts légaux et transferts illégaux ‒ les fameux « évitement » et « évasion » ‒ que ce qui la permet abusivement. (…) En tout, ce sont 260 milliards de dollars que les entreprises que défend Taillefer ont pu, s’il n’y a pas parfois directement des parts lui-même, le plus souvent légalement, soustraire artificiellement au traitement fiscal canadien. (…) 

» On ne répétera pas aujourd’hui qu’Alexandre Taillefer via son autre grand média, L’Actualité, revendique explicitement l’étiquette d’« extrême centre », un positionnement politique qui consiste moins à situer son discours sur l’axe gauche-droite qu’à supprimer celui-ci au profit d’une position intolérante consistant à disqualifier de facto tout ce qui ne coïncide pas avec ses intérêts. Pour ce faire, être riche ne suffit pas pour persuader autrui de ses vues ‒ l’argent n’a jamais acheté l’intelligence. Il faut posséder soi-même des médias et les utiliser pour distribuer les étiquettes mélioratives ou diffamantes, selon les sujets. Plus on se montrera docile avec le discours intéressé des puissants, plus on se verra qualifié de moderne, pondéré, raisonnable, rationnel, normal et même courageux. » 

Doit-on être surpris, donc, de l’étalement politique de M. Taillefer, de ce « bric-à-brac idéologique » comme l’écrit plus loin Alain Deneault ? M. Taillefer l’a lui-même révélé, il est un « queer politique ». Ses ambitions politiques ne font aucun doute, et en attendant le départ de M. Couillard, M. Taillefer joue aux échecs. Tout simplement. Un point c'est tout. 

Et pour y arriver, se hisser ainsi jusqu’à la chefferie d'un parti, il est prêt à tenir des propos immondes, car « Couillard » et « progressiste » ne vont certainement pas dans la même phrase - cette dernière étant l’exception confirmant la règle. 

C’est l’ambition à court, moyen et long terme qui parle dans ce récent investissement de M. Taillefer – et j’irai même d’une prédiction ici, MM. Aussant et Taillefer croiseront le fer comme chefs de parti dès 2019.

Quoi qu’il en soit, on va surveiller de très près ses moves et agissements, car il ne faudrait surtout pas qu’il s’enfarge dans les législations de complaisance ni la fluidité politique. Respectueusement évidemment.

Messages les plus consultés de ce blogue

Ces grands qui se trompent

En mars dernier, certaines d’entre nous ont vertement critiqué les Grands Ballets canadiens de Montréal pour leur programmation sexiste prévue pour la saison 2018-2019, ainsi que leur interminable instrumentalisation des femmes (voir « Ode à la femme », mon œil). Nathalie Petrowski semblait alors d’accord puisqu’elle publiait un percutant billet à cet effet, et ce, pour mon plus grand bonheur, Chercher la femme (et ne pas la trouver).

Une fois rendue en juin, par contre, la grande dame de la critique culturelle québécoise écorchait (et pas à peu près) Marilou Craft, qui, elle, dénonçait de son côté le concept même du spectacle SLĀV de Robert Lepage, lui reprochant de « …critiquer les spectacles avant même qu’ils n’existent. Me semble que la première chose que l’ex-étudiante aurait dû faire avant de poser ses objections, c’était d’attendre que le spectacle soit monté, non ? »

Hiiing… Non.

Nous n’avons pas eu besoin d’attendre de voir le spectacle Femmes, prévu pour 2019, pour protester…

Faire bouger le monde. N'importe comment.

Casse-Noisette s'en vient et les nombreuses publicités qui ont envahi la ville de Montréal depuis quelques semaines provoquent chez moi de l'urticaire, en plus d'une forte bouffée de chaleur frôlant la syncope. Non, ce n'est pas la ménopause (je vous emmerde), mais toutes les insidieuses opérations de marketing qui rognent notre culture, notre langue et notre pouvoir décisionnel me font clairement voir rouge.

Je ne parle pas du spectacle lui-même - ni de « l'accommodement» du pauvre gérant de la boutique Adidas ou même de la scandaleuse entente de Mélanie Joly avec Netflix -, mais bien du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Oui, oui, la compagnie de ballet classique à l'image féerique.

Une autre belle illustration de la suprématie machiste, exemple parfait qui pourrait servir au cours universitaire « Marketing patriarcal et instrumentalisation des femmes», s'il en était un.

En gros, le concept est simple, quelques hommes se pointent dans un…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …