Passer au contenu principal

Bonsoir, et bonne chance


J’ai travaillé assez longtemps dans un pays communiste pour voir de très près les tenants et aboutissants d’un régime abusif. J’en ai vu des vertes-kaki et des pas mûres; l’absence totale de liberté de presse, le contrôle de l’information, la désinformation, la surveillance continue des citoyens et des étrangers (même si j’étais loin de mener une vie à la Mata Hari, la « danseuse-espionne » qui n’était ni vraiment danseuse ni vraiment espionne), et évidemment, la propagande sous toutes ses formes, s’immisçant jusque dans les livres des enfants du primaire.

Et récemment, j’ai revu le film Good night, and Good Luck, le docudrame réalisé par George Clooney, écrit par lui-même et Grant Heslov, sorti en 2005. Je suis restée pantoise en écoutant les paroles du journaliste Edward R. Murrow (1908-1965): « We are currently wealthy, fat, comfortable, and complacent. We have a built-in allergy to unpleasant or disturbing information - our mass media reflect this. But unless we get up off our fat surpluses, and recognize that television, in the main, is being used to distract, delude, amuse, and insulate us, then television and those who finance it, those who look at it, and those who work at it, may see a totally different picture, too late. » (texte en français*)

Le discours de Murrow, « Wires & Lights in a Box », fut prononcé à la convention du Radio and Television News Directors Association (RTNDA) le 15 octobre 1958. Or ses mots ne sont-ils pas toujours d’actualité, 60 ans plus tard ?

Le vedettariat, ce fléau
Au Québec, force est de constater que le hockey et les sports en général ont remplacé la religion, et les vedettes, le noyau familial. À quelques exceptions près, la télévision publique nous sert inlassablement des vedettes arrosées à toutes les sauces; des vedettes qui dansent, des vedettes qui chantent, des vedettes qui font des recettes, leurs confidences, leurs souvenirs d’enfance, leurs premières fois, et j’en passe (voir Deux hommes en or, deux femmes invisibles).

« Plus de gens en mangent parce qu’elles sont plus fraîches et elles sont plus fraîches parce que plus de gens en mangent », affirmait la fameuse publicité à une certaine époque. Mais est-ce que tout le monde a vraiment envie de s’empiffrer sans cesse de maudites saucisses Hygrade ?

« T’as qu’à regarder autre chose ailleurs », vous me direz ? On voudrait bien, mais nous, les pauvres, toutes ces belles personnes survivant sous le seuil de la pauvreté grâce à l’aide alimentaire du coin oui, n’avons ni câble, ni tablette, ni abonnement à quoi que ce soit (Fuck Netflix d'ailleurs), comptant notamment sur l’information publique (voir Scientia potentia est).

Et voilà qu’on apprenait dans le sondage de la très intéressante émission Dans les médias du 22 mars dernier – hormis les commentaires de l’invité de la semaine Éric Duhaime, égal à lui-même (il aime les bullys apparemment) -, que les gens en ont réellement marre des maudites vedettes. « Bon enfin, simonaque ! »

Il serait grand temps que Radio-Canada, et autres médias d’information, fassent un petit effort et nous servent autre chose que du divertissement, de la variété et d’interminables concepts « vedettes ». On veut de l’analyse, de la réflexion, de la profondeur (ou bien RDI en diffusion continue sur Internet - le tiers des Canadiens regardent maintenant la télévision sur Internet), d’autant plus que les élections au Québec arrivent dans six mois. L'accès à l'information de qualité n'est-elle pas nécessaire à cet exercice démocratique ?

Et à tous ceux et celles qui croient que le peuple québécois n'en consommera pas, eh bien, à nouveau, les mots du journaliste américain Edward R. Murrow : « To those who say people wouldn't look, they wouldn't be interested, they're too complacent, indifferent and insulated, I can only reply - there is, in one reporter's opinion, considerable evidence against that contention. But even if they are right, what have they got to lose? Because if they are right, and this instrument is good for nothing but to entertain, amuse and insulate, then the tube is flickering now and we will soon see that the whole struggle is lost. This instrument can teach, it can illuminate - and yes, it can even inspire. But it can do so only to the extent that humans are determined to use it towards those ends. Otherwise, it is merely wires and lights in a box. Good night, and good luck.* »

Bonsoir, et bonne chance.

-----
* Pour une traduction approximative du texte en français (il y a quelques erreurs, à commencer par la date), consultez ce site.

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en