Passer au contenu principal

Honte et abus de pouvoir... nous aussi


Plusieurs ont pris conscience ces derniers mois, et c’est tant mieux, du sentiment de honte avec lequel doivent composer les victimes d’agression sexuelle et d’abus de pouvoir, femmes et hommes, et ce, pendant des années, voire des décennies, vivant plus souvent qu’autrement dans le silence et l’isolement, faute, entre autres, d’accompagnement adéquat. De là, une question légitime a été soulevée maintes fois : pourquoi ce lourd sentiment n’est-il pas porté par les agresseurs plutôt que par les victimes?

La honte étant par définition un « sentiment d’abaissement, d’humiliation » résultant « d’une atteinte à l’honneur, à la dignité », c’est donc la victime qui encaisse l’affront, en plus de la confusion, du moins jusqu’à une possible reprise de son pouvoir, après quoi, peut-être, les rôles s’inverseront enfin, comme on l’a vu récemment dans le procès de l’ex-médecin américain Larry Nassar, reconnu coupable d’agressions sexuelles sur des centaines de jeunes filles, devenues, ma foi, des femmes fort admirables, mais je m’éloigne.

Similairement, les personnes vivant sous le seuil de la pauvreté au Québec sont aux prises avec ce même sentiment de honte et d’impuissance, l’atteinte à la dignité humaine ayant touché les bas-fonds de la pyramide de Maslow. Au cours de la dernière décennie, le filet social a complètement été démantelé, réduit à un mince et fragile fil. Les services sociaux ont âprement été sabrés, l’humanité aussi.

Or dans ce cas-ci, c’est de violence économique dont il s’agit. Faudrait arrêter de parler d’austérité et regarder la réalité en face - encore faut-il la voir, pire, la subir.

Qu’il s’agisse de précarité d’emploi, de maladie, d'itinérance, d’incapacité bien involontaire au travail, ou toute autre situation exécrable comme un deuil ou un drame familial, provoquant chez les individus une crise existentielle - notons au passage que les crises économiques, elles, reçoivent systématiquement une aide financière, question de la stimuler -, nombreuses personnes peinent à joindre les deux bouts au Québec, à manger, eux aussi, trois fois par jour, survivant dans l’opprobre et l’exclusion sociale, sans compter les vils préjugés, les commentaires désobligeants, les soupirs méprisants, les claquements de langue cinglants, accompagnés d’un prestigieux roulement des yeux qui ferait l’envie des contorsionnistes les plus aguerris.

Pourtant, selon l’étude de Mouvement Desjardins parue en mars 2017, « le nombre de personnes à faible revenu était entre 693 000 et 1,1 million de personnes en 2014 au Québec ». Même à l’estimation très approximative de 800 000 personnes, cela représente un Québécois sur dix vivant présentement sous le seuil de la pauvreté, buvant chaque jour le calice de l’ignominie sans toutefois y voir la lie. Faudra-t-il se doter de « cotes d’écoute » de la pauvreté pour intéresser les médias à cette « vraie-réalité »? Car sa « popularité » bat déjà nombreuses creuses émissions, vous savez.

Manifestement, il est plus facile de tomber dans le gouffre de la pauvreté que d’en sortir. Parlez-en aux femmes. Elles y ont goûté à la brutale oppression néolibérale. Selon l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS), l’écart entre les hommes et les femmes s’élève à 7 milliards de dollars. Les libéraux peuvent donc aller se rhabiller avec leur ignoble promesse de « sortir 100 000 personnes de la pauvreté » d’ici 2023… Cachez, M. Couillard, cette vilaine carotte électorale que je ne saurais voir.

À quand, donc, une vague de dénonciations et de compassion pour les prolétaires au Québec, femmes et hommes, outre durant le temps des fêtes s’entend? Car il y en a marre de manger de la misère néolibérale. Qu’arrivent les élections qu’on fasse tomber, nous aussi, les agresseurs! … Encore faudrait-il réformer le mode de scrutin* puisque, comme c’est là, on va péniblement changer quatre trente sous pour une piastre. Misère. : :

*Pour une réforme du mode de scrutin: Chaque voix compte de Mouvement démocratie nouvelle.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…