Passer au contenu principal

Les femmes sont des êtres humains – 5 nov 1906


On l’a dit, féminisme a été le mot de l’année 2017 (voir Féminisme, le mot de l’année?). Mais revenons néanmoins sur cette « notion radicale que les femmes sont des êtres humains ».

5 novembre 1906 
Lundi 5 novembre 1906 fut un grand jour pour Marie Curie. Cette journée-là en effet, dès 13h30, Marie Curie (née Marya Sklodowska) devint la première femme professeure à la Sorbonne, étant bien entendu la seule compétente à pouvoir dispenser le cours de physique de son mari, Pierre, décédé accidentellement plus tôt cette même année.

Pour saisir l’ampleur de l'événement, il faut savoir que Marya Sklodowska avait dû quitter son pays natal en 1891 afin de poursuivre des études supérieures, interdites alors aux femmes en Pologne (Royaume du Congrès sous la tutelle russe). Pendant quelques années, Marya et de nombreuses femmes, dont sa sœur Bronya qui devint quant à elle médecin, fréquentèrent « l’Université volante », une organisation clandestine, créée et dirigée par une femme, qui dispensait des cours en polonais, utilisant différents lieux pour des raisons de sécurité.

Faut aussi dire que la famille Sklodowski était particulièrement patriotique durant l'insurrection polonaise, et déjà très égalitaire, comme de nombreuses familles polonaises à l’époque, et, à cet égard, plus progressistes que les Français, mais je m’éloigne.

Pour en revenir à cette journée historique de 1906 donc, le lendemain, mardi 6 novembre, quelques journaux mentionnèrent l’événement, notamment La Presse parisienne annonçant « Les débuts de Mme Curie » en première page.

Mais le commentaire le plus révélateur, quant au contexte dans lequel la génie Marie Curie réalisa cet exploit, est sans aucun doute celui paru dans Le Journal : « c'est […] une grande victoire féministe que nous célébrons en ce jour… Car, si la femme est admise à donner l'enseignement supérieur aux étudiants des deux sexes, où sera désormais la prétendue supériorité de l'homme mâle ? En vérité, je vous le dis : le temps est proche où les femmes deviendront des êtres humains. »

(… Je sais. La mienne aussi est tombée.)

Selon l’auteur et chimiste britannique Robert Reid, cet énoncé appartiendrait à « un admirateur » (1) présent dans l’auditorium bondé (plus de 300 personnes entassées dans un amphithéâtre contenant 200 places) où se tenait le tout premier cours de la fameuse Marie Curie - qui pour sa part n’a jamais recherché la gloire.

Manifestement les droits des femmes ont progressé au cours des 111 dernières années et des poussières (certaines radioactives). Mais peut-on réellement affirmer que toutes les femmes du monde sont aujourd’hui considérées comme des êtres humains à part entière ? Il y a toujours de quoi faire tomber les mâchoires. : :

Premier principe: ne se laisser abattre ni par les êtres ni par les événements. (2)
Marie Curie (1867-1934)
-----
(1) Dans Marie Curie - derrière la légende, Seuil, 1979, p. 157.
(2) Ibid., p.34.

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…