Passer au contenu principal

Les femmes sont des êtres humains – 5 nov 1906


On l’a dit, féminisme a été le mot de l’année 2017 (voir Féminisme, le mot de l’année?). Mais revenons néanmoins sur cette « notion radicale que les femmes sont des êtres humains ».

5 novembre 1906 
Lundi 5 novembre 1906 fut un grand jour pour Marie Curie. Cette journée-là en effet, dès 13h30, Marie Curie (née Marya Sklodowska) devint la première femme professeure à la Sorbonne, étant bien entendu la seule compétente à pouvoir dispenser le cours de physique de son mari, Pierre, décédé accidentellement plus tôt cette même année.

Pour saisir l’ampleur de l'événement, il faut savoir que Marya Sklodowska avait dû quitter son pays natal en 1891 afin de poursuivre des études supérieures, interdites alors aux femmes en Pologne (Royaume du Congrès sous la tutelle russe). Pendant quelques années, Marya et de nombreuses femmes, dont sa sœur Bronya qui devint quant à elle médecin, fréquentèrent « l’Université volante », une organisation clandestine, créée et dirigée par une femme, qui dispensait des cours en polonais, utilisant différents lieux pour des raisons de sécurité.

Faut aussi dire que la famille Sklodowski était particulièrement patriotique durant l'insurrection polonaise, et déjà très égalitaire, comme de nombreuses familles polonaises à l’époque, et, à cet égard, plus progressistes que les Français, mais je m’éloigne.

Pour en revenir à cette journée historique de 1906 donc, le lendemain, mardi 6 novembre, quelques journaux mentionnèrent l’événement, notamment La Presse parisienne annonçant « Les débuts de Mme Curie » en première page.

Mais le commentaire le plus révélateur, quant au contexte dans lequel la génie Marie Curie réalisa cet exploit, est sans aucun doute celui paru dans Le Journal : « c'est […] une grande victoire féministe que nous célébrons en ce jour… Car, si la femme est admise à donner l'enseignement supérieur aux étudiants des deux sexes, où sera désormais la prétendue supériorité de l'homme mâle ? En vérité, je vous le dis : le temps est proche où les femmes deviendront des êtres humains. »

(… Je sais. La mienne aussi est tombée.)

Selon l’auteur et chimiste britannique Robert Reid, cet énoncé appartiendrait à « un admirateur » (1) présent dans l’auditorium bondé (plus de 300 personnes entassées dans un amphithéâtre contenant 200 places) où se tenait le tout premier cours de la fameuse Marie Curie - qui pour sa part n’a jamais recherché la gloire.

Manifestement les droits des femmes ont progressé au cours des 111 dernières années et des poussières (certaines radioactives). Mais peut-on réellement affirmer que toutes les femmes du monde sont aujourd’hui considérées comme des êtres humains à part entière ? Il y a toujours de quoi faire tomber les mâchoires. : :

Premier principe: ne se laisser abattre ni par les êtres ni par les événements. (2)
Marie Curie (1867-1934)
-----
(1) Dans Marie Curie - derrière la légende, Seuil, 1979, p. 157.
(2) Ibid., p.34.

Messages les plus consultés de ce blogue

Ces grands qui se trompent

En mars dernier, certaines d’entre nous ont vertement critiqué les Grands Ballets canadiens de Montréal pour leur programmation sexiste prévue pour la saison 2018-2019, ainsi que leur interminable instrumentalisation des femmes (voir « Ode à la femme », mon œil). Nathalie Petrowski semblait alors d’accord puisqu’elle publiait un percutant billet à cet effet, et ce, pour mon plus grand bonheur, Chercher la femme (et ne pas la trouver).

Une fois rendue en juin, par contre, la grande dame de la critique culturelle québécoise écorchait (et pas à peu près) Marilou Craft, qui, elle, dénonçait de son côté le concept même du spectacle SLĀV de Robert Lepage, lui reprochant de « …critiquer les spectacles avant même qu’ils n’existent. Me semble que la première chose que l’ex-étudiante aurait dû faire avant de poser ses objections, c’était d’attendre que le spectacle soit monté, non ? »

Hiiing… Non.

Nous n’avons pas eu besoin d’attendre de voir le spectacle Femmes, prévu pour 2019, pour protester…

Faire bouger le monde. N'importe comment.

Casse-Noisette s'en vient et les nombreuses publicités qui ont envahi la ville de Montréal depuis quelques semaines provoquent chez moi de l'urticaire, en plus d'une forte bouffée de chaleur frôlant la syncope. Non, ce n'est pas la ménopause (je vous emmerde), mais toutes les insidieuses opérations de marketing qui rognent notre culture, notre langue et notre pouvoir décisionnel me font clairement voir rouge.

Je ne parle pas du spectacle lui-même - ni de « l'accommodement» du pauvre gérant de la boutique Adidas ou même de la scandaleuse entente de Mélanie Joly avec Netflix -, mais bien du Boys Club des Grands Ballets canadiens de Montréal. Oui, oui, la compagnie de ballet classique à l'image féerique.

Une autre belle illustration de la suprématie machiste, exemple parfait qui pourrait servir au cours universitaire « Marketing patriarcal et instrumentalisation des femmes», s'il en était un.

En gros, le concept est simple, quelques hommes se pointent dans un…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …