Passer au contenu principal

« Avancez par en arrière svp »

La liste s’allonge inlassablement. Les grosses têtes continuent de tomber. Dans le sillage de l’ouragan Harvey Weinstein, on a vu des gros noms s’effondrer, tombés un à un comme des mouches: Eric Salvail, Gilbert Rozon, Kevin Spacey, Terry Richardson, Al Franken, Louis C.K., Charlie Rose, Matt Lauer, Dustin Hoffman, James Levine, pour ne nommer que ceux-là, et, plus récemment, à la fin de l’année 2017, le piètre chef d’orchestre Charles Dutoît.

Et ça continue. (Bonne année 2018).

Deux cadres « supérieurs » de la compagnie Vice ont été suspendus, un directeur de théâtre de Toronto fait face à des allégations d’agression sexuelle et de harcèlement, et le directeur du New York City Ballet, Peter Martins, a annoncé « sa retraite » suite à des allégations d’inconduite sexuelle, après des décennies d’impunité et un conseil d’administration qui préférait détourner le regard.

Et ma boule de cristal 2018 me dit que le grand ménage est loin d’être terminé. Comme disait le chauffeur d'autobus l'autre jour durant l'heure de pointe :
« Avancez par en arrière siouplaît ! » Car oui, il y en aura d’autres, peut-être même plusieurs; ils viendront à point nommé.

Forcément, ce n’est là que la pointe de l’iceberg puisqu'il s'agit ici, cela va sans dire, des hommes connus, des directeurs et des dirigeants de toutes sortes, reconnus, voire célébrés au sein de leur industrie respective. Maintenant, il faut imaginer le nombre d’autobus qu’on remplirait avec tous les abuseurs, agresseurs et intimidateurs dont on n'entend pas parler, qui ne font pas les manchettes. Ou encore, tous ceux qui ont fait signer à leurs victimes des ententes à l’amiante... euh, j’veux dire à l’amiable, des documents légaux de non-divulgation d’actes illégaux… « Quoi?! » C’est ce que je disais, des documents toxiques. Cette pratique elle-même devrait être illégale. Bref, il y aurait certainement de quoi remplir plusieurs autobus Voyageur - direction prison siouplaît.

Plus important encore, combien d'autobus remplirait-on si l’on accompagnait toutes les femmes agressées, harcelées et victimes d'abus, qu’elles aient dénoncé ou non leurs agresseurs?

Avancez par en arrière, mesdames, on ne rentre pas tout de suite à la maison. Destination? Le pouvoir.

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…