Passer au contenu principal

« NOW is female »


Il y a quelques années est apparu le slogan féministe  « The future is female » que plusieurs vedettes arboraient fièrement. Or il est faux. It's happening NOW... mother f**kers! 

Le futur, c'est maintenant
Ce n'est pas dans quelques années ou décennies que les femmes prendront leur place et seront enfin entendues, c'est maintenant que ça se passe. Partout, des femmes prennent la parole (des hommes aussi), dénoncent leurs agresseurs, et ma foi, ils sont nombreux. Les prédateurs sont parmi nous, des personnalités narcissiques pour la plupart, en position de pouvoir, creuset propice à l'abus et ses multiples dérapages.

Qui a dit que le féminisme était terminé, fini, caputpu besoin?

On le constate maintenant plus que jamais, la misogynie existe encore, perdure dans tous les milieux, insidieuse, perverse, violente. Elle remonte à la surface, comme jamais auparavant, mise en lumière par la force du nombre des témoignages. (Les femmes qui dénoncent seules sont plus souvent qu'autrement trainées dans la boue, abusées à nouveau par le système en place, désuet et machiste.)

Ensuite, n'a qu'à entendre le déni de plusieurs de ces agresseurs pour saisir la profondeur de leur mépris envers les femmes. Weinstein, dont le nombre de victimes atteint maintenant la soixantaine, nie toujours la violence de ses actes et persiste à dire que toutes ces relations étaient consenties. À quoi bon parler de thérapie et de "cure" dans son cas, un non-sens, la première étape d'une modification d'attitude et de comportement étant justement la reconnaissance du problème lui-même. Jail time please.

L'ex-entraîneur de ski féminin Bertrand Charest, reconnu coupable de crimes sexuels sur neuf athlètes, se pose quant à lui en victime (12 ans! 12 ans! 12 ans de prison! - la peine sera rendue ultérieurement). Et les États-Unis d'Amérique, avec leur président orange misogyne, nous rappellent chaque jour qui passe sous son "règne" narcissique chaotique que les crimes sexuels commis envers les femmes ne pèsent pas lourd dans la balance ou même aux urnes.

Il y a également toutes ces formes de misogynie politically-couvertes. Elles sont diverses et tellement ancrées dans les moeurs machistes de la société qu'elles sont difficilement détectables, sauf lorsque le scandale éclate. C'est le cas notamment du Républicain Tim Murphy en Pennsylvanie, grand opposant à l'avortement bien évidemment... du moins jusqu'à ce que sa maîtresse tombe enceinte. L'incitant alors à mettre un terme à sa grossesse - grand principe, quand tu nous tiens -, il démissionne ensuite, éclaboussé par l'affaire.

Bref, il reste encore beaucoup de chemin à faire pour atteindre l'égalité homme-femme. Mais le présent se conjugue au féminin. Et non, tout n'est pas rose.
***

Grande manifestation contre la haine et le racisme; dimanche 12 novembre 2017, 14h à Montréal

Au Boys Club des Grands Ballets canadiens de MontréalNON à l'américanisation de ma profession!

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…