Passer au contenu principal

Moi, Sylvie M., 47 ans, pauvre, indignée...

Au Québec, on parle sans cesse de l'essoufflement de la classe moyenne. Mais qui martèle l'étranglement des personnes vivant sous le seuil de la pauvreté et défend leurs droits, à part la députée/battante Manon Massé, qui en a fait, tout comme l'ex-députée Françoise David d'ailleurs, son cheval de bataille? (Visionnez l'intervention de madame Massé sur le projet de loi 70 à l'Assemblée nationale, quelques mois avant sa cruelle adoption.)

J'en suis
Alors que les politicien.ne.s tentent inlassablement de rassurer la classe moyenne, tout en voyant de très près aux intérêts (composés) des riches, des richissimes entreprises et multinationales, les personnes pauvres, elles, et plus particulièrement les femmes, sont laissées pour compte.

Au Québec pourtant, si vous travaillez à temps plein au salaire minimum, à temps partiel dans des conditions précaires, voire lamentables, ou êtes bénéficiaire de l'aide sociale, vous ne vivez pas, vous survivez. J'en suis.

Plusieurs préfèrent taire le sujet - la honte d'être pauvre est une réalité grandissante, voire alarmante au Québec, allez faire un tour au centre d'aide alimentaire -, mais moi, Sylvie M., 47 ans, pauvre, indignée, diplômée et complètement écoeurée - je suis loin d'être la seule -, j'ai décidé d'en parler. Who cares anyway?

Quelle croissance économique?
Malgré cette soi-disant relance économique, au cours des quinze dernières années, on ne compte plus le nombre de postes permanents abolis sous nos yeux, dès le dernier occupant levé de sa chaise ergonomique. Comme par magie (lire sévères et interminables compressions budgétaires néolibérales), les postes réguliers à temps plein ont complètement disparu du marché de l'emploi, plus particulièrement dans les secteurs occupés majoritairement par des femmes, pour en créer de "nouveaux", à temps partiel, occasionnel, sur appel, contractuel, temporaire, etc., sans avantages sociaux, cela va sans dire.

On jongle, nous les pauvres, avec des miettes et leurs miasmes, à titre de travailleuses autonomes, pigistes, artistes, entrepreneures à temps sur-plein et employées précaires, peinant lamentablement à joindre les deux bouts.

Depuis la crise économique de 2008 (provoquée par les malhonnêtes et très fortunés banquiers de ce monde, secourus directement, eux, à coup de milliards de dollars), suivie de la récession, des coupures, des compressions, du déficit zéro, des mesures austères, de l'équilibre budgétaire à tout prix et du démantèlement sauvage et honteux des services sociaux, vous croyez sincèrement que tout le monde s'en est sorti intact?

Les banquiers, les riches et la classe moyenne peut-être. Mais les pauvres, nous, on manque d'air.

---------
Pour une réforme du mode de scrutin éléctoral Chaque voix compte

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…