Passer au contenu principal

Le prix de l'autonomie


Personne n'est à l'abri de la maladie, d'une perte d'emploi, d'un divorce ou d'une séparation. Mais pour beaucoup de femmes, un tel chambardement entraîne bien souvent une précarité inimaginable jusque-là. La pauvreté habite la porte juste à côté.

Une histoire d'amour et de précarité
Un couple, hétérosexuel en l'occurrence, tombe en amour. Appelons-les Judith et Mario. Judith et Mario, donc, après quelques mois de passionnantes et enlevantes fréquentations, emménagent ensemble dans un joli condo flambant neuf sur deux étages, avec vue spectaculaire sur le Stade olympique. Wow, la totale.

Par la même occasion, ils achètent des meubles neufs, une nouvelle voiture, et font ensemble de superbes voyages. Bref, tout se passe merveilleusement bien, la vita e bella, un vrai conte de fées.

Deux années sonnant la relation, Judith découvre que Mario fréquente quelqu'un d'autre en cachette depuis des semaines (je vous épargne les détails), bref, l'histoire se corse (vous voyez le genre) et Judith, par respect pour elle-même, prend ses cliques pis ses claques et loue sur-le-champ un appartement, tandis que Mario, lui, chevauche entre l'appart de sa nouvelle amie et le condo neuf.

Somme toute banale cette histoire, non? Eh bien, pas d'un point de vue féministe, et ultimement, économique.

Le hic dans l'affaire est que Mario gagne 3.6 fois plus que Judith. Il ne ressent aucune urgence, lui, de vendre l'élégant condo - si ce n'est de régler le dossier avec l'ex au plus vite -, et désire la meilleure offre disponible sur le marché.

Mais Judith, elle, avec son plus modeste 32 000$ par année (avant impôts), doit péniblement continuer les versements hypothécaires dudit condo jusqu'à sa vente, en plus de payer le loyer de son petit 3 1/2 et quelques meubles pour le garnir humblement.

La qualité de vie - d'un point de vue strictement économique s'entend -, a drastiquement chuté pour Judith, qui doit maintenant dénicher d'autres sources de revenus au plus vite, entre autres, comme plongeuse dans un resto.

La vie est soudainement moins belle. Les paiements résidentiels, le coût de la vie en solo, le panier d'épicerie qui augmente sans cesse, sans parler de sa peine, du fardeau émotionnel et socio-affectif qui l'accable, bref, tout ça pèse lourd sur les épaules de Judith qui, de peine et de de misère, tente de maintenir la tête haute et surtout hors de l'eau.

Mario, lui, pendant ce temps, habite toujours le merveilleux condo en attendant le parfait preneur. Pas de stress. La nouvelle petite amie a finalement disparu du décor, et la joie de contempler la tour la plus inclinée au monde sans doute un peu aussi.

N'en demeure. Deux poids, deux réalités socio-économiques aux antipodes l'une de l'autre.

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…