Passer au contenu principal

Le colon irrité, le côlon irritable et la coloscopie à 75$


Près d'un million de Québécois.e.s souffriraient du syndrome du côlon irritable, affectant plus de femmes que d'hommes. Les colons et les côlons ont de quoi s'irriter. Gratuits les services de santé? Pas vraiment.

Frais cachés et service expéditif
La tension monte chez les indigents, et cet austère stress n'est pas sans affecter le premier grand centre intelligent du corps humain, l'intestin, et par le fait même sa fonction primaire, la digestion. (À ce propos, consultez Les deux cerveaux du corps humain.)

Si vous avez besoin de passer un examen du côlon, en plus d'attendre des mois, il vous faudra de l'argent. Pour illustrer, à l'hôpital de Verdun, les règles sont les suivantes. D'abord, vous devez vous procurer les produits nécessaires avant l'examen, disponibles en vente libre à la pharmacie du coin, non-couverts par l'assurance-maladie ou l'aide sociale. Coût estimé? 35$

Deuxième exigence, vous devez quitter l'hôpital tout de suite après l'examen. Puisqu'il s'agit, dans cet hôpital, d'une procédure sous anesthésie, vous devez obligatoirement être accompagné. Si aucun de vos proches ne possède de voiture - les pauvres fréquentent habituellement d'autres pauvres -, l'hôpital de Verdun exige alors que vous preniez un taxi, « sinon on annule le rendez-vous », c'est la règle.

Est-ce possible de rester à l'hôpital jusqu'au rétablissement de ses facultés pour ensuite repartir en transport en commun? La réponse est un NON ferme. « On n'a pas de place pour vous ici. » Vous devez quitter les lieux tout de suite après l'intervention. Hum... Est-ce un hôpital ou un centre d'expédition?

Si vous vivez sous le seuil de la pauvreté, vous n'avez évidemment par les moyens de payer un taxi, estimé, dans ce cas-ci, entre 40$ et 50$ .

- Vous refusez le traitement madame?
- Euh... non, je ne refuse pas le traitement. Je suis dans l'incapacité de remplir ces deux conditions, madame, vous comprenez? Je n'ai l'argent ni pour les produits ni pour le taxi. Je paye le loyer ou je passe un examen médical, dites-moi?
- On peut vous donner les produits. Vous devez venir les chercher.
- Mais ça ne règle pas le problème de transport...
- J'inscris donc à votre dossier que vous refusez le traitement, madame. Arrangez-vous avec votre médecin.

Et vlan! Vous retombez au bas de la liste d'attente. Merci bonsoir.

On pourrait également souligner au passage le manque de compassion dans la voix de la dame, mais à quoi bon, elle-même travaille dans des conditions merdiques, voire foireuses.

Les colons et colones ont tout intérêt à se mobiliser en vue des prochaines élections. L'irritation monte, l'indignation aussi.

Messages les plus consultés de ce blogue

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique.

Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin.

Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment.

Car voyez-vous, Izzy, 19 ans – « wh…

Un 22 septembre sur terre

Montréal, samedi 22 septembre 2018 - L’été partait d’un bord, l’automne arrivait de l’autre, la campagne électorale prenait une pause en raison d’une tornade à Gatineau, et Mercure était apparemment en synchro avec Mars... je n’ai aucune idée ce que cela signifie, mais il semble que ce soit important en astrologie.

Et encore ce samedi, des gens ont marché. Beaucoup même, avec leurs enfants, leurs bébés et leurs chiens. Le Devoir l’avait même mentionné comme un des événements « à surveiller » ce weekend : La planète s’invite dans la campagne*. Et pourtant, personne n’en a pas parlé. Les médias ont ignoré ce rassemblement, sans doute parce qu’il n’y avait pas de maudites vedettes mais que des citoyen-nes ordinaires, des vrais pourtant, en chair et en os, qui se sont déplacés pour canaliser, voire sublimer leur anxiété (oui, certains m’en ont parlé), mais d'abord exiger des partis politiques que non seulement ils parlent d’environnement mais qu’ils agissent au plus sacrant.

Alors qu…

En rafale...

Une femme qui pose des questions est une « faiseuse de troubles ». Un homme qui pose des questions, lui, est compétent. Et comme je (me) pose beaucoup de questions…

Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi 679 000 personnes ont regardé le premier épisode de XOXO, mais on n’a pas encore 10 000 signatures pour la réforme du mode de scrutin ?

Le tiers des électeurs-rices au Québec qui ne sont pas allés voter… Est-ce les mêmes qui regardent de la télé poubelle ?

Pourquoi, moi, je n’ai pas le droit de donner du sang simplement parce que je me trouvais en Angleterre lors d’un épisode de vache folle, mais la fille dans le métro qui mâche sa gomme de cette façon a le droit d’en donner, elle ?

Quelques jours après avoir décliné son invitation à « sortir avec », le voisin d’à côté m'a traitée d’« ostie d’grosse vache » … Ça donne vraiment le goût d’aller prendre un verre en tête à tête, pas vrai ? (Les narcissiques sont parmi nous)

Le chauffeur d’autobus parle de l’été des Indiens avec une d…