Passer au contenu principal

Le colon irrité, le côlon irritable et la coloscopie à 75$

Près d'un million de Québécois.e.s souffriraient du syndrome du côlon irritable, affectant plus de femmes que d'hommes. Les colons et les côlons ont de quoi s'irriter. Gratuits les services de santé? Pas vraiment.

Frais cachés et service expéditif
La tension monte chez les indigents, et cet austère stress n'est pas sans affecter le premier grand centre intelligent du corps humain, l'intestin, et par le fait même sa fonction primaire, la digestion. (À ce propos, consultez Les deux cerveaux du corps humain.)

Si vous avez besoin de passer un examen du côlon, en plus d'attendre des mois, il vous faudra de l'argent. Pour illustrer, à l'hôpital de Verdun, les règles sont les suivantes. D'abord, vous devez vous procurer les produits nécessaires avant l'examen, disponibles en vente libre à la pharmacie du coin, non-couverts par l'assurance-maladie ou l'aide sociale. Coût estimé? 35$

Deuxième exigence, vous devez quitter l'hôpital tout de suite après l'examen. Puisqu'il s'agit, dans cet hôpital, d'une procédure sous anesthésie, vous devez obligatoirement être accompagné. Si aucun de vos proches ne possède de voiture - les pauvres fréquentent habituellement d'autres pauvres -, l'hôpital de Verdun exige alors que vous preniez un taxi, « sinon on annule le rendez-vous », c'est la règle.

Est-ce possible de rester à l'hôpital jusqu'au rétablissement de ses facultés pour ensuite repartir en transport en commun? La réponse est un NON ferme. « On n'a pas de place pour vous ici. » Vous devez quitter les lieux tout de suite après l'intervention. Hum... Est-ce un hôpital ou un centre d'expédition?

Si vous vivez sous le seuil de la pauvreté, vous n'avez évidemment par les moyens de payer un taxi, estimé, dans ce cas-ci, entre 40$ et 50$ .

- Vous refusez le traitement madame?
- Euh... non, je ne refuse pas le traitement. Je suis dans l'incapacité de remplir ces deux conditions, madame, vous comprenez? Je n'ai l'argent ni pour les produits ni pour le taxi. Je paye le loyer ou je passe un examen médical, dites-moi?
- On peut vous donner les produits. Vous devez venir les chercher.
- Mais ça ne règle pas le problème de transport...
- J'inscris donc à votre dossier que vous refusez le traitement, madame. Arrangez-vous avec votre médecin.

Et vlan! Vous retombez au bas de la liste d'attente. Merci bonsoir.

On pourrait également souligner au passage le manque de compassion dans la voix de la dame, mais à quoi bon, elle-même travaille dans des conditions merdiques, voire foireuses.

Les colons et colones ont tout intérêt à se mobiliser en vue des prochaines élections. L'irritation monte, l'indignation aussi.

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…