Passer au contenu principal

La colère des femmes et la souveraineté du Québec


« La colère est un moteur pour l'action », écrit Françoise David dans De colère et d'espoir (Écosociété, 2011). La colère est un puissant moteur en effet. Le seul problème avec l'émotion rouge - aucun mauvais jeu de mot partisan ici -, elle demeure encore réservée aux hommes.

Colère, tristesse et dépression
Au cours des 15 dernières années, oeuvrant en santé mentale et en thérapies par les arts, je me suis grandement intéressée à la colère des femmes. D'une part, parce qu'elle apparaissait chez plusieurs d'entre elles souffrant en silence, d'autre part, parce qu'elle se pointait bien souvent là où on l'attend le moins, entre autres, chez les femmes en dépression.

Beaucoup a déjà été dit sur le sujet*, mais j'insiste néanmoins sur ce point : la colère contenue, réprimée, et ultimement retournée contre soi, est à la source de nombreuses dépressions chez les femmes.

L'expression de la colère - tout comme l'agressivité et la sexualité d'ailleurs - demeure encore aujourd'hui, dans notre société dite progressiste et égalitaire, définie à tort masculin. Conséquemment, les femmes qui expriment de la colère sont sur-le-champ « dénaturalisées », bien souvent sur la place publique par l'ensemble de la société, dépeintes comme étant « dérangées » (car dérangeantes), des « hystériques », bref, des « folles à lier » (à ce propos, consultez La danse, la folie et les femmes).

Et pourtant, la colère des femmes sera au coeur même de la prochaine révolution « plus ou moins tranquille » à laquelle Françoise David nous convie tous, puisque, comme le clamaient haut et fort les féministes durant la Révolution tranquille justement : « Pas de Québec libre sans femmes libérées».

Des femmes libérées, émancipées, indignées, en colère donc - qu'elle soit rouge, noire, bleue, orange, rose, arc-en-ciel -, émotion primaire universelle à la source du sentiment d'indignation.

Ainsi, les Québécois.es qui désirent toujours ce pays, ce Québec libre, ont donc tout intérêt à écouter la colère des femmes, car il n'y aura pas de souveraineté sans elles. « Toujours l'émancipation de la femme été liée à l'émancipation sociale » (1), affirmait de Beauvoir.

Révolution ou dépression? Pour ma part, je vote pour la première option, nationale - à nouveau, aucune partisanerie ici.

_______
* Consultez Voir rouge, issu de l'article "Seeing Red, Feeling Blue", étude portant sur l'intime relation entre la tristesse et la colère chez les femmes.

(1) Société Radio-Canada. (2004). Simone de Beauvoir - sa vie. (Documentaire). Montréal: Radio-Canada.

Messages les plus consultés de ce blogue

Il s’appelle Izzy…

Il est jeune. Il est beau. Et il bouge comme un dieu grec, un danseur naturel, en duo, que dis-je, en symbiose avec sa guitare électrique.

Voilà seulement trois semaines qu’il est débarqué à Montréal, et pourtant, voilà maintenant trois fois que les vrombissements de son instrument m’appellent au loin (comme le cri du mâle avisant les femelles dans les parages), retentissant tantôt devant la Place des arts, tantôt au métro Mont-Royal, et aujourd’hui encore, à la Place Émilie-Gamelin.

Chaque fois, complètement hypnotisée par ce musicien en mouvement, je reste là à l’écouter, à l’observer de très près, pantoise, voire en pâmoison, la bouche ouverte, vibrant de joie, tapant du pied et cognant de la tête - et non, généralement parlant, « la madame » constamment à boutte de toute ne se pâme pas si facilement que cela. Mais là, elle a même sorti son Kodak, un événement en soi, pour finalement, après trois sons de cloche de la vie, immortaliser ce moment.

Car voyez-vous, Izzy, 19 ans – « wh…

Un 22 septembre sur terre

Montréal, samedi 22 septembre 2018 - L’été partait d’un bord, l’automne arrivait de l’autre, la campagne électorale prenait une pause en raison d’une tornade à Gatineau, et Mercure était apparemment en synchro avec Mars... je n’ai aucune idée ce que cela signifie, mais il semble que ce soit important en astrologie.

Et encore ce samedi, des gens ont marché. Beaucoup même, avec leurs enfants, leurs bébés et leurs chiens. Le Devoir l’avait même mentionné comme un des événements « à surveiller » ce weekend : La planète s’invite dans la campagne*. Et pourtant, personne n’en a pas parlé. Les médias ont ignoré ce rassemblement, sans doute parce qu’il n’y avait pas de maudites vedettes mais que des citoyen-nes ordinaires, des vrais pourtant, en chair et en os, qui se sont déplacés pour canaliser, voire sublimer leur anxiété (oui, certains m’en ont parlé), mais d'abord exiger des partis politiques que non seulement ils parlent d’environnement mais qu’ils agissent au plus sacrant.

Alors qu…

En rafale...

Une femme qui pose des questions est une « faiseuse de troubles ». Un homme qui pose des questions, lui, est compétent. Et comme je (me) pose beaucoup de questions…

Quelqu’un peut-il m’expliquer pourquoi 679 000 personnes ont regardé le premier épisode de XOXO, mais on n’a pas encore 10 000 signatures pour la réforme du mode de scrutin ?

Le tiers des électeurs-rices au Québec qui ne sont pas allés voter… Est-ce les mêmes qui regardent de la télé poubelle ?

Pourquoi, moi, je n’ai pas le droit de donner du sang simplement parce que je me trouvais en Angleterre lors d’un épisode de vache folle, mais la fille dans le métro qui mâche sa gomme de cette façon a le droit d’en donner, elle ?

Quelques jours après avoir décliné son invitation à « sortir avec », le voisin d’à côté m'a traitée d’« ostie d’grosse vache » … Ça donne vraiment le goût d’aller prendre un verre en tête à tête, pas vrai ? (Les narcissiques sont parmi nous)

Le chauffeur d’autobus parle de l’été des Indiens avec une d…