Passer au contenu principal

« Hi(s)tory » et la mienne


Mon frère jumeau et moi étions comme chien pis chat. Au point tel qu'il avait été décrété, et ce, dès la maternelle, qu'il valait mieux être séparés, pour notre bien et celui de tous. Nous avons donc été éduqués chacun de notre côté, et très différemment qui plus est.

L'endoctrinement machiste et patriarcal
Une fois au niveau secondaire effectivement, le contenu de certains de nos cours avait drastiquement changé, notamment, en économie. Lui avait la
« mondiale », moi, la « familiale ». Cours de cuisine, de couture, de tricot, id est (cours de latin aussi, c’est vrai) « comment prendre soin d’une famille sans se ruiner », pour les nulles, bien avant son temps. J’avais à peine 12 ou 13 ans quand tout ce baratin a commencé, et je ne voulais pas d’enfant - un dossier réglé à l’âge de cinq ans -, j’avais donc la motivation dans les talons, en plus d’avoir déjà été initiée à ces disciplines « féminines » à la maison.

Servant essentiellement à la domestication de la femme (et ça se passait dans les années 80 tout ça, pas sous Duplessis quand même), ces cours précédaient de quelques années ceux en « choix de carrière ». Après nous avoir enseigné comment tenir maison, nourrir une maisonnée au grand complet et rapiécer les pantalons (on imagine à qui dans l'histoire - le pouvoir du non-dit), on apprenait ensuite qu’on pouvait aussi faire carrière, joindre les forces de l’ordre, armées, ou simplement professionnelles.

« Vous pouvez tout faire, les filles, dans la vie! Contrairement aux générations précédentes, bande de chanceuses, vous pouvez à la fois avoir une famille, une carrière et vous émanciper sexuellement comme Madonna. » Ataboy.

Or « tout faire », dans mon esprit de « pussy riot en développement », voulait dire « se taper la job tout' seule ». « Quoi! Mais ça ne va pas la tête! C'pas juste! Euh, s’cusez-moi madame la professeure… mais nulle part est-il inscrit, dans la liste des professions du très fiable test "profil-choix-de-carrière-conventionnel-investigateur-artistique-etc.", le titre de superwoman? »
 
Car mon frère jumeau, lui, pendant ce temps-là, au Séminaire juste à côté de mon collège de fifilles - et ce, au grand bonheur de plusieurs -, apprenait la chimie, les maths et l’économie. La grosse, la mondiale, pas la familiale. On leur enseignait à exceller dans les sports, à utiliser des outils, à opérer des engins, des machins, des mini-ordinateurs, et même à gérer une micro-entreprise, pas le budget familial. Autrement dit, au Séminaire à trois coins de rue, on préparait déjà les boys pour leur avenir, c’est-à-dire à faire de l’argent dans leur très lucratif marché de l'emploi.

Pas de cours de popote, de macramé ou de tricot pour le jumeau. Les garçons, eux, n’avaient pas besoin d’être aguerris, encore moins assujettis, aux tâches domestiques. Fifille, elle, s’en occuperait du linge, du ménage, « pis toutes ces affaires de filles, là, là », c’est sûr et certain*.

Deux jumeaux non identiques, dits dizygotes, deux mesures antagonistes, dites dichotomiques, et j’ajouterais carrément sexistes.

Deux poids, deux mesures? Et comment. Je vis ça, moi, live, in vivo, sous mes yeux, depuis ma naissance. Non seulement il a toujours été plus grand que moi (l’enfoiré), mais il a toujours eu plus de poids et d'argent.

On ne naît pas femme, on le devient. Mets-en, Simone.
_______
* Encore aujourd'hui, les femmes passent plus de temps aux tâches domestiques non-rémunérées. Consultez l'étude de l'IRIS Tâches domestiques: encore loin d'un partage équitable.

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…