Passer au contenu principal

Aldé pis moé

"Toé, ma p'tite fille, tu vas aller loin dans' vie." Si Aldé, alors président du Club Optimiste de Trois-Rivières, m’avait expliqué à l'époque, dans les années 80, que ça voudrait dire survivre au Québec sous le seuil de la pauvreté, me serais-je autant démenée depuis cette insouciante et exubérante jeunesse?

La honte d'être pauvre au Québec
Mon sinueux et lamentable parcours socio-économique n’a absolument rien de singulier. Nous sommes des dizaines, voire des centaines de milliers de Québécoises* à s’être appauvries au cours de la dernière décennie, survivant péniblement grâce à un mince fil social – ne cherchez plus le filet, il a complètement été démantelé - et, pour ma part, Moisson Montréal et les différents organismes qu'il dessert. (Parlant de dessert, c'est habituellement du yogourt passé date. On n'en meurt pas, ça l'air.)

Le sentiment qu'éprouvent les pauvres - et contre lequel je me bats constamment? La honte. Et que provoque la honte chez l’être humain? Eh bien, elle le réduit au silence. Demandez aux enfants abusés, aux femmes violentées, bref, à tous ceux et celles qui ont connu l’abus de pouvoir, l'injustice, la violence, et autre idiotie relevant incontestablement de la bêtise humaine.

Parlez-en aussi à toutes ces femmes que je croise ici et là sur le terrain de la pauvreté et de la précarité croissante - vous savez? celle post-récession-post-crise-économique-2008 (supposément terminée) -, des femmes de toutes les générations, souvent scolarisées, immanquablement surqualifées, sous-payées et tout simplement essouflées, découragées, écoeurées et à bout de nerf.

Comme cette autre Sylvie, rencontrée récemment, 38 ans elle, serveuse dans un resto malgré son bac et sa maîtrise en philo, qui se confie dans un moment de pur découragement, levant d'entrée de jeu le voile de la honte : « Il me reste 500$ dans mon compte de banque, crisse! Je suis à boutte de ma job... La précarité, l'austérité - pfft! - chu pu capab'. »

J'ai failli lui offrir un de mes yogourts périmés en guise de remerciement. En lieu et place, on a jasé, ri un brin (jaune par moment), pour ensuite reprendre chacune le chemin de notre p'tite misère made in Quebec, sous ce régime néolibéral sans merci.

Un choix, vraiment?
Pourtant, contrairement aux actes immoraux et criminels commis par tous les abuseurs et de nombreux politiciens corrompus, n’éprouvant pour leur part une seule once de honte ou même de remords - encore faut-il en être capable -, la pauvreté, elle, n’est pas un choix. La dignité humaine ne devrait pas l’être non plus.

Mais ça, ce sont des mots qui touchent les gens durant le temps des Fêtes seulement. Maintenant, il faudrait également demander ce qu’en pense cette femme septuagénaire de mon quartier qui vole à l’épicerie de quoi manger… Nerveusement, j'ai détourné le regard, me demandant en mon for intérieur, appauvri lui aussi par ces interminables et opressantes mesures austères qui s'acharnent sur les plus démunis, les indigents : « Est-ce ce qui m'attend dans 30 ans? »

Pendant ce temps, des milliards de dollars continuent d'être détournés chaque année vers les paradis fiscaux. Tout le monde le sait, mais rien n'est fait, par manque d'audace et de vrai leadership. (Pour observer de près la mollesse du gouvernement québécois dans ce dossier, visionnez la présentation de l'admirable compatriote, monsieur Alain Deneault, à la Commission des finances publiques. Non, ce n'est pas comme regarder des minous et des pitous qui s'amusent sur YouTube, j'en conviens, mais après, on peut regarder ce "chien qui danse" pour se récompenser. Après, j'ai dit!)

Grâce à la magie « des internets », j’ai retrouvé Aldé. Il vit toujours à Trois-Rivières. L'ironie du sort a voulu que ses récentes actions bénévoles servaient à financer Moisson Mauricie / Centre-du-Québec. Bref, on est nombreux au Québec à avoir faim.

Trente ans plus tard, je suis peut-être arrivée nulle part, mais Aldé pis moé, on continue péniblement de se démener. Juste un peu moins optimiste que dans les années 80, mettons.

_______
*Lanctôt, A. (2015). Les libéraux n’aiment pas les femmes. Montréal: Lux.

NON à la loi 70 / Tous unis pour mettre fin aux paradis fiscaux / Chaque voix compte 

Messages les plus consultés de ce blogue

TLMEP - l'homme blanc, cette étoile

L’émission Tout le monde en parle diffusée dimanche dernier était d’une platitude hors de l’ordinaire. Oui je l’admets, j’étais biaisée en partant, déçue de ne pas avoir droit à une brochette de féministes, l’émission étant enregistrée la journée même de la Journée internationale des femmes - voir Tout le monde en parle (pas).

Quand c’est le temps de parler d’humour au Québec, ça des humoristes, y’en a, en veux-tu en v’là, le plateau déborde. Même chose pour ploguer des émissions creuses et d’insupportables vedettes qui parlent d’elles-mêmes à la troisième personne, étant devenues des marques, des produits enduits d’un joli enrobage marketing à la con. Vraiment? C’est ce que vous désirez être dans la vie, une grosse affiche de placement de produits? Je vous conseille le film Three Billboards outside Ebbing, Missouri. Une vraie femme avec des gonades.

Mais pour la Journée internationale des femmes, donttout le monde parlaitpourtant la semaine dernière, on n’est même pas foutus d’en tr…

Je suis Noire à l’intérieur

Dans les années 90, j’ai eu l’immense plaisir et privilège de danser dans une troupe afro-cubaine au pied de la Sierra Maestra, chaîne montagneuse sacrée de la Révolution castriste à Cuba. J’étais la seule danseuse blanche du groupe. La joke entre nous? J’étais Noire à l’intérieur. C’est Rafael, le maître-danseur qui enseignait la riche tradition des rythmes afro-cubains, qui disait cela, « Tienes sangre de Negra » (T’as du sang de Noire), à la blague évidemment, le rythme, tout comme la coordination d’ailleurs, n’ayant absolument rien à voir avec le sang, sa composition ou même les origines ethniques et le bagage héréditaire. Plein de Noirs ne savent pas danser, un autre mythe – « y’ont ça dans l’sang ».

Or même « Noire à l’intérieur », ma présence parmi cette troupe qui animait des vacanciers en quête d’exotisme en faisait réagir plus d’un, principalement chez les Blancs-ches : « Tu ne devrais pas t’abaisser à danser ces rythmes, t’es Blanche ». Ayoille. Et ce n’était ni le rhum vi…

Action directe - Journée internationale de la danse

« Et je ferai remarquer que l’on n’engage jamais, que l’on n’envisage même jamais aucune action politique, tant que les esprits assoupis n’ont pas été réveillés par des actes de protestation directe contre les conditions existantes. » - Voltairine de Cleyre (1866-1912)
***

Afin de souligner la Journée internationale de la danse (29 avril), une action directe de protestation a été posée cette semaine auprès de différents individus, politicien-ne-s, journalistes, organismes et partenaires financiers, afin de dénoncer, une fois de plus, l’américanisation de la danse-thérapie au Québec mise en place par les Grands Ballets canadiens de Montréal qui reçoivent de surcroît des fonds publics tout en instrumentalisant inlassablement les femmes.

L’enveloppe, contenant le texte « Scandale culturel - dossier » qui dénonce la création d’un soi-disant Centre « national » de danse-thérapie comme stratégie d’autofinancement, accompagné du programme de la saison 2018-2019 des Grands Ballets « Trouver la…