Passer au contenu principal

Aldé pis moé

"Toé, ma p'tite fille, tu vas aller loin dans' vie." Si Aldé, alors président du Club Optimiste de Trois-Rivières, m’avait expliqué à l'époque, dans les années 80, que ça voudrait dire survivre au Québec sous le seuil de la pauvreté, me serais-je autant démenée depuis cette insouciante et exubérante jeunesse?

La honte d'être pauvre au Québec
Mon sinueux et lamentable parcours socio-économique n’a absolument rien de singulier. Nous sommes des dizaines, voire des centaines de milliers de Québécoises* à s’être appauvries au cours de la dernière décennie, survivant péniblement grâce à un mince fil social – ne cherchez plus le filet, il a complètement été démantelé - et, pour ma part, Moisson Montréal et les différents organismes qu'il dessert. (Parlant de dessert, c'est habituellement du yogourt passé date. On n'en meurt pas, ça l'air.)

Le sentiment qu'éprouvent les pauvres - et contre lequel je me bats constamment? La honte. Et que provoque la honte chez l’être humain? Eh bien, elle le réduit au silence. Demandez aux enfants abusés, aux femmes violentées, bref, à tous ceux et celles qui ont connu l’abus de pouvoir, l'injustice, la violence, et autre idiotie relevant incontestablement de la bêtise humaine.

Parlez-en aussi à toutes ces femmes que je croise ici et là sur le terrain de la pauvreté et de la précarité croissante - vous savez? celle post-récession-post-crise-économique-2008 (supposément terminée) -, des femmes de toutes les générations, souvent scolarisées, immanquablement surqualifées, sous-payées et tout simplement essouflées, découragées, écoeurées et à bout de nerf.

Comme cette autre Sylvie, rencontrée récemment, 38 ans elle, serveuse dans un resto malgré son bac et sa maîtrise en philo, qui se confie dans un moment de pur découragement, levant d'entrée de jeu le voile de la honte : « Il me reste 500$ dans mon compte de banque, crisse! Je suis à boutte de ma job... La précarité, l'austérité - pfft! - chu pu capab'. »

J'ai failli lui offrir un de mes yogourts périmés en guise de remerciement. En lieu et place, on a jasé, ri un brin (jaune par moment), pour ensuite reprendre chacune le chemin de notre p'tite misère made in Quebec, sous ce régime néolibéral sans merci.

Un choix, vraiment?
Pourtant, contrairement aux actes immoraux et criminels commis par tous les abuseurs et de nombreux politiciens corrompus, n’éprouvant pour leur part une seule once de honte ou même de remords - encore faut-il en être capable -, la pauvreté, elle, n’est pas un choix. La dignité humaine ne devrait pas l’être non plus.

Mais ça, ce sont des mots qui touchent les gens durant le temps des Fêtes seulement. Maintenant, il faudrait également demander ce qu’en pense cette femme septuagénaire de mon quartier qui vole à l’épicerie de quoi manger… Nerveusement, j'ai détourné le regard, me demandant en mon for intérieur, appauvri lui aussi par ces interminables et opressantes mesures austères qui s'acharnent sur les plus démunis, les indigents : « Est-ce ce qui m'attend dans 30 ans? »

Pendant ce temps, des milliards de dollars continuent d'être détournés chaque année vers les paradis fiscaux. Tout le monde le sait, mais rien n'est fait, par manque d'audace et de vrai leadership. (Pour observer de près la mollesse du gouvernement québécois dans ce dossier, visionnez la présentation de l'admirable compatriote, monsieur Alain Deneault, à la Commission des finances publiques. Non, ce n'est pas comme regarder des minous et des pitous qui s'amusent sur YouTube, j'en conviens, mais après, on peut regarder ce "chien qui danse" pour se récompenser. Après, j'ai dit!)

Grâce à la magie « des internets », j’ai retrouvé Aldé. Il vit toujours à Trois-Rivières. L'ironie du sort a voulu que ses récentes actions bénévoles servaient à financer Moisson Mauricie / Centre-du-Québec. Bref, on est nombreux au Québec à avoir faim.

Trente ans plus tard, je suis peut-être arrivée nulle part, mais Aldé pis moé, on continue péniblement de se démener. Juste un peu moins optimiste que dans les années 80, mettons.

_______
*Lanctôt, A. (2015). Les libéraux n’aiment pas les femmes. Montréal: Lux.

NON à la loi 70 / Tous unis pour mettre fin aux paradis fiscaux / Chaque voix compte 

Messages les plus consultés de ce blogue

Le cadenas psycho-socio-économique

« Il n’y a pas de complot, ni de directives écrites, ni de liste noire. Il n’y a qu’une machine bien huilée où chacun sait très bien de quel côté son pain est beurré. Et chaque intellectuel québécois sait très bien, à moins d’être un naïf ou un parfait imbécile, qu’il ne doit pas aller trop loin. Le choix est simple. Travailler ou ne pas travailler. Manger ou ne pas manger. Il faut penser conforme, écrire conforme, filmer conforme, sinon…
(…)
» Chaque chercheur, en histoire par exemple, sait très bien quoi chercher, quoi ne pas chercher et quoi trouver, s’il veut grimper dans l’appareil universitaire et continuer à recevoir ses subventions, s’il veut survivre. Il se doit de ne pas mettre son nez dans la fosse septique qui nous tient d’histoire officielle. Il s’en tient au papotage historique. »

Pierre Falardeau, Un cadenas dans le cerveau (1997), dans Les bœufs sont lents mais la terre est patiente (Typo, 2009).

« J’aime mieux radoter et être dans la réalité que prétendument ne pas r…

Scandale culturel - dossier

S’il s’agissait d’une compagnie minière, on parlerait de contamination des sols, de pollution de l’air et des rivières, d’exploitation des femmes, etc. Mais puisqu’il est question d’une compagnie de ballet, on y voit que du feu, des tutus et d’étincelantes paillettes. Voici l’histoire (inachevée) d’une institution québécoise élitiste et racoleuse qui ravage notre culture, tout en recevant des fonds publics. Bienvenue au pays d’Oz.

La mise en scène, ou, les coulisses du sous-financement culturel 
Le récit débute peu de temps après le tsunami économique provoqué par les bandits de Wall Street : « … au beau milieu de la récession qui suivit la crise de 2008, Raymond Bachand se fit le promoteur d’une nouvelle "révolution culturelle". Rien de moins! Celle-ci visait le rapport entre le citoyen et l’État et consistait d’abord à habituer le premier – car la culture est beaucoup une question d’habitude – à exiger moins du second pour qu’il développe le réflexe de chercher du côté de …

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer)
La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle, qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins.

Femme, immigrante, visionnaire
Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie.

Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en elle un pro…