Passer au contenu principal

Manger des riches pour souper

Dans une librairie près de chez vous, vous trouverez une quantité impressionnante de livres dédiés à la nourriture, aux salades, au BBQ, aux boissons, ainsi qu’à leur préparation. Des tablettes et des sections entières sont inondées de livres de recettes : avec ou sans gluten, végé, vegan et le reste – accompagnés d’une photo de leurs auteurs, sourire aux lèvres, heureux de partager leurs « nouvelles » recettes de grand-mère, en plus de vendre des bébelles pour la cuisson. Les Ricardo de ce monde règnent en maîtres et chefs sur les tables des libraires. La bouffe et sa confection exercent sur la population une réelle fascination, peut-être même une obsession. 

Depuis quelque temps pourtant, le prix des aliments n’a cessé d’augmenter, limitant ainsi les ingrédients que nous pouvons utiliser pour cuisiner. Pendant que les grandes chaînes d’épiceries engrangent d’importants profits, plusieurs concitoyens, eux, doivent restreindre leurs achats, faire des compromis nutritionnels, en plus de gruger leurs maigres provisions et économies. De fait, on achète moins d’aliments qu’auparavant.

Les demandes d’aide alimentaire ont explosé au Québec depuis l’automne dernier, mais on persiste à nous dire que « Les ménages à faible revenu "ont maintenu leur pouvoir d’achat grâce aux prestations" ». Soulignons ici que cette analyse s’étend du dernier trimestre de 2019 jusqu’à la fin 2022, prenant ainsi en compte les « prestations pandémiques » gouvernementales qui ont bel et bien cessé depuis. 

Hormis l’aide gouvernementale canadienne (bonification de la TPS en juillet prochain), prévue lors du dernier budget, aucune aide financière n’est en revanche prévue en 2023 par le gouvernement Legault pour aider les plus démunis ni les ménages à faible revenu. C’est non, nous dit d’ailleurs le ministre des Finances, Eric Girard – il n’y a pas d’aide gouvernementale à l’horizon.

Or, pendant que les députés de l’Assemblée nationale s’octroient une augmentation de salaire de 30%, pendant que le gouvernement caquiste demeure sourd et complètement inefficace face à cette interminable crise du logement qui mine la vie d’innombrables Québécois, la dure réalité, elle, nous rattrape solidement. 

Car à chaque augmentation de prix (des aliments de base, du loyer, de l’électricité, du transport collectif, etc.), on se disait qu’on parviendrait sans doute à l’absorber, à se serrer davantage la ceinture. Mais voilà que cette ceinture déjà étriquée depuis des mois nous empêche aujourd’hui de respirer, en plus de cette fumée qui plonge le Québec dans une petite noirceur jaunâtre aux effluves de fin du monde. Peut-être est-il préférable de mourir étouffé que de sombrer dans la misère et la pauvreté… 

Dans une librairie près de chez vous, pas trop loin des livres de recettes, vous trouverez également un petit bijou qui vous donnera lui aussi envie de manger : La société de provocation – essai sur l’obscénité des riches (Lux, 2023). Si vous n’avez pas encore lu cet essai de la sociologue Dahlia Namian, sautez vite dessus. Il met brillamment en lumière les extravagances des mieux nantis de notre société et des ultrariches du monde entier qui dilapident sauvagement les ressources de la planète tout en polluant impunément. 

Car bientôt, dans « cet ordre social où l’exhibitionnisme de la richesse érige en vertu la démesure et le luxe ostentatoire tout en privant une part de plus en plus large de la population des moyens de satisfaire ses besoins réels », la révolte viendra. Et nous n’aurons alors d’autres choix, j’en ai bien peur, que de manger des riches et des bourgeois pour souper. C’est du moins ce que suggèrent certains dans mon maigre quartier. 

*** 

« Tout l’art du riche, ici, tient dans sa capacité de provoquer l’admiration en évitant que l’indécence de sa fortune privée ne pousse à la révolte. »

Dahlia Namian, La société de provocation – essai sur l’obscénité des riches (Lux, 2023)

-----

Photo : Sylvie Marchand, « Hier, j'ai bouffé une riche, j'garde l'autre pour demain », graffiti dans Hochelaga, Montréal.

**Ajout : Les ménages vulnérables durement touchés par la hausse du coût de la vie (Le Devoir, 4 juillet 2023) 

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en