Passer au contenu principal

La fin des faibles et des affamés


On l’a observé entre autres durant la pandémie : il ne suffit que d’une crise, majeure ou mineure, pour mettre en relief les iniquités et les inégalités socioéconomiques, un écart qui ne cesse d’ailleurs d’augmenter entre les pauvres et les riches. 

Le 5 avril dernier, en effet, il n’aura fallu que quelques heures, après une panne de courant généralisée à Montréal, pour remettre tous les individus de notre société à leur place. Météo fracassante, pluie verglaçante, branches et arbres tombés, coupures d’électricité, frigo à vider, pertes de nourriture, commerces de quartier fermés, et nous voilà soudainement dans un état criant de précarité. Qu’allons-nous manger durant les prochaines heures dans cette petite noirceur ? Et si cette panne ne durait qu’une heure ? Courage, c’est semaine pascale, « prions ensemble le Seigneur » … Tant s’en faut. 

Plusieurs riches et parvenus de la rue ont tout de go sauté dans leur voiture, fui la ville à vive allure afin de se mettre à l’abri et au chaud dans leur « résidence secondaire » (s’ils n’étaient pas déjà en vacances quelque part dans le Sud) – la belle affaire. 

Pendant ce temps, les pauvres, eux, les moins nantis et les démunis, comme c’est toujours le cas lorsqu’une crise éclate, devaient faire du surplace. En bas de la hiérarchie sociale, dans « l’écosystème de la pauvreté » comme il fut déjà écrit dans un journal, il faut sans cesse prendre son mal, sa souffrance et sa faim en patience. Oui, il faut attendre. Attendre le courant et la chaleur – pas humaine, juste ambiante –, la faim au ventre, pendant que les riches et les parvenus, eux, épargnés des dégâts du verglas et du froid, boivent, mangent et s’éclatent royalement, tout en prenant des selfies de leur vie confortable. 

Il s’agit effectivement de pure provocation, et beaucoup d’inconscience, ce répugnant « Me, Myself and I » régnant crânement dans notre société ultra individualiste. C’est « chacun pour soi » et « sauve qui peut » – du confort et de l’indifférence, comme le filmait l’autre à une autre époque pas si lointaine. 

Et pourtant, nous ne cessons de les admirer, ces riches, ces nantis et ces bouffons graissés décomplexés. Nous ne cessons de les regarder, de les envier, de les écouter, de les considérer. Portés aux nues dans cette société capitaliste patriarcale, les hyper-riches sont d’ailleurs partout dans les médias, sur nos écrans, dans les films et séries télévisées

Les riches brillent partout, comme si leur statut socioéconomique relevait d’une grande réalisation personnelle, d’un accomplissement de taille, alors que bon nombre d’entre eux sont en réalité des personnalités exécrables, voire ratées, des êtres égocentriques et narcissiques, des créatures immondes, malhonnêtes et immorales. 

Le bonheur, nous répète-t-on ad nauseam dans cette société de surconsommation, se trouverait non plus dans la réalisation de l’être humain, le partage, la coopération, le développement du tissu collectif, mais plutôt dans l’achat de biens éphémères, l’accumulation excessive de bébelles et de cossins, la surconsommation inconsciente et assommante, tout en exhibant cette indécente opulence sur son compte Instagram. 

C’est l’obsession de la possession et des marques de prestige. Pour réussir sa vie, chers amis, il faut acheter des produits. Des produits de marque, des cossins haut de gamme. Il faut remplir le vide existentiel avec du matériel, devenir à tout prix propriétaire d’un condo surévalué, ainsi que d’un chalet ou d’une résidence secondaire. Il faudrait s’endetter pour plaire et bien paraître aux yeux des voisins. 

Voilà le succès, chers concitoyens, la réussite dans la vie, un message construit et maintes fois martelé par de brillants « marketeux » depuis des décennies, une message vide de sens qui s’est immiscé dans nos cœurs, nos mœurs et nos esprits. Au diable l’humanité, la collectivité, la solidarité. Nous voilà bien renseignés. 

À quand la révolte des pauvres et des moins nantis ? À quand la fin des faibles et des affamés dans ce presque-pays ? 

*** 

« Notre disposition à admirer les riches et les puissances est la cause de "la plus lourde et la plus universelle de la corruption de nos sentiments moraux", disait Adam Smith en son temps. Elle nous pousse à mépriser les pauvres, à négliger les droits élémentaires des plus vulnérables et à maintenir l’ordre social établi, peu importe ses conséquences. En Occident, cette admiration aveugle est si profondément ancrée dans notre culture consumériste et dans l’American way of life que nous refusons de la remettre en question. » 

– Dahlia Namian, La société de provocation – essai sur l’obscénité des riches (Lux, 2023)

Messages les plus consultés de ce blogue

Les fausses belles femmes

Après les Femmes poupées, femmes robotisées , voilà maintenant de fausses belles femmes dans un factice concours de beauté. Totalement artificielles, ces femmes, vous comprenez, ces différentes images ayant été générées par l’intelligence artificielle (IA) - (lire  Miss AI - Un podium de beauté artificielle ). Pour faire simple, il s’agit en réalité d’une vraie compétition toute féminine de la plus belle fausse femme créée par des hommes. Vous me suivez ? Non, on n’arrête pas le progrès. Ce sont majoritairement des hommes qui se cachent derrière la fabrication de ces images de fausses femmes. Des créateurs masculins qui passent sûrement d’innombrables heures devant un écran d’ordinateur à créer la femme idéale (ou de leurs rêves, allez savoir), à partir, on s’en doute, de leurs désirs, fantasmes, idéaux et propres standards de beauté – la beauté étant dans les yeux de celui qui regarde évidemment. Une beauté exclusivement physique, rappelons-le.  Même le jury est artificiel – à l’excep

Mobilité vs mobilisation

On aime parler de mobilité depuis quelques années. Ce mot est sur toutes les lèvres. C’est le nouveau terme à la mode. Tout le monde désire être mobile, se mouvoir, se déplacer, dans son espace intime autant que possible, c’est-à-dire seul dans son char, ou encore dans sa bulle hermétique dans les transports collectifs, avec ses écouteurs sur la tête, sa tablette, son livre, son cell, des gadgets, alouette. On veut tous être mobile, être libre, parcourir le monde, voyager, se déplacer comme bon nous semble. On aime tellement l’idée de la mobilité depuis quelque temps, qu’on a même, à Montréal, la mairesse de la mobilité, Valérie Plante. On affectionne également les voitures, les annonces de chars, de gros camions Ford et les autres - vous savez, celles avec des voix masculines bien viriles en background - qui nous promettent de belles escapades hors de la ville, voire la liberté absolue, l’évasion somme toute, loin de nos prisons individuelles. Dans l’une de ces trop nombre

Pour en finir avec Cendrillon

Il existe de nombreuses versions de « Cendrillon, ou, la Petite Pantoufle de verre », comme Aschenputtel,  ou encore « Chatte des cendres »... passons. Mais celle connue en Amérique, voire dans tous les pays américanisés, et donc édulcorée à la Walt Disney, est inspirée du conte de Charles Perrault (1628-1703), tradition orale jetée sur papier à la fin du 17 e  siècle. D'ores et déjà, ça commence mal. En 2015, les studios Walt Disney ont d'ailleurs repris leur grand succès du film d'animation de 1950, en présentant  Cinderella  en chair et en os, film fantastique (voire romantico-fantasmagorique) réalisé par Kenneth Branagh, avec l'excellente Cate Blanchett dans le rôle de la marâtre, Madame Trémaine ( "très" main , en anglais), généralement vêtue d'un vert incisif l'enveloppant d'une cruelle jalousie, Lily James, interprétant Ella (elle) dit Cendrillon (car Ella dort dans les cendres, d'où le mesquin surnom), Richard Madden, appelé Kit

Je me souviens... de Ludmilla Chiriaeff

(photo: Harry Palmer) La compagnie de danse classique, les Grands Ballets canadiens, a été fondée par une femme exceptionnelle qui a grandement contribué à la culture québécoise, Ludmilla Chiriaeff (1924-1996), surnommée Madame. Rien de moins. Femme, immigrante, visionnaire Née en 1924 de parents russes à Riga, en Lettonie indépendante, Ludmilla Otsup-Grony quitte l’Allemagne en 1946 pour s’installer en Suisse, où elle fonde Les Ballets du Théâtre des Arts à Genève et épouse l’artiste Alexis Chiriaeff. En janvier 1952, enceinte de huit mois, elle s’installe à Montréal avec son mari et leurs deux enfants – elle en aura deux autres dans sa nouvelle patrie. Mère, danseuse, chorégraphe, enseignante, femme de tête et d’action, les deux pieds fermement ancrés dans cette terre d’accueil qu’elle adopte sur-le-champ, Ludmilla Chiriaeff est particulièrement déterminée à mettre en mouvement sa vision et développer par là même la danse professionnelle au Québec : « Elle portait en